Membres |

Les membres statutaires

Philippe Urfalino

Directeur d'études EHESS
Directeur de recherche CNRS

Coordonnées professionnelles

EHESS - 105 Boulevard Raspail, 75006 Paris

Tel : 01 53 63 51 38 ; fax : 01 53 63 51 01

urfalino@ehess.fr

Domaines de recherche

 

Sociologie de la décision et de la délibération collective

Entités collectives

Philosophie sociale

Philosophie politique

 

 

Enseignements

 

2017- 2018 : Philosophies de l’action et théorie de la décision collective

2016- 2017 : Sociologie et philosophie sociale des entités collectives (III) : l’autorité de l’Etat

2015-2016 : Sociologie et philosophie sociale des entités collectives (II) : la Nation et l’Etat

2014-2015 : Sociologie et philosophie sociale des entités collectives (I) et Les justifications de la règle de majorité.

 

 

Sélection de publications

 

Ouvrages

 

Cerrar la deliberación. Teoría de la decisión colectiva, Buenos Aires, Prometeo Editorial, 2014.

Le grand méchant loup pharmaceutique. Angoisse ou vigilance ?, Textuel, 2005.

L’invention de la politique culturelle, Fayard, col. Pluriel, 2011, 1ère édition en 1996 (trad. en portuguais, A invencao da politica cultural, Ediçao SESC, Sao Paulo, 2016)

La délégation du jugement esthétique.  Les Fonds régionaux d'art contemporain, en coll. avec C. Vilkas, 1995, L'Harmattan, collection "Logiques politiques".

Quatre voix pour un Opéra. Une histoire de la naissance de l'Opéra Bastille, 1990, éd. Métailié.

Les politiques culturelles des villes et leurs administrateurs, 1989, en coll. avec M. D'Angelo et E. Friedberg, la Documentation française.

Le jeu du catalogue. Les contraintes de l'action culturelle dans les villes, 1984, en coll. avec E. Friedberg, la Documentation française.

 

Direction d’ouvrages 

 

Iceland’s Financial Crisis. The Politics of Blame, Protest, and Reconstruction, 2008-2015, Oxford, Routledge, (dir. avec Valur Ingiundarson et Irma Erlingsdottir), 2016.

Intelligences de la France. Onze essais sur la politique et la culture, Presses de Sciences Po, (dir. avec Martha Zuber), 2010.

 

Direction de numéros de revues

 

Les entités collectives, Raisons politiques, n° 66, 2017/2, avec M. Bessone.

Nouvelles approches de la décision collective, Négociations, n°27, 2017/1, avec S. Novak.

Décider à la majorité. Pourquoi ? , Raisons Politiques, Presses de Science-Po, 2014/1.

Rules of Collective Decision, Vol. 49, n° 1, 2010, Social Science Information, Ed. Sage.

Médicaments et société, Annales Histoire, Sciences Sociales, N°2, 2007.

Délibération et négociation dans Négociations, n° 4, 2005, de Boeck, Louvain.

Sida et action publiqueRevue Française de Sociologie, Vol. 41, n°1, 2000.

 

 

Articles et contributions à ouvrages 

 

2017

« Social Ontology of Deliberating Bodies », The Journal of Political Philosophy, 2017, DOI: 10.1111/jopp.12117

« La réalité des groupes agents », Raisons politiques, n°66, 2017/2, p. 75-99.

« La nature du vote oral. Leçons d’une étude de cas », Négociations, n°27, 2017/1, p. 145-165.

«Oukhvaluvaty richennia razom», Filosofska Dumka (Revue philosophique de l’Académie des sciences d’Ukraine),  trad. Oxana Yosypenko, 2017/1, p. 108-131.

 

2015

« The Conditions for Majoritarian Obligation : Majority Rule and Deliberative Body », Journal of Institutional Studies/Revista Estudos Institucionais, Vol. 1, 5, 2015, p. 1-42.

« Décider en corps. Identité, réalité et mode d’être des corps délibérants », Tracés. Revue de Sciences Humaines, n°29, 2015, p. 39-64.

« Secret-Public Voting in FDA Advisory Committees », avec P. Costa, in Elster J., Secrecy and Privacy in Votes and Debates, Cambridge, Cambridge University Press, 2015, p.165-195.

 

2014

« The Rule of Non-Opposition. Opening Up Decision-Making by Consensus », Journal of Political Philosophy, 2014, Vol. 22, 3, September, p. 320-341.

« Les conditions de l’obligation majoritaire. Règle de majorité et corps délibérant », Raisons Politiques, n° 53, 2014/1, p. 139-169.

« Les justifications de la règle de majorité », introduction du numéro « Décider à la majorité. Pourquoi ? », Raisons Politiques, n° 53, 2014/1, p. 5-12.

 

2013

« Bentham et la tactique politique du débat », in C. de Galembert, O. Rozenberg, C. Vigour, (éd.), Faire parler le Parlement, Paris, LGDJ, 2013, p. 43-49.

 

2012

« La décision des collectifs », in E.Désveaux& M. de Fornel (éd.) Faire des Sciences Sociales : Généraliser (vol. 3), Paris, éditions de l’EHESS, 2012, p. 179-208.

« Reasons and Preferences in Medicine Evaluation Committees” in J. Elster, H. Landemore, Collective Wisdom. Principles and Mechanisms, Cambridge University Press, 2012, p. 173-203.

 

2011

«L’Etat critique et la culture contemporaine» dans L’œil double de Gaëtan Picon, Ed. de l’IMEC, 2011.

 

2010

« Sanior pars et maior pars dans les aréopages contemporains. Le cas des comités d’évaluation des médicaments en France et aux Etats-Unis », Raison Publique, n°12, 2010, p. 213-259.

« Deciding as bringing deliberation to a close », Social Science Information, Ed. Sage, Vol. 49, n° 1, 2010, p. 111-140.

« Rules and tactics of collective decision: an introduction », Social Science Information, Ed. Sage, Vol. 49, n° 1, 2010, p.5-10.

« Lire la France contemporaine avec Pierre Grémion », Esprit, n°2, Février 2010, p. 24-33.

Introduction à Ph Urfalino, M. Zuber, Intelligences de la France. Onze essais sur la politique et la culture, Presses de Science-Po, 2010, p. 13-26.

 

2009

« Mutual transformation and the developpment of european policy spaces. The case of medicines licensing », Journal of European Public Policy, (avec B. Hauray), Vol. 16, n°3, April 2009, p. 426-444.

 

2007

« Expertise scientifique et intérêts nationaux. L’évaluation européenne des médicaments. 1965-2000 » (avec B. Hauray), Annales Histoire, Sciences Sociales, n°2, 2007, p. 273-298.

« La décision par consensus apparent. Nature et propriétés », Revue Européenne des Sciences Sociales, Tome XLV – 2007 – n° 136 p. 47-70.

« Gaëtan Picon et l’invention de la politique culturelle » in G. Martinère, Gaëtan Picon, de l’aventure littéraire à l’action culturelle, Les Indes savantes, 2007, p.77-82.

« L’Esprit des règles de décision » dans C. Michon et B. Gnassounou, Vincent Descombesn, Questions disputées, Ed. Cécile Defaut, 2007, p. 199-236.

 

2006

« Le soutien public à l’économie de la vie artistique », Le Débat, n° 142, Novembre-Décembre 2006, p. 158-162.

 

2005

« Holisme et individualisme : la clarification d’une querelle », Esprit, juillet 2005, p. 210- 220.

« La délibération n’est pas une conversation », Négociations, n° 4, 2005, de Boeck, Louvain, p. 99-114.

 

2004

« Après Lang et Malraux, une autre politique culturelle est-elle possible ? », Esprit, mai 2004, p.55-72. (traduction partielle en espagnol : « La querella del arte contemporanéo y la cuestion del filisteo », Punto de Vista, n°80, dicembre 2004).

 

2002

« Missions for the Ministry of Culture »  in J. Ahearne, French Cultural Policy Debates, London, Routledge, 2002, p. 174-188.

« Tragic Choice : a Study of Public controversy over AIDS Patients Drawing-lots for Treatement », avec S. Dalgalarrondo, Revue Française de Sociologie, Annual English Seclection, Vol. 43, 2002, Supplement, pp. 3-40.

 

2001

« L’autorisation de mise sur le marché du médicament : une décision administrative à la fois sanitaire et économique », Revue Française des Affaires Sociales, n°4, octobre-décembre 2001, pp 85-90.

« L’apport de la sociologie des décisions à l’analyse de l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de santé » , Actes du séminaire du Programme Risques Collectifs et Situations de Crise, juin 2001.

 

 

2000

« Choix tragique, controverse et décision publique. Le cas du tirage au sort des malades du sida », avec Sébastien Dalgalarrondo, Revue Française de Sociologie, Vol. 41, n°1, 2000, pp. 119-157.

« La délibération et la dimension normative de la décision collective » in J. Commaille, L. Dumoulin, C. Robert, La juridicisation du politique, L.G.D.J., 2000, pp.165-193.

« Les mutations culturelles des années soixante et soixante-dix », in J.-C. Grohens et J.-F. Sirinelli, Culture et action chez Georges Pompidou, PUF, 2000.

« Convention, domination et argumentation. Le problème de l’approche sociologique de certains conflits esthétiques » in G. Bellavance, Démocratisation de la culture ou démocratie culturelle ?, Presses de l’Université de Laval, Canada, 2000, p.211-225.

 

1998

« L'histoire culturelle : programme ou grand chantier ? », Vingtième Siècle, n°57, janvier-mars 1998, pp. 115-120.

 

1997

« L'histoire de la politique culturelle » in J.-F. Sirinelli et J.-P.Riou, Pour une histoire culturelle, 1997, Éditions du Seuil, pp. 311-324.

« Quelles missions pour le ministère de la Culture? », Esprit, janvier 1997, pp. 37-59.

 

1995

« Les maisons de la culture : la fin de l’exemplarité », (ed) G. Gentil, A. Girard, Les affaires culturelles au temps de Jacques Duhamel. 1971-1973, 1995, la Documentation française,  p. 305-333.

 

1994

« Décisions, action et jeux. Le cas des grands travaux parisiens », Villes en parallèles, 1994, n° 20-21, p. 3-26.

« L’échec d’une contre-politique culturelle. La Fédération Nationale des Centres Culturels Communaux. 1960-1965 », in P.-M. Menger, J. C. Passeron, L’art de la recherche. Essais en l’honneur de Raymonde Moulin, 1994, la Documentation française, p. 367-392.

« Le mauvais mélange ou la disqualification de l'Education Populaire », in M. Beaulac et F. Colbert (eds) Décentralisation, régionalisation et action culturelle municipale, 1994, HEC Montréal, p. 129-155.

 

1993

« La philosophie de l'Etat esthétique », Politix, n°24, quatrième trimestre 1993, p. 20-35.

« De l'anti-impérialisme américain à la dissolution de la politique culturelle », Revue Française de Science Politique, vol. 43, n°5, octobre 1993, p. 823-849.

« Action publique, création privée », Revue Française d'Administration Publique, n°65, janvier-mars 1993, p. 51-62.

« Les maisons de la culture contre l'Education Populaire », in G. Poujol, L'Education Populaire au tournant des années 60, Actes des journées de Peuple et Culture, Document de l'INJEP, septembre 1993, p. 69-80.

« Les maisons de la culture et le théâtre. 1960-1966. Des affinités électives au mariage » in R. Abirached, La décentralisation théâtrale. 2. Les années Malraux 1958-1967, 1993, Actes Sud - Papiers, p.39-64.

 

1992

« Le public ou la création. La fin du théâtre populaire. 1959-1968 », in M. Beaulac et G. Grandmont (eds.) Pouvoirs publics et politiques culturelles : enjeux nationaux, 1992, HEC Montréal, p. 152-175.

 

1989

« Les politiques culturelles : mécénat caché et académie invisible », l'Année Sociologique, 1989, n° 39, p. 81-109.

 

1987

« La municipalisation de la culture" in Pratiques Culturelles et Politiques de la Culture, 1987, Textes réunis par F. Chazel, Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine, p. 53-74.

« Media, Performers and Politicians : strategies of delocalization », Media, Culture and Society, Sage Ed, Vol. 9, 1987, p. 334-345.

 

1986

« La décentralisation culturelle au service de la culture nationale » (en coll. avec E. Friedberg) in R. Moulin, Sociologie de l'Art, 1986, La Documentation française, p. 11-22.

 

1985

« La décentralisation culturelle : l'émergence de nouveaux acteurs » (en coll. avec E. Friedberg), Politique et Management Public, Vol. 3, n° 2, juin 1985, p. 215-226.

 

1984

« Les municipalités et la culture » (en coll. avec E. Friedberg), Esprit, mars 1984, p. 63-76.

« La gestion des politiques culturelles municipales : de l'inflation culturelle à l'évaluation politique » (en coll. avec E. Friedberg), Politique et Management Public, Vol. 2, n° 1, hiver 1984, p. 3-26.

 

1981

« La mémoire et l'oubli » [Sur Les arts de faire de Michel de Certeau], Esprit, Mars 1981, p. 136-146

 

 

Autres textes en ligne

 

 

 


EHESS
CNRS

flux rss  Les actualités

Why does Inequality Matter ?

Journée(s) d'étude - Lundi 13 novembre 2017 - 09:00Le lundi 13 novembre 2017 aura lieu la Journée de discussion du manuscrit de Tim Scanlon, Why does Inequality Matter ? avec la participation de l'auteur. Cette journée aura lieu à la Maison Suger, salle de réunion, 16-18 rue Suger, 75006 Paris. Programme9h00 Accueil9h15 9h45h Luc Foisneau (CNRS – CESPRA),  Why should we care about inequality ? (Introduction)9h45 11h Han van Wietmarschen (UCL), Equal Concern & Equal Status (chap. 2 & 3)11h 11h15 Pause café11h15 12h30 Véronique Munoz-Dardé (UCL/Berkeley) et Rowan Mellor (UCL), Procedural Fairness & Substantive Opportunity (chap. 4 & 5)12h30 14h Pause déjeuner14h 15h15 Jean-Fabien Spitz (Paris 1), Political Equality, Liberty & Coercion (chap. 6 & 7)15h15 15h30 Pause café15h30 16h45 Joe Horton (UCL), Desert & Unequal Income (chap. 8 & 9)16h45 17h15 Tim Scanlon (Harvard), Final remarks Les personnes souhaitant participer à la journée devront s’inscrire auprès de Luc Foisneau (luc.foisneau@ehess.fr) et de Véronique Munoz-Dardé (v.munoz@ucl.ac.uk).Institutions partenaires : EHESS – CESPRA – FMSH

Lire la suite

Actualité dʼune pensée radicale. Hommage à Cornelius Castoriadis

Colloque - Jeudi 26 octobre 2017 - 09:30Le colloque « Actualité dʼune pensée radicale. Hommage à Cornelius Castoriadis » se déroulera le 26, 27 et 28 octobre 2017 à l'Ecole des hautes études en sciences sociales et à l'Université Paris 7 Denis-Diderot.Cornelius Castoriadis disparaissait il y a 20 ans déjà, laissant à la postérité une œuvre importante et novatrice. Figure intellectuelle originale, il est à la fois célèbre et méconnu. Son nom est, et reste, le plus souvent, associé au groupe et à la revue Socialisme ou barbarie où, dans les années 1950 et 1960, s’est forgée l’une des analyses les plus lucides des régimes de type soviétique et une critique radicale du marxisme dans l'intention de sauver le projet révolutionnaire. La pensée de Castoriadis est, cependant, loin de se limiter à ce travail de théorie politique. Il a aussi élaboré, à partir des années 1960, une pensée proprement philosophique, révélée pour la première fois avec la publication, en 1975, de son maître-ouvrage, L'Institution imaginaire de la société, complété, par la suite, par les 6 volumes des Carrefours du labyrinthe.A partir de 1980, après avoir été élu directeur d’études à l’EHESS, il tiendra, dans cet établissement, 16 années durant, un séminaire de philosophie. Il y entreprendra une vaste enquête, inséparablement philosophique et historique, consacrée à ce qu’il nommait « la création humaine ». Celle-ci n’est pas, loin s’en faut, indépendante de sa théorie politique. Le projet socialiste, puis démocratique, en un sens radical du terme, se nourrit chez lui d’une pensée du social-historique, selon son expression, qui joue le rôle d’une philosophie fondamentale.Dans les ouvrages publiés de son vivant, Castoriadis traite de sujets de philosophie aussi bien que de politique, de psychanalyse aussi bien que d’économie, de sciences aussi bien que d’histoire grecque. Toutefois, sous cette apparente dispersion, la pensée de Castoriadis possède, sans prendre, certes, la forme d’un système, une grande cohérence. Ses concepts d’autonomie et d’hétéronomie, d’imaginaire social et d’imagination radicale, de chaos et de création, pour citer les plus évidents, informent toutes ses contributions, quel qu’en soit le champ disciplinaire.Le présent colloque proposera, à la fois, un hommage et une discussion sans complaisance. Les intervenants se confronteront à la pensée de Castoriadis en engageant une discussion avec elle.Spécialistes confirmés dans les champs de la politique ou de l’économie, de la sociologie, ou de la psychosociologie, de la psychanalyse ou de la philosophie, ils proposeront moins une évaluation globale de l’œuvre de Castoriadis qu’un examen de certaines de ses analyses en fonction de leurs propres thèmes de recherche et de leurs préoccupations personnelles. Loin des commentaires respectueux, il s’agira, à cette occasion, d’adresser à Castoriadis des questions susceptibles de mettre sa pensée à l’épreuve et, également, d’examiner les voies esquissées par cette pensée qui pourraient être reprises et prolongées de manière fructueuse. En un mot de soumettre à la discussion Castoriadis comme il le faisait lui-même avec les autres et comme il aurait aimé qu’on le fît avec lui – dans un esprit agonistique, parfois de manière polémique, mais, toujours, avec une force persuasive et une passion communicative peu communes.  

Lire la suite

Table ronde autour de Marcel Gauchet

Table ronde - Vendredi 06 octobre 2017 - 14:00Avec Le nouveau monde, quatrième et dernier volume de L’avènement de la démocratie, Marcel Gauchet aborde la transformation d’ensemble qui s’est engagée avec la crise économique des années 1970. Il propose une réponse à l’énigme de la perte de repères de ces dernières décennies : nous vivons la dernière et ultime étape de la sortie de la religion et découvrons en tâtonnant ce qu’implique le principe de la structuration autonome des sociétés. Derrière l’hégémonie de l’économie, la montée de la société civile et les droits individuels comme seule source de légitimité, le politique remplit un rôle instituant mais devenu invisible ; la mondialisation n’est pas seulement celle du marché, mais aussi celle de l’État-nation. En permettant d’articuler les différentes dimensions dans lesquelles se déploie l’expérience de ces sociétés autonomes, le diagnostic pose les bases d’un programme de travail destiné à renouveler l’intelligibilité du monde contemporain.Pour discuter d’un livre véritablement interdisciplinaire, des chercheurs inscrits dans différentes disciplines, de l’économie à la philosophie, engageront un dialogue avec l’auteur.Avec la participation de Marcel Gauchet, Frédéric Brahami (EHESS), Natalie Doyle (Monash University), Gaël Giraud (CNRS) et Nicolas Rousselier (Sciences Po). Débat animé par Sylvain Piron (EHESS)

Lire la suite

Plus d'actualités

Adresse :
105 boulevard Raspail
75006 Paris
 
Métro :
Ligne 12 Notre-Dame-des-Champs
Ligne 4 Saint-Placide
Bus :
Ligne 68
 
Tel : +33(0)1 53 63 51 48
Fax : +33(0)1 53 63 51 50
 
cespra@ehess.fr