Publications |

Par annee

Daily Lives of Muslims.

Daily Lives of Muslims.

Islam and Public Confrontation in Contemporary Europe

Gole Nilufer
. Traduit par Jacqueline Lerescu
Londre,  Zed Books, 2017,  376 p.

For many in the West, Islam has become a byword for ‘terrorism’. From 9/11 to the Paris attacks, our headlines are dominated by images of violence and extremism. Now, as the Western world struggles to cope with the refugee crisis, there is a growing obsession with the issue of Muslim integration. Those Muslims who fail to assimilate are branded the ‘enemy within’, with their communities said to provide a fertile breeding ground for jihadists. Such narratives, though, fail to take into account the actual lives of most Muslims living in the West, fixating instead on a minority of violent extremists.

In The Daily Lives of Muslims, Nilüfer Göle provides an urgently needed corrective to this distorted image of Islam. Engaging with Muslim communities in 21 cities across Europe where controversies over 'integration' have arisen - from the banning of the veil in France to debates surrounding Sharia law in the UK - the book brings the voices of this neglected majority into the debate. In doing so, Göle uncovers a sincere desire among many Muslims to participate in the public sphere, a desire which is too often stifled by Western insecurity and attempts to suppress the outward signs of religious difference.


ISBN : 9781783609536
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Une intiation

Une intiation

Rwanda (1994 - 2016)

Stéphane Audoin-Rouzeau
Paris,  Seuil, 2017,  176 p.

Après trois décennies d'un parcours de recherche entièrement consacré, dès l'origine, à la violence de guerre, un " objet " imprévu a coupé ma route. On aura compris qu'il s'agit du génocide perpétré contre les Tutsi rwandais entre avril et juillet 1994, au cours duquel huit cent mille victimes au moins ont été tuées, en trois mois.

Ce qui se joue ou peut se jouer chez un chercheur, dans l'instant tout d'abord, dans l'après-coup ensuite, constitue l'axe du livre qui va suivre. Car l'objet qui a croisé ma route ne s'est pas contenté de m'arrêter pour un moment : il a subverti, rétroactivement en quelque sorte, toute la gamme de mes intérêts antérieurs.


ISBN : 978-2021308518
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Les grandes dates de la République

Les grandes dates de la République

de 1792 à nos jours

Christophe Prochasson
Paris,  Dalloz, 2017,  310 p.

Le premier choix des dates relève de la sélection. Ces « dates-clés » sont des repères, dont la liste n'est en rien exhaustive. Chacun trouvera matière à compléments. Celles qui ont été sélectionnées supposent évidemment une certaine conception de la République qu'il n'est pas impertinent de discuter. Le second choix relève du classement. L'histoire de la République ne peut se réduire à une histoire politique faite de dates marquant une série régulée de scrutins et évoquant la désignation de responsables de haut niveau, chefs d'Etat et de gouvernement, ou l'épuisante succession de ministères. Encore qu'il faille souligner quelques-uns de ces événements par la sanction d'une « grande date » en ce qu'ils marquèrent un épisode mémorable de la vie politique nationale.


ISBN : 9782247168262
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
L’Avènement de la démocratie

L’Avènement de la démocratie

Le nouveau monde

Marcel Gauchet
Paris,  Gallimard, Bibliothèque des sciences humaines ,  2017

Nous vivons la phase ultime de la «sortie de la religion», la religion ne se résumant pas à la foi personnelle, comme nous la concevons aujourd’hui, mais formant le principe organisateur des sociétés d’avant la nôtre. Ce processus paraissait parvenu à son terme ; il ne l’était pas. Nous nous pensions «absolument modernes» ; nous en étions encore loin. Nous le sommes brutalement devenus, et cela change tout, des conditions de la coexistence planétaire à l’identité de chacun d’entre nous. 
Notre organisation politique conservait dans sa forme l’empreinte de la soumission aux puissances venues d’en haut. Celle-ci s’est volatilisée, en révélant une fonction de l’État-nation que nous ne soupçonnions pas et qui en fait le soubassement du monde mondialisé. 
Nous habitions une histoire que nous pensions toute tournée vers l’avenir. Elle restait hantée par le passé, en réalité, comme le bond en avant de la production du futur nous l’a appris, en donnant à l’économie une place hégémonique dans la vie collective. 
Les libertés individuelles que nous pensions avoir conquises continuaient secrètement d’être prises dans l’appartenance sociale. L’effacement de cette dernière leur a conféré une autre portée, en faisant apparaître une société des individus qui gravite autour des droits de l’homme. 
Le paradoxe est que cette formidable avancée des moyens de l’autonomie humaine donne, à l’arrivée, une société qui échappe à ses membres, des démocraties incapables de se gouverner. Une chose est de disposer des instruments qui permettent de maîtriser son destin, une autre est de savoir s’en servir. L’histoire de la libération est derrière nous ; l’histoire de la liberté commence.


ISBN : 9782070786251
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Napoléon et de Gaulle

Napoléon et de Gaulle

Patrice Gueniffey
Paris,  Perrin, Essais historiques ,  2017

Héros préférés des Français, Napoléon Bonaparte et Charles de Gaulle incarnent la figure du sauveur. Si beaucoup les sépare, à commencer par le siècle où ils vécurent, ils ont en commun d'avoir élevé notre patrie au-dessus d'elle-même, dans une quête de la grandeur nourrie d'une certaine idée de sa mission et de sa vocation à éclairer le monde. Dans cet essai historique puissant, porté par une plume rare, Patrice Gueniffey croise leur existence et interroge leur destin, ouvrant des pistes fécondes sur leur personnalité et leur oeuvre.
A travers les métamorphoses de leurs Mémoires, l'auteur ausculte enfin la France, celle d'hier et surtout d'aujourd'hui, hantée comme jamais par son histoire dans l'espoir de répondre à ses doutes et exorciser son malheur. Un livre magistral et qui fera date.


ISBN : 9782262063986
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
La ruse et la force

La ruse et la force

Une autre histoire de la stratégie

Jean-Vincent Holeindre
Paris,  Perrin, 2017,  528 p.

 

Au VIIIe siècle avant J.-C., Homère expose de manière frappante la dualité qui fonde la stratégie. Dans l'Iliade et l'Odyssée, le poète grec met en scène la guerre à travers deux personnages phares. Achille, héros de la force, est un soldat : son honneur est au-dessus de tout. Ulysse, héros de la ruse, est un stratège : seule la victoire compte. 

Cette opposition de la force et de la ruse structure dès l'origine l'histoire de la stratégie dans le monde occidental. Jusqu'à présent, la force a davantage attiré l'attention des historiens. La ruse apparaît rarement comme un élément majeur de la stratégie. 

Au contraire, elle fait figure de repoussoir et se présente comme l'apanage du faible ou de l'étranger. Cet « orientalisme » militaire et stratégique n'est pas recevable, parce qu'il ne reflète pas la réalité historique et se fait l'écho d'un discours idéologique. Il s'agit donc d'en finir avec cette lecture stéréotypée afin de comprendre ce que la stratégie, dans le monde occidental, doit à la ruse, en identifiant les moments clés de son histoire, des guerres antiques aux mouvements terroristes du XXIe siècle. 

Se déploie ainsi une histoire longue de la stratégie, dégagée des préjugés culturels et ethniques, qui met en scène, pour la première fois et de manière systématique, le dialogue ininterrompu de la ruse et de la force.


ISBN : 9782262037352
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Dictionnaire des philosophes français du xviie siècle. Acteurs et réseaux du savoir

Dictionnaire des philosophes français du xviie siècle. Acteurs et réseaux du savoir

Luc Foisneau
Classiques Garnier, Dictionnaires et synthèses ,  2015,  2138 p.
Prix : 295€

Huit introductions thématiques, six cent quatre-vingt-dix entrées et un index historique et raisonné font du Dictionnaire des philosophes français du xviie siècle l'instrument indispensable d'une exploration nouvelle des réseaux et des acteurs du savoir entre Renaissance et Lumières.


ISBN : 978-2-8124-1722-1
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
La France face au génocide des Arméniens

La France face au génocide des Arméniens

Vincent Duclert
Paris,  Fayard, Histoire ,  2015,  435 p.

En 1915, un événement – l’extermination des Arméniens ottomans – fait basculer le monde dans l’ère des tyrannies et des crimes de masse. Le traité de Lausanne signé avec la Turquie, huit ans plus tard, scelle la disparition de l’Arménie plurimillénaire, à l’exception de la Petite République des régions russes, soumise à la terreur stalinienne. Parmi les Alliés, la France porte une lourde responsabilité dans le premier génocide du XXe siècle et l’abandon des survivants.
Critiques d’une telle politique impériale, des savants, des écrivains, des intellectuels, des parlementaires et diplomates français, des hommes de foi, rejoints par leurs homologues belges et suisses, choisissent de défendre un devoir d’humanité. Dès la fin du XIXe siècle, ils s’engagent contre l’injustice des grands massacres qui se répètent dans l’Empire ottoman. À la suite de Séverine, Jaurès ou Anatole France, une majorité de dreyfusards se mobilisent. La solidarité devient une cause morale et politique majeure, débouchant sur la formation d’un large « parti arménophile ». Dans cette étude passionnante, Vincent Duclert révèle l’histoire française de ce génocide tombé dans l’oubli. Il faudra attendre le 29 janvier 2001 pour que le Parlement, retrouvant la mémoire de ses engagements pour les Arméniens, adopte une loi de reconnaissance, tandis qu’intellectuels et historiens réinvestissent le champ de la connaissance du premier génocide.


ISBN : 9782213682242
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Comprendre le génocide des Arméniens

Comprendre le génocide des Arméniens

1915 à nos jours

Raymond H. Kévorkian, Vincent Duclert, Hamit Bozarslan
Paris,  Tallandier, 2015,  384 p.

1915. Les Arméniens, parfaitement intégrés à l’Empire ottoman, sont systématiquement exterminés par les radicaux du gouvernement unioniste. Bilan : 1,3 million de victimes. Le XXe siècle des génocides a débuté. Au printemps 1915, la population arménienne ottomane est victime d’un génocide arrestations massives, déportations et massacres soigneusement planifié et exécuté par le parti au pouvoir à l’époque, le comité Union et Progrès. Longtemps contesté, le génocide des Arméniens ne fait plus aucun doute, mais souffre d’une méconnaissance publique qui découle d’un long oubli de l’événement durant une bonne partie du XXe siècle, du négationnisme de l’État turc qui répand le soupçon sur le travail des historiens et du désintérêt de l’opinion publique européenne trop éloignée. Pour le comprendre, accéder à sa connaissance précise et saisir ses enjeux actuels, trois historiens ont uni leur force pour concevoir, cent ans après, la première synthèse de grande ampleur sur le premier génocide du XXe siècle.


ISBN : 9791021006751
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
De Révolution en République

De Révolution en République

Les chemins de la France

Mona Ozouf
Paris,  Gallimard, Quarto ,  2015,  136 p.

Qui s'intéresse à la Révolution française rencontre toujours, peu ou prou, l'ivresse que procure l'idée, ou l'espérance, d'une société régénérée et d'un homme neuf. Mais c'est pour découvrir l'ingéniosité mise par les hommes à résister à la refonte autoritaire de leurs vies. La Révolution, qui a fendu en deux l'histoire nationale, réserve le même sort à ses historiens. Fille de la Révolution, la République hérite de cette ambivalence. Tout ce Quarto raconte comment elle a dû composer avec les particularités religieuses, régionales et sociales, renoncer au modèle républicain pur, apporter des correctifs à l'esprit d'uniformité. Elle n'a pu se pérenniser en France qu'en se prêtant à ces accommodements. Aujourd'hui, la France que dessine ce livre semble se dérober à nos yeux. L'idée révolutionnaire a cessé de déterminer nos choix et nos affrontements. Et perdant ses ennemis, la République a perdu la ferveur militante que lui donnaient leurs anathèmes. L'école, hier dépositaire de l'identité nationale, est aujourd'hui l'objet d'un profond désarroi. Toutefois, il arrive à l'histoire de réanimer des enjeux engourdis, et l'apparition de menaces inédites peut redonner de l'éclat à des idées qui semblaient avoir perdu leur force inspiratrice. Et comme nous avons appris à quel point nos héritages conditionnent notre liberté, il n'est pas inutile de remettre nos pas dans les chemins buissonniers que, de Révolution en République, les Français ont dû emprunter." Mona Ozouf.


ISBN : 9782070145614
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Dominique Gonzales-Foerster

Dominique Gonzales-Foerster

Olivier Zahn, Aveek Sen, Hans Ulrich Obrist, Liam Gillick, Patricia Falguières
Flammarion, Paris ,  2015,  239 p.

"Ma pratique se concentre autour de l'apparition, qui implique aussi une disparition. Or, c'est un état que l'on nie un peu à l'oeuvre d'art. En général, on lui prête plutôt une longue temporalité, mais ce n'est qu'en considérant la possibilité qu'une chose s'arrête que l'on peut aussi profiter de son apparition." Cette monographie parcourt l'ensemble des oeuvres de Dominique Gonzalez-Foerster, à travers plusieurs thèmes : Apparitions, Attractions. Livres, Parcs. Villes et Chambres. Elle est accompagnée de textes de Patricia Falguières, Liam Gillick, Hans Ulrich Obrist, Aveek Sen et Olivier Zahm.


ISBN : 9782081362659
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Islam and Secularity:the Future of Europe's Public Sphere

Islam and Secularity:the Future of Europe's Public Sphere

Nilüfer Göle
Durham,  Duke University Press, 2015,  208 p.

In Islam and Secularity Nilüfer Göle takes on two pressing issues: the transforming relationship between Islam and Western secular modernity and the impact of the Muslim presence in Europe. Göle shows how the visibility of Islamic practice in the European public sphere unsettles narratives of Western secularism. As mutually constitutive, Islam and secularism permeate each other, the effects of which play out in embodied and aesthetic practices and are accompanied by fear, anxiety, and violence. In this timely book, Göle illuminates the recent rethinking of secularism and religion, of modernity and resistance to it, of the public significance of sexuality, and of the shifting terrain of identity in contemporary Europe.


ISBN : 9780822359982
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Situation de la France

Situation de la France

Pierre Manent
Paris,  Desclée de Brouwer, 2015,  176 p.

La réponse aux attentats de janvier 2015 appelait un renouvellement des idées, des dispositions et des actions de notre pays. Perdurent au contraire les manières de penser les plus paralysantes : la « laïcité » serait la solution au « problème de l'islam », l'effacement de la présence publique du religieux serait la solution au problème des religions. Tout est faux dans cette thèse. Au lieu de chercher une neutralité impossible, qui couvrirait en fait une guerre sournoise, nous devons accepter et organiser la coexistence publique des religions, leur participation à la conversation civique.

En entrant dans la communauté nationale, l'islam est entré dans une nation de marque chrétienne, où les juifs jouent un rôle éminent. Toute politique qui ignore cette réalité court à un échec cuisant, et met en danger l'intégrité du corps civique. Il s'agit donc, tout en préservant la neutralité de l'État, de faire coexister et collaborer ces trois « masses spirituelles ». Loin que la mondialisation réclame l'effacement de la nation et la neutralisation de la religion, c'est son indépendance politique et spirituelle, et son ouverture au religieux, qui permettront à la France de franchir en sûreté et avec honneur la zone de dangers dans laquelle elle est entrée.


ISBN : 9782220077116
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
The Companion to Raymond

The Companion to Raymond

José Colen, Elisabeth Dutartre-Michaut (.)
New York,  Palgrave Macmillan, 2015,  304 p.

This edited collection brings to light the rare virtues and uncommon merits of Raymond Aron, the main figure of French twentieth-century liberalism. The Companion to Raymond Aron is an essential supplement to Aron's autobiography Mémoires (1984) and main works, exploring the substance of his political, sociological, and philosophical thought.


ISBN : 9781137522429
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Autonomie ou barbarie

Autonomie ou barbarie

La démocratie radicale de Cornelius Castoriadis et ses défis contemporains

Manuel Cervera-Marzal, Eric Fabri (.)
Neuvy_en_Champagne,  Le Passager clandestin, Essais ,  2015,  400 p.

« Entre la liberté et le repos, il faut choisir » : Castoriadis aimait à rappeler cette phrase de Périclès, citée par Thucydide. Le problème de l’autonomie, c’est qu’elle est fatigante : il est sans doute plus facile de se laisser aller aux facilités de la consommation et de la jouissance passive, que de vouloir prendre part à toutes les décisions qui concernent notre vie... Pourtant, il est urgent de voir à quelles menaces la lutte pour une société libre et égalitaire est aujourd’hui confrontée. À l’heure où l’on commence à se pencher enfin sur l’œuvre de Cornelius Castoriadis, l'une des voix théoriques majeures du XXe siècle, ce livre collectif entend produire un état des lieux de la question démocratique à l’aune de ses réflexions. Apparu dans l’Antiquité grecque et, particulièrement, dans la démocratie athénienne, reformulé et enrichi, après une longue éclipse, à partir de la Renaissance et dans le mouvement des Lumières, le projet d’autonomie, affirmait Cornelius Castoriadis il y a quarante ans, est « une plante historique à la fois vivace et fragile ». Ce constat est, aujourd’hui encore, d’une puissante actualité. Des « révolutions arabes » aux mobilisations turques, grecques, espagnoles ou même états-uniennes, du « réveil indigène » en Amérique latine aux expérimentations sociales menées dans les ZAD, on observe un renouveau des résistances démocratiques au désordre établi du capitalisme mondialisé. Face à cette vivacité renaissante, la fragilité du projet démocratique effraie : l’emprise démultipliée de l’imaginaire néolibéral, le fantasme de maîtrise illimitée porté par la technoscience, mais aussi la montée des droites extrêmes et l’essor des intégrismes religieux en témoignent sinistrement. Au vu des risques contemporains qui planent sur le projet d’autonomie, il importe plus que jamais de prêter attention aux processus qui conduisent les sociétés à se dessaisir de leur capacité à se donner leurs propres lois. Ce livre collectif, écrit par des spécialistes de l’œuvre de Castoriadis, prend donc le temps d’éclairer les principaux concepts de sa pensée, et s’appuie sur la grande fécondité de ses travaux pour interroger les logiques multiples de domination et d’aliénation qui travaillent nos sociétés. Education, fascination pour la marchandise, religion, techosciences... technoscientifique... L’ouvrage aborde tous les mécanismes et les « enchantements » qu’il nous faut briser pour relancer le projet d’autonomie. Il étudie également une série de pratiques émancipatrices, de nature éducative, économique et politique ; et propose un examen des possibilités de la démocratie radicale.


ISBN : 9782369350323
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Musulmans au quotidien

Musulmans au quotidien

Une enquête européenne sur les controverses au coeur de l'islam

Paris,  La Découverte, 2015,  296 p.

Après les tragiques attentats de janvier 2015 à Paris, les débats sur les rapports entre l'identité européenne et l'islam ont été inévitablement relancés. Au risque, avec l'émotion légitime provoquée par ces crimes, d'accroître les préjugés et la confusion quant à la perception de la présence musulmane en Europe. D'où l'intérêt et l'importance de la mise en perspective proposée dans ce livre.

De façon très accessible, Nilüfer Göle synthétise les résultats d'une enquête de terrain conduite de 2009 à 2013 auprès de "musulmans ordinaires " et de leurs concitoyens non musulmans dans vingt et une villes européennes. Son but était d'interroger les réactions aux controverses de l'heure : prières de rue, minarets " agressifs ", "caricatures danoises ", foulard ou burqa des femmes, invocation de la charia, consommation halal, rapport aux juifs et au judaïsme, etc. Elle apporte ainsi des réponses souvent inattendues à des questions simples : qu'en est-il réellement du vécu quotidien des musulmans d'Europe, jeunes nationaux "issus de l'immigration" ou convertis ? Comment vivent-ils les attaques " islamophobes" et concilient-ils prescriptions religieuses et adhésion aux normes sociales de sociétés laïques ? Quelle place la culture musulmane y occupe-t-elle désormais ?

Grâce à son dispositif d'enquête original, Nilüfer Göle bouscule bien des idées reçues et montre que les controverses ont paradoxalement contribué à l'émergence d'une culture publique alternative. Du hip-hop islamique au " jambon halal ", la nouvelle manière d'être musulman en Europe passe par une stylisation islamique des modes de vie modernes, en rien contradictoire avec les valeurs culturelles européennes. Un vrai message d'espoir, fondé sur l'enquête et non sur l'idéologie.


ISBN : 9782707175922
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
La sociologie comme elle s'écrit

La sociologie comme elle s'écrit

De Bourdieu à Latour

Jean-Louis Fabiani
Paris,  Editions de l'EHESS, Cas de figure ,  2015,  248 p.

De Bourdieu à Latour Quelles sont les transformations les plus significatives intervenues dans les sciences sociales depuis vingt-cinq ans ? A partir de comptes rendus d'ouvrages qui ont fait date, ce livre propose un récit cohérent de la trajectoire de la discipline en France et aux Etats-Unis. Bourdieu, Foucault, Abbott, Passeron, Boltanski et Latour sont parmi les grands noms qui font l'objet de ces textes incisifs. Pour l'auteur, la lecture est une pratique sociologique à part entière. L'analyse des notions majeures à l'oeuvre en sociologie témoigne de l'entrelacs permanent de la structure - le macrologique - et de l'événement - le micrologique - aussi bien que des conditionnements durables et des coalitions éphémères. Qu'en est-il alors des promesses d'une théorie générale dans cette discipline redevenue centrale en sciences sociales ? Ce livre dresse un bilan provisoire et dessine l'espace de discussion dans lequel évolue la sociologie contemporaine.


ISBN : 9782713224904
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Un monde étrange

Un monde étrange

Pour une autre approche du cosmopolitisme

Olivier Remaud
Paris,  PUF, 2015,  412 p.

Le point de départ de ce livre est le suivant : le cosmopolite n'est pas toujours un individu aisé qui s'adapte avec succès à des situations nouvelles, c'est aussi quelqu'un qui connaît le désajustement social. Loin de se sentir à l'aise partout où il se déplace, il est d'abord désorienté. Si l'on veut répondre aux objections, récurrentes dans les débats internationaux, à l'encontre d'une conception élitiste et culturellement située qui revendique l'universalité, il faut élargir en ces termes la notion de citoyen du monde. Ne pas mesurer les actes des cosmopolites à l'image prototypique qui est véhiculée par le discours du cosmopolitisme permet d'analyser la variété des expériences de désorientation, et à cette variété correspondent des épreuves communes qui redéfinissent le rôle social du citoyen du monde.
Dans la première partie sont examinées les expériences de l'exil, le critère sociologique de la mobilité et la figure du Robinson. Dans la deuxième partie est considérée à nouveaux frais les conceptions d'un citoyen du monde qui serait un spectateur impartial. La troisième partie a pour objet la façon dont ceux qui vivent la désorientation s'emploient à résoudre le problème pratique d'une humanité commune en combattant les mésusages de la catégorie d'époque, la puissance de la bêtise et la tyrannie du Zeitgeist qui s'exprime dans la langue ordinaire, jusqu'à remettre en cause le sens commun existant.


ISBN : 9782130652168
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Histoire de la Révolution et de l’Empire

Histoire de la Révolution et de l’Empire

Patrice Gueniffey
Editions Perrin, Collection Tempus ,  2011,  768 pages p.
Prix : 12,20€

Présentation de l'éditeur  : Un nouveau regard sur les années 1789-1815 par un des plus grands historiens actuels. Depuis son ouvrage La politique de la Terreur, Patrice Gueniffey s'est imposé comme un historien majeur de la Révolution et de l'Empire. Il le doit non seulement au caractère toujours novateur de son approche et à la densité de ses analyses, mais aussi à la qualité de son style. Le présent ouvrage rassemble pour la première fois ses principaux textes, tous réécrits pour permettre une lecture continue et vivante. Etudes et récits y côtoient les portraits de contemporains (Robespierre, La Fayette, Maistre, Napoléon) et d'historiens (Bainville, Cabanis). L'ensemble propose une vision stimulante de la période 1789-1815 qui fera date. Patrice Gueniffey, directeur d'études à l'Ecole des hautes études en sciences sociales, est également l'auteur du Dix-huit Brumaire, l'épilogue de la Révolution française. Histoires de la Révolution et de l'Empire   (vidéo)

Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Sociologie politique du Moyen-Orient

Sociologie politique du Moyen-Orient

Hamit Bozarslan
La Découverte, Repères ,  2011,  126 p.
Souvent, le Moyen-Orient est associé à une modernité avortée, à l'islamisme ou encore au tribalisme. Au-delà de ces grilles de lecture qu'il revisite, cet ouvrage définit le Moyen-Orient contemporain comme le produit d'une histoire mouvementée. Il analyse notamment la question de l'autoritarisme, trait commun à l'ensemble de la région qui surdétermine le fait politique, en partant du double concept d'hégémonie et d'ingénierie sociale. Il insiste sur la reproduction des Etats autant par la coercition que par une série de ressources de durabilité, parmi lesquelles un complexe jeu de cooptation. Prenant acte d'une fatigue sociale généralisée qui se traduit par une démobilisation ancrée dans la durée, il souligne l'importance de nouveaux modes de résilience et de contestations observés dans de nombreux pays de la région. Enfin, il accorde une attention particulière aux faits communautaires et minoritaires, produits de processus historiques complexes, aux rapports intergénérationnels et aux représentations du corps comme autant de déterminants de l'action politique et dans certains cas du radicalisme, islamiste ou non, dans l'ensemble du Moyen-Orient.


ISBN : 2707167045
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Passions révolutionnaires

Passions révolutionnaires

Amérique latine, Moyen-Orient, Inde

Gilles Bataillon
Paris,  EHESS, « Cas de Figure », - Volume 18,  2011,  192 p.
Prix : 14,20€
À travers le « Tri-continent » – espace latino-américain, Moyen-oriental et indien –, les trois auteurs interrogent le fait révolutionnaire. Comment comprendre les passions révolutionnaires ayant vu le jour hors du continent européen ? Depuis la fin du XVIIIe siècle, l'Europe constitue le théâtre privilégié des passions révolutionnaires. Mais durant la même période, jusqu’aux événements qui marquent le début du XXe siècle, le monde non-européen résonne également d’attentes et de crises révolutionnaires. Comment comprendre les passions révolutionnaires ayant vu le jour hors du continent européen ? Dans quelle mesure ces expériences révolutionnaires ont elles été conditionnées par les matrices européennes auxquelles elles se référaient ? Ont-elles, à leur tour, donné naissance à des modèles exportables ? À travers le « Tri-continent » – espace latino-américain, moyen-oriental et indien –, les trois auteurs interrogent le fait révolutionnaire dans un dialogue constant avec le maître-livre de François Furet Le passé d’une illusion, rétrospective sur « l’idée communiste » publiée en 1995 peu après la chute du Mur de Berlin. Nationaliste, religieuse, prolétarienne, internationaliste, anticoloniale, ou simplement libertaire et égalitaire, vécue pacifiquement ou réprimée dans la violence : au-delà de cette diversité de forme, la révolution,  son passé comme son avenir, s’avèrent néanmoins un analyseur de nos sociétés.
Nouvelle théorie sociologique des professions

Nouvelle théorie sociologique des professions

Florent Champy
PUF, Lien social ,  2011,  314 p.
Prix : 25€
Le Mot de l'éditeur : Injonctions à la performance, contrôle renforcé des coûts, bureaucratisation des contextes de travail : comment ces évolutions affectent-elles la qualité et la pertinence du travail des médecins, des enseignants ou encore des travailleurs sociaux ? Les sociologies classiques des professions sont impuissantes à répondre à cette question pourtant cruciale. Par crainte de reprendre à leur compte une conception particulière du travail, elles insistent en effet depuis un demi-siècle sur la diversité des conceptions légitimes d’une même activité, et s’interdisent ainsi de penser des critères partagés et durables de la pertinence du travail professionnel. Un changement de paradigme s’imposait donc pour surmonter les difficultés théoriques et pratiques liées à cette approche relativiste du travail professionnel. Cet ouvrage répond à ce défi. À partir d’une série de recherches sur l’architecture et de développements sur de nombreuses autres professions, il propose un cadre théorique original pour penser simultanément les contraintes normatives stables inhérentes à une activité, et la diversité des conceptions qui s’y affrontent. Puis il montre quels processus entravent la recherche de solutions appropriées aux problèmes traités. Ce livre stimulant intéressera aussi bien les professionnels désireux de comprendre ce qui rend leur activité vulnérable aux évolutions et aux pressions extérieures, que les sociologues des professions qui y trouveront des perspectives de recherche inédites sur les marchés du travail, les carrières, les politiques publiques et bien sûr le travail. Il s’adresse enfin aux chercheurs en sciences sociales insatisfaits des apories auxquelles conduit l’opposition, considérée à tort comme indépassable, entre regards objectiviste et relativiste sur le monde. Une réflexion salutaire sur le travail des professionnels qui accompagnent les grands tournants de nos vies. Florent Champy est directeur de recherches au CNRS et membre du Centre d’Etudes Sociologiques et Politiques Raymond Aron. Il enseigne à l’EHESS, où il anime aussi un groupe de réflexion sur la vulnérabilité du travail professionnel. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont Sociologie de l’architecture (La Découverte, 2001) et La sociologie des professions (PUF, 2009).
Dictionnaire des Faits Religieux

Dictionnaire des Faits Religieux

Danielle Hervieu-Léger (dir. avec R. Azria)
Paris,  PUF, Quadrige ,  2010,  1340 p.
Prix : 37,91€
« Par son choix de la pluridisciplinarité, ce Dictionnaire des faits religieux entend marquer sa différence par rapport aux dictionnaires d'histoire religieuse ou d'histoire des religions tel qu'il en existe déjà un certain nombre. Destiné à un lectorat cultivé mais non spécialisé, curieux d'en savoir plus sur le religieux et/ou les faits religieux et désireux de se familiariser avec les concepts et les analyses produites par les sciences sociales, ses concepteurs et contributeurs ont eu le souci de faire simple sans simplifier et en évitant les raccourcis simplistes. Ils se sont efforcés de traduire des notions complexes dans une langue accessible à tous, notamment en illustrant par des exemples concrets les concepts au moyen desquels ces disciplines appréhendent leurs terrains respectifs ou partagés. D'où l'alternance entre les entrées portant sur les concepts ou les notions utilisés en sciences sociales (autorité, idéaltype, médiateurs, modernité, sécularisation, socialisation) et des entrées proposant des thèmes et des problématiques directement issus du champ religieux (apostasie, charisme, exorcisme). Certains articles abordent des questions larges (mondialisation), d'autres des questions plus spécifiques (anges, objets, prière, tabou, vérité) ou des domaines bien circonscrits (ésotérisme, institutions religieuses) mais dont l intérêt ou la portée ne sont pas pour autant moindres ou négligeables. Ce dictionnaire ne prétend à l'exhaustivité ni dans son projet d'ensemble ni quant au contenu de chacune des entrées proposées. Il se fixe moins pour objectif d'offrir une somme d'érudition que de mettre à disposition des outils conceptuels, des approches, des analyses, des informations, des études de cas, propres à nourrir la réflexion face aux questions de notre temps en lien avec le religieux ou comportant une dimension religieuse, ethnico-religieuse, politico-religieuse. » (Extrait de l'Avant-propos)

ISSN : 978-2130545767

ISBN : 2130545769
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici

"Terreur"

Chapitre in M. Marzano, Dictionnaire de la violence

Patrice Gueniffey
Presses Universitaires de France - PUF, Collection : Quadrige Dicos Poche ,  2011,  (p. 1264-1272) ; 1552 p.
Parler de violence signifie s'interroger sur les frontières qui existent entre soi et les autres ainsi que sur l'ambiguïté de sa propre existence ; porter un regard d'ensemble sur des pratiques et des questions qui vont de l'apartheid à la torture, de l'automutilation au viol, du colonialisme au terrorisme... ; comprendre ce qui signifie parler de la violence contre les femmes ou de la violence religieuse, de la violence nationaliste à la violence contre les étrangers ; se poser des questions sur la sexualité et l'inconscient, le passage à l'acte et l'inceste, le travail et la mort. Plusieurs questions sont alors au coeur même de ce Dictionnaire. Doit-on envisager une spécificité de la violence humaine ? L'idée de nature humaine est-elle pertinente lorsqu'il s'agit de réfléchir à la violence ? La diversité des anthropologies philosophiques et la constitution des sciences humaines ne conduisent-elles pas plutôt à considérer la violence comme un phénomène culturel ? Peut-on penser un jour éradiquer la violence, comme l'espérait la philosophie des Lumières, ou doit-on au contraire accepter l'idée d'une ambivalence intrinsèque des êtres humains qui, soumis à des pulsions contradictoires, comme le montre Freud, ne sont jamais totalement bons ou totalement mauvais ?   Plus de 200 auteurs ont contribué à ce Dictionnaire, parmi lesquels des philosophes, sociologues, juristes, psychanalystes, historiens, théologiens, littéraires, anthropologues...

ISSN : 978-2130577348

ISBN : 2130577342
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
«La Première République, 1792-1804 : de la République des Lumières à la République impériale »

«La Première République, 1792-1804 : de la République des Lumières à la République impériale »

Chapitre in R. Belot, Tous républicains / Origines et modernité des valeurs républicaines

Patrice Gueniffey
Armand Colin, Collection "Recherches" ,  2011,  p. 11-15 ; 320 p.
La France vit un étrange paradoxe. Alors que jamais, peut-être, la convergence républicaine n’a été aussi apparente sur le plan rhétorique (de l’extrême droite à la gauche radicale), nous assistons au reflux des valeurs républicaines de liberté, d’égalité et de fraternité : abstention aux élections, remise en cause de la laïcité, mirages du post-modernisme néolibéral et mondialiste, repli individualiste et hédoniste, désinvestissement du collectif... L’anomie citoyenne et l’atonie politique se conjuguent pour créer une situation de menace pour ce consensus républicain apparent dont a témoigné le débat sur « l’identité nationale ».  Ce livre tente de revenir sur cette innovation politique majeure qu’est la République. Il est issu d’un colloque qui s’est tenu à Belfort les 10-11 novembre 2010, à l’occasion des manifestations marquant le 130e anniversaire de la livraison du Lion, œuvre conçue par Auguste Bartholdi. Les meilleurs spécialistes de la question ont porté un regard historique sur la généalogie de nos institutions et de nos valeurs républicaines. Une histoire complexe, erratique, avec ses ombres et ses lumières, ses réussites et ses manquements, ses fragilités et sa durabilité.

ISSN : 978-2200272821

ISBN : 2200272820
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Les intermittents du spectacle

Les intermittents du spectacle

Sociologie du travail flexible (Nouvelle édition)

Pierre-Michel Menger
EHESS, Collection "Cas de Figure" - Volume 17,  2011 [2005],  408 p.
Prix : 15,30€
À l’aune des renégociations de la convention d’assurance-chômage et en pleine crise de l’emploi, cette nouvelle édition propose une mise en perspective du régime des intermittents, et le situe dans la flexibilité des marchés du travail. Spectacle vivant, cinéma et audiovisuel ont bâti leur expansion sur une exception sociale et culturelle énigmatique : l’hyperflexibilité contractuelle de l’emploi, assortie d’une assurance non moins flexible contre le chômage. Paradoxes : l’emploi augmente, le chômage encore plus vite ; des conflits sociaux répétés, des employeurs solidaires de leurs salariés ; trente ans de réformes, aucune réussie ; des accusations d’abus lancées de toutes parts, un déni général de responsabilité, mais une multiplication des bonnes raisons de s’accommoder d’une croissance déséquilibrée. À partir de données inédites, complétées dans cette nouvelle édition, Pierre-Michel Menger établit les faits, mesure les évolutions, soupèse les avantages et les dérives de l’emploi en contrats courts et chômage long. Le régime des intermittents du spectacle est passé au crible : ses règles, ses comptes, son utilisation, ses jeux stratégiques, ses subtilités paritaires et politiques. Cette analyse clinique, étendue à la réforme de 2003 et à ses effets jusqu’en 2010, permet de dégager et de mieux situer les intermittents dans la flexibilité des marchés du travail.

ISBN : 978-2-7132-2288-7
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Etudier le Renseignement

Etudier le Renseignement

Etat de l’art et perspectives de recherche

Olivier Chopin (dir)
Paris,  IRSEM- Ecole militaire, 2011
Mes souvenirs sur Napoléon- Jean-Antoine Chaptal

Mes souvenirs sur Napoléon- Jean-Antoine Chaptal

Présentation, édition et notes par Patrice Gueniffey
Mercure de France, Collection "Le temps retrouvé" ,  2011,  234 p.
Jean-Antoine Chaptal, savant de renommée mondiale, ministre de l'Intérieur de Napoléon, commence à réunir ses souvenirs dès 1817, alors que l'Empereur est encore vivant, mais exilé à Sainte-Hélène. Chaptal n'est plus au pouvoir, mais n'est pas non plus un proscrit, son prestige et sa réserve le protègent. Son récit est apaisé, mêlant à une belle écriture classique une ironie qui sait parfois être mordante. Mes souvenirs sur Napoléon est un essai biographique, de la naissance de l'Empereur à sa chute. C'est un document passionnant, connu des historiens de Napoléon, qui en apprécient la justesse, la finesse, une certaine distance, et une grande précision dans la chronique de la vie de l'Empereur. Chaptal consigne dans ce texte tous ses souvenirs, anecdotes, pensées, récits de faits et gestes, confidences que lui a faites Napoléon en personne au cours d'une longue complicité. " Comme (...) j'ai eu avec lui des rapports assez intimes durant ces seize années, j'ai pu l'étudier et l'apprécier, écrit ainsi Chaptal. Je l'ai pu avec d'autant plus de succès que j'ai constamment joué, auprès de lui, le rôle d'un observateur impassible. Je crois ne m'être jamais fait illusion ni sur ses défauts ni sur ses qualités ". Grâce à cette proximité, Chaptal peut camper un Bonaparte vivant, haut en couleur, parfois timoré et prudent, souvent courageux et inspiré. Ce n'est évidemment pas un portrait à charge, mais une chronique écrite avec le recul nécessaire à un jugement posé et équilibré : sans doute le document contemporain le plus juste concernant Napoléon.

ISBN : 9782715232099
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
The French Republic

The French Republic

History, Values, Debates

Ouvrage dirigé Par Christophe Prochasson en collaboration avec Edward Berenson et Vincent Duclert (Eds.)
Cornell University Press, 2011,  480 p.
In this invaluable reference work, the world's foremost authorities on France's political, social, cultural, and intellectual history explore the history and meaning of the French Republic and the challenges it has faced. Founded in 1792, the French Republic has been defined and redefined by a succession of regimes and institutions, a multiplicity of symbols, and a plurality of meanings, ideas, and values. Although constantly in flux, the Republic has nonetheless produced a set of core ideals and practices fundamental to modern France's political culture and democratic life. Based on the influential Dictionnaire critique de la république, published in France in 2002, The French Republic provides an encyclopedic survey of French republicanism since the Enlightenment. Divided into three sections—"Time and History," "Principles and Values," and "Dilemmas and Debates"—The French Republic begins by examining each of France's five Republics and its two authoritarian interludes, the Second Empire and Vichy. It then offers thematic essays on such topics as Liberty, Equality, and Fraternity; laicity; citizenship; the press; immigration; decolonization; anti-Semitism; gender; the family; cultural policy; and the Muslim headscarf debates. Each essay includes a brief guide to further reading. This volume features updated translations of some of the most important essays from the French edition, as well as twenty-two newly commissioned English-language essays, for a total of forty entries. Taken together, they provide a state-of-the art appraisal of French republicanism and its role in shaping contemporary France’s public and private life.
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Artistes de laboratoire.

Artistes de laboratoire.

Recherche et création à l'ère numérique

Jean-Paul Fourmentaux
Editions Hermann, 2011,  130 p.
PRESENTATION :Un comédien virtuel, des images interactives, un cirque transmédia, des agents intelligents… Ce livre porte sur la manière dont la création artistique et la recherche technologique, qui constituaient autrefois des domaines nettement séparés et quasiment imperméables, sont aujourd’hui à ce point intriqués que toute innovation au sein de l’un intéresse (et infléchit) le développement de l’autre. Dans les nouveaux laboratoires de la création artistique et informatique – Ircam, Hexagram, Lip6, Cnam, Orange Labs – des œuvres hybrides rendent irréversible le morcellement des anciennes frontières opposant art et science.Car en articulant des contributions interdisciplinaires, l’art numérique instaure en effet un morcellement de l’activité créatrice et des modes pluriels de désignation de ce qui fait œuvre. Les logiques de conception et la régulation du travail qui en découlent étant désormais orientées vers une pluralité d’enjeux : exposition (artistique), invention (technologique) et connaissance (académique).L’examen de ces évolutions en France et au Canada révèle de nouvelles manières de faire œuvre commune et soulève plusieurs questions : l’art peut-il faire l’objet d’une recherche ?L’écriture informatique peut-elle, elle-même, recouvrir une dimension théorique et devenir un enjeu de création ? L’interdisciplinarité mise en jeu s’accompagne-t-elle d’unetransformation des modes d’attribution et de valorisation des œuvres partagées entre art et science ?

ISBN : 9782705681852
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Le pouvoir constituant et l'Europe

Le pouvoir constituant et l'Europe

Codirigé par Olivier Cayla et Pasquale Pasquino
Dalloz, Collection "Themes Et Commentaires" ,  2011,  122 p.
Forgée par Sieyès, la théorie du pouvoir constituant, en permettant de penser la limitation des pouvoirs constitués, a joué un rôle prépondérant dans la manière dont la pensée juridique française a interprété les principes du constitutionnalisme moderne. Un retour de la réflexion et du questionnement théorique sur la notion de pouvoir constituant peut apparaître aujourd'hui comme une nécessité pour tenter d'analyser les enjeux juridiques et politiques du très complexe processus de révisions constitutionnelles par lequel s'opère l'expression par chacun des peuples membre de l'Union européenne de son adhésion au texte du Traité de Lisbonne, où se joue la possibilité même de l'existence d'un " pouvoir constituant " européen. Cet ouvrage rassemble les actes du colloque organisé par la chaire de " Rationalité en sciences sociales " du Collège de France et l'Unité mixte de recherche du CNRS 7074, " Centre de théorie et analyse du droit ".
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
À vos ordres ?

À vos ordres ?

La relation d'autorité dans l'armée française de la Grande Guerre

Emmanuel Saint-Fuscien
Paris,  Editins de l'EHESS, Collection "En temps & lieux" ,  2011,  210 p.

Présentation de l'éditeur

Abordant sous l'angle de la relation obéissance/autorité le traditionnel débat opposant le "consentement" des soldats au cours de la Première Guerre mondiale à la "contrainte" exercée par leurs supérieurs hiérarchiques, ce livre propose une perspective historiographique entièrement renouvelée. Outre la littérature de témoignage, les archives du contrôle postal et les documents officiels de l'administration militaire, l'auteur s'appuie sur un corpus inédit : l'ensemble des décisions de justice du conseil de guerre de la 3e division d'infanterie entre 1914 et 1918. L'évolution des pratiques judiciaires au cours de la Grande Guerre éclaire sous un jour nouveau les mécanismes de la sanction, les modalités d'encadrement et l'évolution des liens entre hommes du rang et officiers subalternes. Elle permet aussi de mieux comprendre les motivations individuelles dans l'activité guerrière et les manières de s'approprier les normes militaires.


ISBN : 978-2-7132-2294-8
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Cuba, un régime au quotidien

Cuba, un régime au quotidien

Vincent Bloch & Philippe Létrilliart (dir.)
Paris,  Choiseul, 2011,  224 p.
La République imaginée (1870-1914)

La République imaginée (1870-1914)

Préface d’Henry Rousso

Vincent Duclert
Paris,  Belin, « Histoire de France » ,  2012 [2010],  863 p.

La France de 1870 à 1914 entame un temps de la politique qui se confond largement avec la République. Après une première décennie marquée par la guerre étrangère et intérieure, la domination des monarchistes et des combats pour la liberté, celle-ci s’affirme comme une possibilité de démocratiser le pouvoir et la société. La dynamique politique qui s’instaure à partir de 1878 dans la jeune IIIe République ne se limite pas en effet à la vie des institutions, à la pratique gouvernementale ou à l’exercice du suffrage. Des questions nouvelles sont posées aux Français qui s’en emparent et imaginent leur République. Les ambiguïtés des républicains n’en demeurent pas moins fortes comme le montre la tentation de répression des mouvements sociaux, des avant-gardes intellectuelles ou des luttes civiques. Les oppositions nationalistes et même antisémites, restent elles aussi toujours vives et menacent à plusieurs reprises, comme durant la crise boulangiste et pendant l’affaire Dreyfus, ce processus fondamental de démocratisation qui irrigue une société, un pays, des univers, et que restituent discours, articles et œuvres d’art. La République imaginée raconte et explique ce moment politique de la France qui, par sa richesse, sa profondeur et sa complexité, constitue un volet essentiel de la France contemporaine et de sa modernité sociale autant que culturelle.
Bornée pourtant à l’origine par la guerre de 1870 et la Commune et à la fin par le conflit européen déclenché en 1914, la France de 1870 à 1914 est parvenue à s’extraire de ces engrenages, inaugurant une « Belle Époque » qu’avait préparée une riche « fin de siècle ». L’ouverture au monde – que ne résumait pas une colonisation impériale et destructrice – l’expérience politique, les engagements démocratiques, les expériences sociales, la découverte des espaces et des temps fondent une histoire à écrire et décrire ici. Elle est constitutive du présent et de l’avenir.


ISBN : 978-2-7011-5312-4
Türkiye’de Demokratik Karşi Cikis. Aydin ve Sanatçi Girişimleri

Türkiye’de Demokratik Karşi Cikis. Aydin ve Sanatçi Girişimleri

Traduction en turc actualisée et augmentée de "L’Europe a-t-elle besoin des intellectuels turcs ?" (2010)

Vincent Duclert
Istanbul,  Belge Yayınları, 2012 [2010],  367 p.

Bu kitabın amaçlarından biri öncelikle bu aydın girişimlerine ait bilgileri toplamak, gözler önüne sermek, bu gerçeği sıklıkla göz ardı eden Avrupa kamuoyuna aktarmak ve özgürlüğünü savunmak için aydınlarının göze aldığı tehlikelerden çoğunlukla habersiz Türk kamuoyunu bilgilendirmektir. Bu girişimlerde ne Mustafa Kemal'in Cumhuriyet'inden miras otoriter bir devlet, ne de sivil toplumu ve barışı tehdit eden köktenci anlayışlardan ve milliyetçilikten beslenen yabancı düşmanı bir muhafazakarlık değil, yepyeni bir siyaset ufku yaratmaktır. Türkiye'nin en azından imzaladığı Avrupa İnsan Hakları Sözleşmesi ve siyasi Avrupa'nın değerlerinde bulabileceğimiz temel hak ve ilkelerin tanınmasını temel alan bir demokrasi anlayışına hizmet etmektedir."
-Vincent Duclert-


ISBN : 9789753441339
La démocratie et la guerre au XXIe siècle

La démocratie et la guerre au XXIe siècle

De la paix démocratique aux guerres irrégulières

Jean-Vincent Holeindre avec Geoffroy Murat (dir.)
Hermann, 2012,  240 p.
Prix : 27€

Au début du XXIe siècle, la guerre est à la fois absente et omniprésente dans les démocraties occidentales. Si la plupart des pays démocratiques ne vivent plus dans l’horizon de la guerre, les nouvelles formes de violence armée, comme le terrorisme et les conflits asymétriques en Afghanistan et en Irak, occupent l’espace médiatique et les discours politiques.

Le but de ce livre est de faire le point sur les relations complexes qu’entretiennent la démocratie et la guerre dans la politique internationale au XXIe siècle. Peut-on dire, après Kant, que la démocratie est un régime politique facteur de paix ? Quels sont les effets de la guerre sur la politique intérieure en démocratie ? À l’âge des guerres irrégulières, comment les stratégies militaires des États démocratiques évoluent-elles ?

Telles sont les principales questions posées dans un ouvrage qui réunit pour la première fois les meilleurs spécialistes français et étrangers, qu’ils soient philosophes et historiens, politistes et spécialistes de la guerre. Ce que met au jour l’étude des conflits actuels, c’est non seulement la part d’ombre des politiques démocratiques, mais aussi les mutations de la démocratie, confrontées à une mondialisation qui redistribue les cartes de la puissance.

Avec les contributions de Jean Baechler, Pierre Manent, Michael Doyle, Pierre Hassner, Stéphane Audoin-Rouzeau, Gilles Bataillon, Alberto Valencia, Olivier Chopin, Ran Halévi, Bastien Irondelle, lieutenant colonel Jérôme de Lespinois, colonel Benoît Durieux, Gérard Chaliand, Azar Gat et Dario Battistella.


ISBN : 9782705682712
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
 

Raymond Aron et les relations internationales

50 ans après Paix et guerre entre les nations

Jean-Vincent Holeindre avec Jean-Baptiste Jeangène Vilmer
Québec,  Presses de l’Université Laval, Études internationales ,  2012
Contributeurs : Raymond Aron (publication d’un inédit), Dario Battistella, Gwendal Chaton, Benjamin Brice, Marion Wlodarczik, Giulio de Ligio]
Faire des sciences sociales

Faire des sciences sociales

Comparer

Olivier Remaud, Jean-Frédéric Schaub & Isabelle Thireau (eds.)
Editions EHESS, Collection "Cas de figure" - Volume 22,  2012,  320 p.

Aucune science sociale ne peut se borner à l’étude d’un seul cas. Les approches différenciées ici exposées démontrent l’efficacité des sciences sociales, à l’opposé d’un certain scepticisme sur leur caractère scientifique. Que signifie l’acte de comparer pour les sciences sociales ?

Dans ce volume, la démarche comparative est vue comme un éloge de la pluralité : elle appuie une dynamique de singularisation ou, au contraire, de généralisation. Elle confronte des objets, des sociétés, des processus éloignés dans le temps ou dans l’espace. Elle permet au chercheur de progresser grâce à un travail incessant de rapprochements et de distinctions.


ISBN : 978-2-7132-2362-4
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Cruzadas seculares

Cruzadas seculares

Religion y Luchas(anti)Revolucionarias

Gilles Bataillon ; Marco Estrada Saavedra (Coordinateurs)
Mexico,  Colmex, Centro de Estudios Sociológicos ,  2012,  226 p.
En esta obra el lector encontrará un conjunto de contribuciones para pensar la relación entre religión y política en el contexto de distintos procesos revolucionarios y contrainsurgentes que caracterizaron a América Latina en la segunda mitad del siglo XX. Los capítulos que conforman este libro proponen indagar cuáles fueron las representaciones que nutrieron el imaginario y la práctica tanto de los guerrilleros como de los militares que se encargaron de combatirlos. En este sentido, se ponen un énfasis particular en los préstamos tomados de ciertos esquemas retóricos del cristianismo -de ahí el término de cruzadas seculares-, los cuales fueron reutilizados y modificados por los actores mismos para apuntalar sus praxis.

ISBN : 978-607-462-355-0
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Philosophie des sciences humaines

Philosophie des sciences humaines

Concepts et problèmes

Charles Girard (avec F. Hulak, dirs)
Paris,  Vrin, collection "Bibliothèque d'histoire de la philosophie" ,  2012,  280 p.

Quatrième de couverture :  Les sciences humaines ont en partage des concepts. L'histoire et la géographie, la sociologie et l'anthropologie, l'économie et la linguistique, la psychologie et la psychanalyse trouvent leur unité dans l'usage divers qu'elles en font, plutôt que dans un objet commun aux contours incertains. Pour s'établir comme sciences, elles ont dû affronter les problèmes épistémologiques, ontologiques et pratiques qu'ils suscitent ou révèlent. En s'efforçant d'éclairer le sens et l'efficace de ces concepts, en rendant compte de l'articulation et de l'évolution de ces problèmes, la philosophie peut contribuer au développement des sciences humaines. Elle ouvre aussi pour elle-même un accès plus sûr à leurs savoirs et questionnements, sans lesquels elle ne saurait désormais avancer.

Les contributions réunies dans ce recueil explorent, dans cette perspective, neufs concepts essentiels : la causalité, les normes, l'interaction, l'événement, la nature, la société, l'inconscient, l'expérimentation et la neutralité.


ISSN : 9782711624058

ISBN : 978-2-7116-2405-8
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Histoire intellectuelle du libéralisme

Histoire intellectuelle du libéralisme

Pierre Manent
Fayard/Pluriel, Collection "Pluriel" ,  2012,  252 p.

 

Description de l'ouvrage

Dans ce livre devenu un classique, Pierre Manent expose les fondements historiques et philosophiques du libéralisme. Celui-ci n’est pas d’abord une doctrine économique, comme ont le croit trop souvent, mais une pensée politique. Ce qui est central dans sa constitution, ce n'est pas l'économie mais le problème religieux. Après les guerres de religion, et par réaction, s'est imposée la nécessité d'édifier un Etat neutre : une forme politique qui soit sans opinion. Voilà pourquoi le libéralisme est le berceau de la pensée politique moderne, et que ses enseignements, mais aussi ses perplexités sont encore les nôtres.


ISBN : 9782818502761
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Julius von Schlosser, Patricia Falguières - Les Cabinets d'art et de merveilles de la Renaissance tardive

Julius von Schlosser, Patricia Falguières - Les Cabinets d'art et de merveilles de la Renaissance tardive

Une contribution à l'histoire du collectionnisme

Edition, Introduction et Postface de Patricia Falguières Traduction de Lucie Marignac
Macula, Collection "La littérature artistique" ,  2012,  372 p.
Présentation de l'éditeur :   En 1908, au moment où paraît à Leipzig Les Cabinets d’art et de merveilles de la Renaissance tardive. Une contribution à l’histoire du collectionnisme, Julius von Schlosser n’a pas encore accepté la chaire d’histoire de l’art de Vienne, ce qu’il fera en 1922. Conservateur au Kunsthistorisches Museum de Vienne entre 1889 et 1922, c’est en homme de musée – au contact direct des objets – qu’il rédige ce livre. Schlosser retrace la genèse de ces chambres de merveilles pour s’acheminer vers les formes modernes auxquelles elles ont abouti, les musées. De façon inattendue, il débute son étude avec les tatouages et autres ornements corporels : comme il le dit, « l’homme primitif se déplace avec sa propre collection de trésors partout où il va ». Initié aux notions de collection et de possession, le lecteur assiste au passage de la collection personnelle, réservée à l’espace privé, à une collection qui s’ouvre au public. Le lecteur suit Schlosser dans ses pérégrinations européennes, alors qu’il passe en revue les différentes façons de montrer l’art, de la Grèce antique au début du XXe siècle européen. C’est avec une jouissance et une gourmandise évidentes qu’il révèle à nos yeux émerveillés des objets parfois mystérieux, parfois prodigieux, certains d’une finesse inégalée, que les collectionneurs d’alors se disputent. Luxueux, inutiles, dérisoires ou macabres – Passion sculptée dans un noyau de pêche, portraits des nains de cour, chefs-d’œuvre d’ivoire tourné, etc. – c’est toute une société d’objets disponibles à la fantasmagorie qui surgit. La préface de Patricia Falguières replace ce texte fondamental dans son contexte historique et artistique. Puis sa postface en brosse les derniers traits et établit le lien entre ces chambres de merveilles et notre conception actuelle de l’exposition.

ISSN : 978-2865890736

ISBN : 2865890732
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Raymond Aron, penseur de l’Europe et de la nation

Raymond Aron, penseur de l’Europe et de la nation

Giulio De Ligio (dir.)
Bruxelles, Bern, Berlin, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien,  Peter Lang, Collection "Euroclio" - Volume 66,  2012,  160 p.

Texte de présentation : À mesure que le temps passe, la pertinence des démarches et des analyses de Raymond Aron se confirme au lieu de s'estomper. Parce qu'il a été le commentateur inlassable des événements, parce que ses livres ont souvent répondu à des situations bien différentes de la nôtre, on a pu penser que son oeuvre, à l'exception bien sûr des grands ouvrages théoriques, perdrait de son actualité en raison de l'éloignement des circonstances qui lui avaient donné naissance. C'est le contraire qui se produit. C'est de nous et donc à nous qu'Aron parle encore. À travers la forme politique propre à l'Europe, la journée d'études du 7 juin 2011, dont est issu cet ouvrage, s'était proposée de dégager la science politique que Raymond Aron nous lègue pour mieux comprendre la condition humaine et la situation présente des pays européens.


ISSN : 978-3-0352-6178-3

ISBN : 978-90-5201-826-3 br.
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Yashka, journal d'une femme combattante

Yashka, journal d'une femme combattante

Russie (1914-1917)

Stéphane Audoin-Rouzeau et Nicolas Werth
Editions Armand Colin, 2012,  306 p.
Présentation de l'éditeur : Journal incroyable d'une simple paysanne russe, engagée dans l'armée, pendant la guerre de Russie puis les débuts de la guerre civile.  Elle obtient du tsar de créer un bataillon de femmes, pour sauver sa patrie. Mais au moment où les soldats commence à fraterniser avec l’ennemi, gagnés aux idées menchéviques puis bolchéviques, elle s’insurge la débacle et veux continuer le combat, en résistant seule contre tous. Elle échoue malgré de nombreuses tentatives pour galvaniser les troupes, son bataillon se fait massacrer. Elle n’aura qu’une solution : partir en Amérique convaincue que seule l’ami américain peut envoyer des renforts en tant qu’allié. C'est là qu'elle recontre un exilé russe Isaac Levine qui couche sur le papier son récit .Publié en 1924, il était tombé dans l'oubli. Ce récit exceptionnel de cette Jeanne d'Arc russe dans un monde en train de se déliter pourraît apparaître comme un véritable roman si Stéphane Audoin Rouzeau et Nicolas Werth n'en soulignaient pas la véracité et la portée historique.   Interview de Stéphane Audoin – Rouzeau et Nicolas Werth Interview réalisée par l’éditeur. Pourquoi vous êtes vous intéressés à cette femme guerrière hors du commun, Yashka ? Stéphane Audoin-Rouzeau : « Je l’ai “rencontrée” il y plus de dix ans, en feuilletant un catalogue d’une librairie de livres anciens spécialisée sur les femmes et le féminisme. Le titre m’a attiré. Je me suis rendu compte que son histoire était inconnue et qu’elle était oubliée. De mon côté, je me suis intéressé à ce récit, qui m’a accompagné depuis des années. Je suis donc très heureux qu’il soit enfin re-publié. » Vous dites que quelques centaines de femmes se sont volontairement engagées dans les rangs de l’armée russe, par dévouement pour leur mère patrie. Pensez-vous que cela aurait été possible dans un autre pays que la Russie ?  Nicolas Werth : « Cette situation est typiquement russe. Il y avait en Russie une tradition d’engagement féminin, très minoritaire certes, mais significative, et ayant donné naissance à des œuvres marquantes comme Cavalière du Tsar de Nadejda Dourova. Et puis, la Russie du XIXe siècle avait été épargnée par la vague de pruderie féminine victorienne qui avait tant imprégné l’Europe occidentale. Bref, en Russie, la barrière du genre, si étanche normalement en temps de guerre, était plus poreuse qu’ailleurs. » Forte et courageuse, Yashka a combattu les Allemands malgré de nombreuses blessures. Elle a également secouru des centaines de camarades, blessés par les tirs ennemis. En menant d’une main de maître le Bataillon féminin de la mort, elle a fait preuve d’un dévouement total pour son pays et pour son tsar, ce qui lui coûtera la vie. Quelle femme aujourd’hui sacrifierait sa vie pour sa nation ? Est-ce un phénomène unique en son genre dans l’histoire contemporaine ? Nicolas Werth : « Les engagements féminins, poursuivis jusqu’à l’héroïsme et à la mort, sont tout de même assez nombreux au XXe siècle. Par exemple, ils se produisent de nouveau en Russie, cette fois lors de la Grande Guerre patriotique de 1941-1945. Les guerres civiles ont aussi été l’occasion d’engagements militaires intenses: guerre d’Espagne, combats de la Résistance en Europe en particulier. » Est-ce que vous pensez que le parcours de Yashka peut aujourd’hui apporter des éléments dans le cadre de la réflexion sur la légitimité et la moralité de la présence de femmes dans certains corps « actifs » de l’armée comme l’infanterie ? Stéphane Audoin-Rouzeau : « L’armée américaine s’est intéressée récemment à l’expérience de Yashka et un rapport a été rédigé à ce sujet,  qui conclue à l’absence de tout obstacle de fond à l’accès des femmes aux rôles combattants. Depuis 20 ans, les armées occidentales sont en effet engagées dans un processus de recrutement féminin, et si les femmes restent très minoritaires au sein des institutions militaires, il est clair qu’elles se rapprochent peu à peu des fonctions combattantes. L’obstacle, je crois, est d’ordre anthropologique avant tout. En creux, Yashka le montre bien, elle qui renonce au fond à toute féminité pour assumer sa fonction combattante. »

ISBN : ISBN : 978-2-262-02765-0
L’œuvre commune

L’œuvre commune

Affaire d’art et de citoyen

Jean-Paul Fourmentraux
Edition Les Presses du Réel, 2012,  320 p.
Présentation : Ce livre ne s'intéresse pas aux œuvres déjà faites, mais à des «œuvres à faire». Il a pour objet les métamorphoses du travail de création impulsées par un dispositif original de soutien et de médiation artistique: l'action Nouveaux Commanditaires conçue par l'artiste François Hers et mis en œuvre par la Fondation de France depuis 1991. «Faire œuvre» et «faire société» sont ici rendus indissociables. Car ni l'œuvre, ni le commun, affaires d'art et de citoyens, n'y sont «déjà là». L'une et l'autre demandent à être instaurés. Or, cette instauration d'une «œuvre commune» est jalonnée d'une longue série d'associations, d'intrigues, de controverses et de négociations dynamiques entre artistes, médiateurs et citoyens commanditaires. Au fil des différents chapitres, de nombreux artistes contemporains — John Armleder, Claude Lévêque, Tadashi Kawamata, Xavier Veilhan, Alain Bernardini, Christian Boltanski, Valérie Mréjen, Jean-Luc Moulène — nous font partager ces mouvements de négociation et de transformation de leurs œuvres, vers un «devenir public de l'art».

ISSN : 9782840664772

ISBN : 978-2-84066-477-2
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Art et science

Art et science

Fourmentraux Jean-Paul (Dir.)
Paris,  CNRS Editions, Collection "Les Essentiels d'Hermès" ,  2012,  210 p.
Présentation de l'éditeur : À l’heure ou ressurgit sur la scène académique l’incertain mariage de l’art et de la science, cet opus des Essentiels d’Hermès souligne le rôle qu’ont pu jouer dans ce contexte l’image et la communication. Il offre une mise en perspective des interrogations qui ont accompagné ou contraint ce désir, en pointant les enjeux autant que les dilemmes des tentatives récurrentes d’union ou d’association de l’art et de la science. Le domaine de l’image constitue une voie d’entrée privilégiée pour aborder cette histoire : le double caractère expérimental et tangible de l’image, ses dimensions visuelles et techniques, esthétiques et physiques, l’ont en effet inscrite simultanément dans l’histoire de l’art et de la science. De nos jours, les figures, les modes de production et les usages des images ne cessent d’osciller entre le désir de vérité et le besoin d’illusion. L’évolution des opérations d’exposition, de monstration mais aussi de démonstration ou de conservation, ont constitué le creuset de nouveaux questionnements, fondateurs pour les sciences de l’information et de la communication. Ces apports historiques, indispensables, que la revue Hermès nous offre aujourd’hui de revisiter, sont ici articulés à des contributions inédites qui éclairent d’une façon originale nos débats contemporains sur le devenir des arts et des sciences en partage.

ISSN : 978-2271075086

ISBN : 2271075084
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
L'Ère post-média.

L'Ère post-média.

Humanités digitales et Cultures numériques

Sous la direction de Jean-Paul Fourmentraux
Hermann, L'Ère post-média. Humanités digitales et Cultures numériques Sous la direction de Jean-Paul Fourmentraux L'Ère post-média. Humanités digitales et Cultures numériques Sous la direction de Jean-Paul Fourmentraux ISBN : 9782705683269 Collection « ,  2012,  270 p.
PRÉSENTATION : À l’interface des sciences et des arts – recherche urbaine, sciences politiques, spectacle vivant, cinéma, jeux vidéo et Internet – un nombre croissant de chercheurs et d’artistes proposent de réinventer les mises en scène et les modes de relations aux médias. L’objectif de cet ouvrage est de confronter leurs recherches aux nouvelles pratiques médiatiques, techniques et sociales, mobilisées pour concevoir, véhiculer et agir des œuvres-médias dont la carrière idéale suppose précisément que certains de leurs fragments demeurent potentiels ou « à faire ». Il émerge en effet au cœur de ces arts et médias « praticables » la nécessité d’un équivalent de ce qu’est en musique l’interprétation, entendue au sens de « pratique ». L’interactivité et la jouabilité y composent de nouveaux régimes sociotechniques d’interprétation des médias, à habiter et à expérimenter, qui se doublent d’un renforcement de l’activité d’écriture (de scripts d’usage et scénario) et génèrent une multitude de traces interprétatives que ce livre propose de documenter. C’est donc le versant de la « pratique » que ce livre déploie. À la question « que fait le public ? » se superpose ici la question des modes d’instauration médiatiques. Du côté des médias, de quelle façon anticipent-ils des modes de relations avec les usagers – stratégies de fidélisation, tentatives de connaître les participants, etc.  ? Du côté du public, qu’est-ce qu’être au contact de l’art et des médias dans ce contexte ? Qu’en est-il de l’acte pratique proprement dit ? Et comment rendre compte du vécu et de la perception propre à cette nouvelle génération de « médias praticables » ? Avec les contributions de Samuel Bianchini (université de Valenciennes, ENSAD Paris), Francis Chateauraynaud (GSPR, EHESS Paris), Viviane Folcher (université Paris-8), Jean-Paul Fourmentraux (université Lille-3, EHESS Paris), Antoine Hennion (CSI, Mines-ParisTech/CNRS), Patricia Laudati (université de Valenciennes), Emmanuel Mahe (Orange Labs, France Télécom), Jacques Perriault (université Paris-10), Vincent Tiffon (CEAC, université Lille-3), Tomaso Venturini (Medialab, Sciences-po Paris), Moustapha Zouinar et Anne Bationo (Orange Labs, France Télécom).

ISBN : 9782705683269
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Charleroi : 21-23 août 1914

Charleroi : 21-23 août 1914

Damien Baldin et Emmanuel Saint-Fuscien
Paris,  Tallandier, Collection "l'Histoire" ,  2012,  242 p.

Description de l'ouvrage

La bataille de Charleroi n'est ni Verdun, ni la Somme. Presque occultés par la longue guerre des tranchées qui s'en suivit, ces trois premiers jours de combat sont pourtant les plus meurtriers de la Première Guerre mondiale pour l'armée française. Opposant la 5e armée du général Lanzerac à la lre, IIe et IIIe armées allemandes entre Sambre et Meuse, Charleroi ouvre la voie à l'invasion du Nord de la France.

En ce vendredi 21 août 1914, sous une chaleur écrasante, des milliers de soldats tout juste mobilisés et engoncés dans leurs pantalons garances vivent là leur baptême du feu. Sous la puissance de feu inédite de l'artillerie allemande, l'armée française vit les heures les plus meurtrières de son histoire - près de 7000 soldats français sont tués le 22 août à Charleroi, presque 40000 entre le 21 et 23 août sur l'ensemble du front. La violence des combats n'épargne pas non plus les civils. Pour la première fois, les combats s'engagent dans les rues, les maisons, les usines.

Désorganisée, l'armée française recule à l'intérieur de ses frontières. Ni prévue, ni anticipée, la bataille signe l'échec du plan stratégique, tourné vers l'offensive, conçu par des généraux, dont les postures sont héritées du XIXe siècle, quand Charleroi est «la première bataille du XXe». Cette crise du commandement trouve son épilogue dans le renouvellement massif des chefs mené par Joffre début septembre.

Damien BALDIN est chargé d'enseignement à l'EHESS et conseiller à la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale.
Emmanuel SAINT-FUSCIEN est maître de conférences à l'EHESS et auteur de plusieurs travaux sur la Grande Guerre.

Cet ouvrage est le premier sur ce tournant de la guerre 14-18.


ISBN : 2847347399
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Les Métamorphoses De La Cité

Les Métamorphoses De La Cité

Essai Sur La Dynamique De L'occident

Pierre Manent
Flammarion, Collection "Champs Essais" ,  2012,  424 p.

 

L'avis de La Procure

A travers la lecture de grands penseurs du politique, tels Montesquieu et Saint Augustin, Pierre Manent découvre les racines de l'Europe dans les formes politiques successives de l'Occident: la Cité, l'Empire, l'Eglise. Cette enquête passionnante nous interrogera sur les destins de l'Europe. Car le court de l'histoire ne se remonte pas, quelles nouvelles métamorphoses connaîtra désormais le politique ?

Résumé

Essai sur l'évolution de la forme occidentale de gouvernement depuis l'Antiquité et sur le passage de la cité, à l'empire, l'Eglise puis la nation.

Quatrième de couverture

Les métamorphoses de la cité

Le propos de ce livre est de présenter une interprétation de l'histoire de l'Occident, plus précisément une interprétation politique de cette révolution permanente qui a caractérisé l'Occident.

Ma thèse est la suivante : la cité est la source première du développement occidental. Avant cette invention, les hommes vivaient selon l'ordre relativement immobile des familles, encore prégnant dans bien des régions du monde. Avec la cité, l'humanité s'engage dans ce nouvel élément qu'est le politique entendu comme gouvernement de la chose commune, et l'histoire de l'Occident devient alors celle de ses quatre grandes formes politiques : la cité donc, puis l'empire, l'Église et la nation.

Cette succession n'est pas seulement chronologique, elle est aussi causale. Chaque nouvelle forme résulte de la précédente qui, parvenant au bout de ses possibilités, suscite la nouvelle. C'est ainsi que la cité, déployant ses énergies jusqu'à s'épuiser elle-même dans les luttes intestines et les guerres extérieures, donne naissance à l'empire occidental - celui d'Alexandre, puis celui de Rome. C'est ainsi que l'Église comme communauté universelle prend la suite de l'empire, incapable de préserver l'unité dont il portait la promesse.

Pendant une grande partie de son histoire, l'Occident restera incertain de sa forme politique, hésitant entre la cité, l'empire et l'Église, jusqu'à ce que soit élaborée la forme politique qui permettra aux Européens de se gouverner enfin de manière rationnelle : la nation. Mais cette forme à son tour s'est détruite elle-même dans les guerres « hyperboliques » du XXe siècle, et nous sommes aujourd'hui à la recherche d'une nouvelle forme politique.

Cette étude s'efforce de retracer l'histoire politique, mais aussi intellectuelle et religieuse, de l'Occident en la rattachant sans cesse au problème politique par excellence : comment nous gouverner nous-mêmes ? Cette histoire raisonnée des formes politiques est donc aussi une recherche de philosophie politique.

ISBN : 978-2-08-123750-6
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Le mythe du grand silence

Le mythe du grand silence

Auschwitz, les Français, la mémoire

François Azouvi
Fayard, 2012,  500 p.

 

Présentation de l'éditeur

Les Français n'ont été ni sourds ni muets quant à l'extermination des Juifs. Non, il ne leur a pas fallu trente ou quarante ans pour accepter de saisir le plus grand crime de l'histoire. Dès le lendemain de la guerre, les élites ont élaboré une véritable pensée du génocide où les catholiques et les protestants ont eu une part immense, dont on n'avait pas pris la mesure jusqu'ici. Les intellectuels de tout bord ont été pris à la gorge par la spécificité de ce phénomène. Bien sûr, la culpabilité a joué un rôle, mais contrairement à une idée reçue, elle a été assumée, proférée, et c'est elle qui a animé le mouvement de réception de l'événement et sa progressive extension à tout le corps social. Lorsque, en 1967, la guerre des Six-Jours éclate, elle rencontre une opinion publique déjà très bien instruite et sensibilisée au drame des Juifs par vingt années de romans, de films, de récits, de témoignages. Il y a eu en France un " syndrome de Vichy ", mais pas de " syndrome de la Shoah ". Pourtant, quand, dans les années 1970 et 1980, le regard sur les années noires de Vichy a changé et qu'il est devenu moins bienveillant, un mythe global est né : celui d'une France malade de son passé et incapable de se regarder en face. En fait, la réalité est autre: si les Français ont occulté Vichy, ils n'ont pas occulté l'extermination des Juifs. Pour le prouver, François Azouvi livre ici la première étude systématique de tout ce qui a été écrit, publié ou produit en France sur la Shoah depuis 1945.

ISBN : 2213670994
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
L’esprit républicain.

L’esprit républicain.

Droits naturels et vertu civique chez Algernon Sidney

Christopher Hamel
Paris,  Classiques Garnier, Collection « PolitiqueS » ,  2012,  593 p.
Ce livre entend montrer, par la reconstruction rationnelle de la pensée politique et morale de Algernon Sidney (1623-1683), que son usage du langage des droits est non seulement compatible avec son républicanisme, mais indissociable de celui-ci. L'objectif est ainsi de mettre en cause l'intuition, que partagent philosophes et historiens, selon laquelle le concept des droits relèverait essentiellement du libéralisme.
 
This book aims to show, by the rational reconstruction of the moral and political thought of Algernon Sidney (1623-1683), that his use of the language of rights is not only compatible with his republicanism, but inseparable from it.

ISBN : 978-2-8124-0344-6
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici

"Maison de l'Histoire de France"

Enquête critique

sabelle Backouche, Vincent Duclert
PARIS,  Editions de la Fondation jean jaurès, Les études ,  2012,  347 p.

Le 12 septembre 2010, Nicolas Sarkozy annonce sa volonté de créer une « Maison de l'histoire de France ». Dès lors le projet avance à marche forcée, soutenu par une forte communication et étouffant les controverses légitimes. Les auteurs de cette enquête critique en livrent une analyse minutieuse.

Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Hobbes. La vie inquiète

Hobbes. La vie inquiète

Luc Foisneau
Gallimard, Collection Folio essais ,  2016,  624 p.
Prix : 9,20€

Comment pouvons-nous vivre ensemble, alors que nous sommes en désaccord sur la manière dont il faut vivre? Hobbes répond : parce que nous ne sommes pas d’accord sur ce qu’est une vie réussie nous devons penser la réalité politique en termes de souveraineté et de justice. Refusant tout à la fois la réponse de Machiavel, qu’il n’y a pas de morale en politique, et celle de Platon, qu’il n’y a pas de politique sans une idée du Bien, l’auteur du Léviathan nous aide à tirer les conséquences de nos conflits moraux et religieux. 
La première de ces conséquences est politique : nous obéissons aux lois parce qu’il existe un État capable de nous y contraindre ; la deuxième est anthropologique : nous ne nous considérons pas comme des êtres sociaux mais comme des individus ; la troisième est juridique : les règles de droit procèdent, non d’une exigence de vérité, mais d’un souci de paix partagé ; et la dernière est théologico-politique : c’est le souverain, et personne d’autre, qui autorise en dernière instance l’expression publique du sentiment religieux. 
À partir des concepts fondamentaux de Hobbes et de leur réception contemporaine (notamment chez Mauss, Voegelin, Foucault et Rawls), Luc Foisneau montre que, si nos vies sont inquiètes, c’est que l’état de nature n’est jamais loin, que l’État-Léviathan qui nous protège nous inspire de la crainte et que notre bonheur est fait de la succession indéfinie de nos désirs. 
Lisons Hobbes.


ISBN : 9782070467884
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Cuba, une révolution

Cuba, une révolution

Vincent Bloch
Paris,  Éditions Vendémiaire, Chroniques ,  2016,  448 p.

« Cette fois, c’est la révolution pour de vrai » : tels furent les premiers mots prononcés publiquement par Fidel Castro à Santiago de Cuba, après la fuite du général Fulgencio Batista. Le nouveau leader entendait faire table rase du passé, et s’employa d’emblée à produire une idéologie et à refondre le droit. Soulignant l’inachèvement du projet national, son gouvernement put compter sur des appuis aux motifs divergents. Il composa avec des logiques d’action concurrentes : épurations, démonstrations de force, stratégies traditionnelles de captation de prébendes, mobilisations étudiante et syndicale, activisme catholique-réformiste, initiatives citoyennes, mais aussi repli sur la sphère privée… C’est ainsi que, peu à peu, dans un contexte de guerre froide, se constituèrent les règles et se dessinèrent les stratégies individuelles qui fournirent un ancrage à une nouvelle forme de vie en commun.

Cette enquête portant sur la période 1952-1989 associe des approches philosophique, sociologique et anthropologique pour situer le régime castriste par rapport au nationalisme cubain, aux populismes latino-américains et aux expériences totalitaires du XXe siècle.


ISBN : 978-2-36358-199-0
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
La guerre d'Espagne

La guerre d'Espagne

Un conflit qui a façonné l'Europe

Vincent Duclert, Jordi Canal (.)
Paris,  Armand Colin, 2016,  395 p.

La Guerre Civile espagnole ou guerre d’Espagne (1936-1939) marqua profondément l’histoire espagnole, mais aussi l’histoire européenne. Elle déborda les frontières pour devenir à la fois un conflit international et un conflit intérieur à certains pays comme la France, un conflit qui, par son déroulement même, ses lectures intellectuelles et ses conséquences aussi bien idéologiques que militaires, sociales que culturelles, façonna l’Europe. La mémoire de la guerre d’Espagne se développa à l’échelle des personnes, des sociétés, des nations, mettant à l’épreuve l’idée de la démocratie qui définissait profondément la conscience européenne et contribuant aussi à la reconstruire.

Comptant parmi les meilleurs spécialistes du sujet, les auteurs de ce livre démontrent l’importance de l’événement pour comprendre l’histoire de l’Europe et de ses sociétés.


ISBN : 978-2-200-61617-5
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Œuvres complètes

Œuvres complètes

Correspondance et écrits de guerre 1914 - 1919

Elie Halévy
Marie Scot, Vincent Duclert (.)
Paris,  Les Belles Lettres, 2016,  680 p.

Si la compréhension de la Grande Guerre a permis d'appréhender l'ampleur de la crise mondiale et l'entrée de l'Europe dans « l’ère des tyrannies », elle le doit fondamentalement à Élie Halévy.
Fils du célèbre librettiste d’opéras Ludovic Halévy et de Louise Bréguet, frère de l’essayiste et écrivain Daniel Halévy, le jeune Élie Halévy lance avec plusieurs de ses amis philosophes la très renommée Revue de métaphysique et de morale. Rapidement, sous l’effet notamment de l’affaire Dreyfus où il joue un rôle important, le philosophe se fait historien et s’attèle aux immenses dossiers du libéralisme anglais et du socialisme européen qu’il travaillera jusqu’à sa mort soudaine en 1937.
La Grande Guerre va retenir toute son attention d’historien-philosophe, alors qu’il est engagé volontaire dans des hôpitaux militaires, principalement à Albertville. Accomplissant son devoir patriotique, Élie Halévy s’estime libre d’analyser le conflit et ses conséquences avec une forte acuité, une rare lucidité et une remarquable puissance d’analyse. Ce volume très largement inédit de sa correspondance et de ses écrits de guerre, édité par Vincent Duclert et Marie Scot, préfacé par Stéphane Audoin-Rouzeau, révèle le pouvoir d’une pensée à l’œuvre pour la liberté et la connaissance.
Cet ouvrage forme le premier tome des Œuvres d'Élie Halévy publiées sous l'égide de la Fondation nationale des sciences politiques et des Belles Lettres.


ISBN : 9782251445588
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Œuvres complètes

Œuvres complètes

L’Ère des tyrannies. Etude sur le Socialisme et la Guerre

Elie Halévy
Marie Scot, Vincent Duclert (.)
Paris,  Les Belles Lettres, 2016,  768 p.

Publié en 1938, un an après la mort de son auteur, l'historien et philosophe Élie Halévy, L'Ère des tyrannies a été élaboré par ses proches afin de transmettre une pensée essentielle à la compréhension de la crise mondiale née de la Grande Guerre et de la terreur révolutionnaire. Cet ouvrage qui propose une analyse inédite de l'émergence des États totalitaires en Europe donne aux États démocratiques des armes intellectuelles pour combattre un phénomène jamais observé dans l'histoire, rapprochant des régimes d'idéologies ennemies dans un même système de négation de la liberté individuelle et de la raison critique. Pour apprécier la portée conceptuelle et l'historicité des thèses d'Élie Halévy, la réédition du texte princeps est accompagnée d'un corpus documentaire de grande ampleur qui démontre la genèse de la pensée halévyenne et son impact sur la résistance antitotalitaire depuis la Première Guerre mondiale.


ISBN : 9782251445533
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Œuvres complètes

Œuvres complètes

Histoires du socialisme européen

Elie Halévy
Marie Scot, Vincent Duclert (.)
Paris,  Les Belles Lettres, 2016,  XIV + 917 p.

Intellectuel visionnaire, Élie Halévy est un spécialiste reconnu des théories libérales et utilitaires, mais il est également un lecteur averti des penseurs socialistes de Saint-Simon à Marx. Ses travaux sur le socialisme européen, réunis de façon posthume dans L'Ère des tyrannies et L’Histoire du socialisme européen, ont fait date.

Publiée en 1948 par les amis d’Élie Halévy sous la direction de Célestin Bouglé et de Raymond Aron, l’Histoire du socialisme européen a été rédigée à partir de notes d’étudiants prises lors du grand cours qu’il a professé à l’École libre des sciences politiques de 1902 à 1937. Ce texte témoigne de la réflexion originale qu’Élie Halévy, philosophe historien, a consacré au socialisme, ses doctrines comme ses expériences pratiques, du XIXe et du XXe siècle et dans une perspective comparative résolument européenne.

Ce tome III des Œuvres complètes d’Élie Halévy, enrichi par le dépouillement de ses archives et la réunion d’écrits inédits, propose une analyse génétique du texte de l’Histoire du socialisme européen en le comparant à des versions antérieures du cours. Il permet la découverte d’autres études sur la théorie socialiste, comme l’essai Thomas Hodgskin publié en 1903, ainsi que de nombreux articles, entretiens et comptes rendus, inédits, qui n’avaient jamais été traduits ou republiés.


ISBN : 9782251446134
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Alfred Dreyfus

Alfred Dreyfus

L'honneur d'un patriote

Vincent Duclert
Paris,  Fayard / Pluriel, 2016,  688 p.

Des milliers de livres existent sur « l’Affaire » à laquelle Alfred Dreyfus a donné son nom, mais nul historien n’a jamais écrit sa biographie dans le siècle qui s’écoula, de sa solennelle réhabilitation en 1906 au centenaire de 2006. Quel rôle cette figure, longtemps tenue pour insignifiante voire indigne des valeurs dreyfusardes, a-t-elle joué dans le combat reconnu des droits de l’homme contre la raison d’État ?

Assumant l’énorme documentation produite par l’événement, accédant à des manuscrits et des archives inédits, cette biographie historique démontre comment un officier français, un républicain, un intellectuel, a rendu possible un tel combat et a façonné son héritage démocratique, participant de plain-pied à la bataille dreyfusarde et à la démocratisation de la République.
Un devoir d’histoire porte l’écriture l’ouvrage qui restitue l’engagement d’un homme contre les ténèbres de l’arbitraire politique et de la violence raciale, au nom des valeurs de vérité et de justice qui étaient la France selon lui. Dans un xxi
e siècle qui voit renaître un antisémitisme qu’on croyait disparu et s’affirmer d’implacables tyrannies politiques, l’histoire d’Alfred Dreyfus est plus que jamais décisive. 


ISBN : 9782818505083
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
La République aux 100 cultures

La République aux 100 cultures

Dominique Schnapper
Paris,  Arfuyen, La faute à Voltaire ,  2016,  134 p.

"Ce n'est pas dans son principe que le "modèle républicain" est obsolète. La politique d'intégration par la citoyenneté et la pratique professionnelle est conforme à la vocation des sociétés démocratiques et prolonge la tradition nationale. Ce sont les manquements au modèle républicain, élément de l'ensemble de la crise de la société française, qui créent l'échec partiel de la politique d'intégration et le sentiment plus général du déclin national."


ISBN : 9782845902329
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Pierre Bourdieu

Pierre Bourdieu

Un structuralisme héroïque

Jean-Louis Fabiani
Paris,  Seuil, La couleur des idées ,  2016,  310 p.

L'extraordinaire succès de l'oeuvre de Pierre Bourdieu, en France et à l'étranger, dans l'Université comme auprès des médias et au sein de la société, brouille en partie sa lecture. Ses interprètes ne s'encombrent pas toujours d'un examen attentif des textes et encore moins d'une réflexion sur la genèse sociale de concepts désormais classiques : qu'ils s'emploient à célébrer ou à dénigrer l'ambition de l'édifice théorique, ils en mésestiment fréquemment la rigueur et la complexité. A rebours du traitement ordinaire que les routines académiques réservent aux productions intellectuelles, Jean-Louis Fabiani tente d'appliquer à Bourdieu les outils qu'il a lui-même forgés. Cette méthode, restée inédite, permet ainsi d'éprouver à la fois leur efficacité pour rendre compte de la trajectoire, moins extraordinaire ou atypique qu'elle ne paraît, du sociologue, et leur portée heuristique en général. Il s'agit de réintégrer " Bourdieu " dans le cadre analytique qu'il a lui-même construit, non pas pour le transposer de façon mécanique, mais pour en mesurer éventuellement les limites. En interrogeant les ambiguïtés et les inflexions de l'oeuvre comme les ambivalences de ses usages savants et politiques, ce livre en montre une part de la grandeur cachée, et, en ne prenant pas entièrement au sérieux l'ambition héroïque du grand théoricien, il lui donne la possibilité, apparemment paradoxale, de survivre à ses propres contradictions.


ISBN : 9782021290325
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
1814

1814

La campagne de France

Pierre Branda, Patrice Gueniffey (.)
Paris,  Perrin, Synthèses historiques ,  2016,  450 p.

En dépit de son issue tragique, la campagne de France constitue un chapitre de choix du livre d'heures de la mythologie napoléonienne. Avec à peine cinquante mille hommes, l'Aigle « rechausse ses bottes de 93 » et remporte – à un contre dix – une série de victoires éclatantes avant de tomber, victime des intrigues de Talleyrand et de la trahison des maréchaux.
Pour donner enfin sa place à l'histoire, Patrice Gueniffey et Pierre Branda ont rassemblé autour d'eux les meilleurs historiens de la période. Ils analysent et racontent tous les aspects – politiques, diplomatiques, sociétaux, mémoriels et naturellement militaires – d'une guerre de cent jours, en ayant également soin d'ouvrir le propos à des problématiques jamais traitées comme l'engagement des alliés ou l'histoire régionale. Ils démontrent enfin comment le drame est devenu mythe dans une dernière partie consacrée à la postérité de 1814.


ISBN : 9782262064983
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Comprendre le malheur français

Comprendre le malheur français

et avec François Azouvi, avec Eric Conan, Marcel Gauchet
Paris,  Stock, 2016,  368 p.

Il y a un malheur français, bien spécifique à ce pays : pourquoi sommes-nous les champions du monde du pessimisme et du mécontentement de nous-mêmes ? Pourquoi vivons-nous notre situation, notre place dans l’Europe et le monde, comme un malheur incomparable ?
Marcel Gauchet aborde ce problème d’une façon originale, en procédant d’abord à un vaste examen historique, qui le conduit aux xviie-xviiie siècles, jusqu’à la période immédiatement contemporaine. Au passage, l’auteur analyse en profondeur le règne de De Gaulle et celui de Mitterrand, l’un et l’autre matriciels pour comprendre notre présent.

Puis Marcel Gauchet s’attaque aux ressorts de la société française d’aujourd’hui, dont il dissèque les maux : pourquoi la mondialisation et l’insertion dans l’ensemble européen sont-ils ressentis en France avec une particulière inquiétude ? Pourquoi le divorce entre les élites et le peuple prend-il chez nous ce tour dramatique ? Quelle responsabilité incombe aux dirigeants dans la montée de ce qu’on appelle, sans y réfléchir, « populisme » ? Quel rôle joue, dans le marasme français, le néo-libéralisme auquel Mitterrand a converti la France sans le dire ? Enfin, l’auteur montre que nous sommes aujourd’hui au plein coeur d’une période d’idéologie, d’autant plus pernicieuse qu’elle n’est jamais repérée pour ce qu’elle est, mais toujours confondue avec le cours obligatoire des choses : il s’agit de l’idéologie néo-libérale, qui va de pair avec la dépolitisation de nos sociétés.


ISBN : 9782234075412
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Lettres à la France

Lettres à la France

De Jeanne d'Arc à Abd Al Malik

textes réunis et présentés par Vincent Duclert (.)
Paris,  Le Livre de poche, 2016,  192 p.

Ce recueil inédit mêle lettres de civils, textes d’écrivains ou d’historiens, discours d’hommes politiques et chansons contemporaines, de Zola à Polnareff en passant par Hugo, Josephine Baker, Simone Veil, etc. Autant de femmes et d’hommes qui ont fait vivre à travers leurs mots les idéaux de liberté, d’égalité, de fraternité, dont le rayonnement devient  la cible des fanatiques.
Au fil de ces textes, le livre rejoue les grands moments de la France, ses combats pour la liberté, ses heures sombres de guerre et d’obscurantisme, ses défis relevés depuis toujours.


ISBN : 9782253183129
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
La Fin des empires

La Fin des empires

Patrice Gueniffey, Thierry Lentz (.)
Paris,  Perrin, 2016,  450 p.

L'histoire serait-elle vouée à n'être qu'un éternel recommencement ? Cette fameuse question mérite particulièrement d'être posée concernant la naissance et la chute des empires. Depuis l'Antiquité, et sur tous les continents, certaines contrées, par le fer, l'or et l'esprit, se hissent au rang de puissance prépondérante et dominent une large partie du monde. Or, selon l'adage de Jean-Baptiste Duroselle, " tout empire périra " pour des raisons multiples, même si un noyau dur d'explications peut être avancé : crises de croissance, notamment en matière d'assimilation des populations conquises, paupérisation économique, épuisement du modèle militaire ; enfin et naturellement, apparition et renforcement de rivaux intérieurs et extérieurs.

Sous la direction de Patrice Gueniffey et Thierry Lentz, des historiens de renom racontent et analysent le déclin et la chute des grands empires qui ont fait le monde. Ils nous entraînent dans le sillage d'Alexandre le Grand jusqu'au soft power de Washington, en passant par le modèle romain et son héritier byzantin, les empires des steppes, l'Empire ottoman, le binôme latino-continental espagnol, précédant le siècle idéologique (1917-1991) qui voit tour à tour s'effondrer l'empire des Habsbourg, le IIIe Reich, le Japon militariste, puis, après la guerre froide, le communisme soviétique, héritier de l'impérialisme séculaire des Romanov.

Brisés par les deux guerres mondiales, la faillite des totalitarismes et le déclin de l'Europe qui avait dominé le monde depuis le XVIe siècle, les empires ont pu sembler, alors que l'on célébrait la fin de l'histoire, condamnés au bûcher des vanités. Seulement, si les empires trépassent, l'impérialisme ne meurt jamais, comme le prouvent les étonnantes métamorphoses de la Chine, l'éternel retour de la Russie, sans occulter le poids toujours majeur des Etats-Unis.


ISBN : 9782262051600
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Philosophie

Philosophie

L'Individu

Collectif : Vincent Descombes avec Stéphane Chauvier, François Schmitz, Julien Rabachou
Les Editions de Minuit, Collection "Revue Philo" ,  2010,  128 p.

Présentation de l'éditeur

Ce numéro porte sur la question de l'individu. Or loin d'être univoque, elle a été déployée dans des registres problématiques distincts. La notion d'individualité concerne tout d'abord tout étant en général et relève de l'ontologie formelle ou des ontologies mondaines. Au sein d'un domaine spécifique - domaine idéal des nombres entiers, champ des objets intra-mondains en général, domaine réal des objets de temps, des choses étendues, matérielles, culturelles, des êtres animés, des personnes, etc. -, on se demande quel est le principe d'individuation qui rend compte de la singularité des étants de ce domaine : qu'est-ce qui caractérise l'individualité d'un nombre entier au sein de leur suite indéfinie ? celle d'un objet intra-mondain par rapport à tout autre ? qu'est-ce qui distingue de toute autre une chose spatiale dans le champ sensible, ou un objet culturel dans l'environnement ? La question se subdivise donc en deux, selon que l'on considère la singularité des idéalités formelles d'un champ de pensée, ou celle des objets intramondains : la première tâche est de dégager les principes purement logiques d'individuation d'un objet de pure pensée, la seconde, de thématiser les principes d'individuation réale des objets mondains (temps, espace, matérialité ou causalité, signification culturelle, système de renvois, etc.). Dans cette perspective, Stéphane Chauvier tente de distinguer deux sens de l'individualité (hénade et monade) corrélatifs à deux modes d'accès aux choses - l'un qui le considère comme une singularisation au sein d'une espèce, l'autre comme une singularité absolue et close sur soi. Et François Schmitz analyse l'argument célèbre de Ramsey discuté par Russell, relativement à la question de savoir si les objets intra-mondains se partagent ou non en deux classes - celle des particuliers et celle des universaux. La question se complique lorsqu'on la restreint au domaine de l'individualité humaine : est-il possible de penser la singularité d'un individu humain à partir des instruments conceptuels qui ont permis de caractériser celle de l'étant en général (catégories et principes d'individuation), ou bien l'individualité humaine est-elle sui generis et requiert-elle une conceptualité nouvelle ? Ainsi, julien Rabachou examine la pertinence de modèles ontologiques traditionnels pour penser l'individu humain. Et, partant de la thèse heideggerienne qui distingue l'identité ontologique d'un étant quelconque (Selbigkeit) et l'ipséité d'un être humain (Selhstheit) - alors que l'identité à soi-même d'une chose de la nature est simplement ce qui fait d'elle cette chose, l'ipséité relève de la manière d'être vis-à-vis de soi-même ou de choisir entre être soi-même ou non -, Vincent Descombes s'attache à dégager la confusion grammaticale qui grève implicitement l'analyse heideggerienne : la confusion entre le quis et le quid, l'identification d'un individu et la caractérisation de ses actes. De même, Frédéric Worms réinterroge le rapport entre individu et relation, en se demandant si les relations interindividuelles sont ou non constitutives de l'individualité - ce qui conduit de l'ontologie à l'éthique. Enfin, Marc Pavlopoulos et Andy Hamilton repensent l'individuation humai-ne à partir de l'expérience interne : quel type d'expérience me permet d'avoir accès à mon Soi et de fixer mon ipséité ?


ISBN : 2707321249
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
L’Europe a-t-elle besoin des intellectuels turcs ?

L’Europe a-t-elle besoin des intellectuels turcs ?

Postface d’Hamit Bozarslan

Vincent Duclert
Armand Colin, « Eléments de réponse/Libertés d’historien » ,  2010,  190 p.

La Turquie constitue une grave question pour l’Europe qui révèle avec elle ses peurs, ses doutes, ses rejets. L’image de ce pays auprès des Européens se réduit généralement à celle d’une nation prisonnière de la violence d’État ou menacée par le risque islamiste. Et si la Turquie pouvait au contraire parler le langage politique auquel l’Europe aspire ?
Contre la tradition d’ignorance qui pèse sur ce pays, cet essai d’historien veut saisir le débat public d’une réalité méconnue et pourtant décisive. De nombreux intellectuels turcs mènent en effet d’importants combats démocratiques. 
Dans les années 2000, cette mobilisation n’a cessé de grandir. Défendant des valeurs de liberté et une exigence de vérité, écrivains, artistes, juristes ou journalistes se dressent contre la tyrannie d’État aussi bien que contre l’intolérance religieuse. 
Oui, l’Europe a besoin des intellectuels turcs, et pas seulement pour l’éclairer sur la Turquie. Ils rappellent aux Européens l’importance des engagements civiques, le besoin de politique dans les sociétés, le devoir de s’opposer au nationalisme par la raison critique et la souveraineté des citoyens. Ils rappellent à l’Europe son histoire, tout simplement. C’est-à-dire son avenir.

 

Traduction en turc actualisée et augmentée : Türkiye’de Demokratik Karşi Cikis. Aydin ve Sanatçi Girişimleri, Istanbul, Belge Yayınları, 2012, 367 p.


ISBN : 9782200248598
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
L’Avenir de l’histoire.

L’Avenir de l’histoire.

Vincent Duclert
Armand Colin, Nouvelles Biographies Historiques ,  2010,  223 p.

Résumé :
Penser l'avenir de l'histoire est la tâche des historiens soucieux des lendemains de leur discipline, née comme telle et comme profession dans la seconde moitié du XIXº siècle. La réflexion sur les pratiques et les formes du savoir historien aussi bien que l'analyse des conditions intellectuelles, politiques, sociologiques, d'exercice du métier, sont désormais de nécessité reconnue : l'historien se doit de se vivre et de se placer en situation de passage, de pont, de lien pour tisser et retisser les espaces de la discipline, l'écriture et le réel, la recherche et l'enseignement, le savoir et la cité, le familier et le lointain, l'individu et le social, l'événement et le temps. Dans la pensée de l'avenir, horizon somme toute paradoxal pour des spécialités tournés vers l'étude du passé, résident bien des interrogations, et peut-être des solutions, sur le rôle des savoirs savants et le progrès des sociétés humaines.

Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Qu’est-ce qu’un philosophe français ?

Qu’est-ce qu’un philosophe français ?

La vie sociale des concepts (1880-1980)

Jean-Louis Fabiani
EHESS, Collection "Cas de Figure" ,  2010,  320 pages p.
Retraçant une histoire à pas vifs de la philosophie et des figures qui la représentent, ce livre offre une lecture vivante, accessible à tous, et parfois impertinente sur les figures les plus remarquables de la vie intellectuelle française. Le philosophe constitue l’une des figures les plus remarquables de la vie intellectuelle française. D’où vient ce statut social si spécifique à la France ? En s’intéressant aussi bien à la genèse des concepts et des systèmes qu’à la vie sociale des idées depuis les débuts de la Troisième République jusqu’aux années 1980, Jean-Louis Fabiani évoque les permanences et les évolutions de discours et de pratiques d’une discipline. Il aborde celle-ci comme objet culturel, fait éclater les formes de récit de son histoire et honore pleinement le contrat qu’il s’était fixé : donner au lecteur non initié ce qu’il faut pour comprendre comment s’est faite la philosophie. Retraçant une histoire à pas vifs de cette discipline et des figures qui la représentent, ce livre offre une lecture vivante, pleine d’humour, notamment sur les modes de vie des philosophes (Sartre dans les hôtels miteux sans bibliothèque), leurs styles vestimentaires (le chapeau de Deleuze, le col roulé de Foucault). Aperçu du sommaire 1. La philosophie en classe. 2. Carrières et concepts. 3. Les moments et les crises. 4.Le rempart de la raison. 5Le spiritualisme français. 6.Transferts conceptuels. 6.La religion dans les limites de la simple raison ?. 7.Aux frontières de la science. 9.Le philosophe artiste et la tentation prophétique
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Les antijésuites

Les antijésuites

Discours,figures et lieux de l’antijésuitisme à l’époque moderne

Catherine Maire et Pierre-Antoine Fabre
Rennes,  Presses Universitaires de Rennes (PUR), Collection "Histoire" ,  2010,  644 p.
Ce livre propose une remontée aux sources méconnues de l’antijésuitisme. L’époque moderne fournit en effet les motifs polémiques dont hériteront les siècles suivants, entre une opposition à la « modernité » que la Compagnie incarne, et une opposition à la catholicité romaine, dont cette même Compagnie représente la dernière formation. En traversant des textes, des situations locales et des évolutions sur deux siècles dans l’Europe et dans le monde, ce volume explique comment le jésuite et le complot jésuite ont pu figurer un fantastique exutoire des contradictions de l’époque moderne.

ISBN : 978-2-7535-1016-6
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Une sociologue au Conseil Constitutionnel

Une sociologue au Conseil Constitutionnel

Dominique Schnapper
Gallimard, Collection "NRF Essais" ,  2010,  452 p.
2001 : Dominique Schnapper, pour l’importance et la qualité de ses travaux sur la République et la démocratie, est nommée au Conseil constitutionnel. Étrangère au sérail politique d’où sont traditionnellement issus tous les membres, elle est la première sociologue dans l’histoire de l’institution. Neuf ans durant, elle tient le journal de cette expérience unique : nulle révélation sur les hommes du Conseil, ni sur le secret des délibérations, mais une réflexion sans pareille sur le fonctionnement de notre démocratie. On pourrait croire, en effet, que le Conseil est l’institution suprême. Créé en 1958, il rompt avec la tradition française puisqu’il doit contrôler l’activité parlementaire au nom du respect de la Constitution alors que les Assemblées avaient toujours été souveraines. Toutefois, la place protocolaire médiocre des conseillers rappelle la réticence de De Gaulle à créer cette instance de validation ultime de la constitutionnalité du pouvoir dans son exercice. C’est petit à petit, sans éclats et avec ténacité, que le Conseil s’est imposé, notamment par la continuité de son action assurée par le secrétariat général et fondée sur la référence à la jurisprudence, ce corpus des décisions antérieures constitué et rappelé par le service des juristes, qui préparent les dossiers pour les conseillers. Ainsi le Conseil peut fonctionner malgré l’extrême diversité de la culture juridique et constitutionnaliste de ses membres. Des sociologues se sont faits boxeur, vagabond ou joueur de poker, afin d’oberver de l’intérieur un milieu particulier : c’est la sociologie participante. Dominique Schnapper, au cours de sa mandature, a été l’une des neuf voix qui décidèrent de la constitutionnalité de nos lois. Elle a en cela inventé une sorte de participation sociologique.
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
La Démocratie

La Démocratie

Histoire, théories, pratiques

Sous la direction de J.-V. Holeindre et B. Richard
Edtions Sciences Humaines, Collection "Synthèse" ,  2010,  352 p.
Présentation de l'éditeur : Les meilleurs spécialistes pour la première fois réunis dans un ouvrage de synthèse, stimulant et actuel !   La démocratie semble, dans son principe, la façon la plus séduisante d’organiser le pouvoir dans une société. Le peuple se gouverne lui-même ou par ses représentants et chacun, étant à la fois gouverné et gouvernant, apprend à tenir compte de l’intérêt général aussi bien que de ses intérêts individuels. Un tel apprentissage n’a pas été facile : il a fallu beaucoup d’approximations et d’échecs avant de parvenir aux démocraties actuelles. Mais, confrontées à deux guerres mondiales et aux totalitarismes, ces constructions complexes et fragiles se sont montrées incroyablement résilientes, peut-être parce que leur légitimité s’enracine au plus profond des « passions du coeur de l’homme ». « Structurellement inachevée », la démocratie surprend ainsi par sa capacité à se transformer tout en restant fidèle à son ambition première. En dépit des critiques et des attaques, elle a su évoluer au gré des siècles et affronte aujourd’hui de nouveaux défis. Polymorphe, elle diffère également selon les pays, chaque expérience nationale ou régionale étant le fruit d’une histoire longue qui dépend avant tout des peuples qui l’écrivent.

ISBN : 9782912601988
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
De quoi l'avenir intellectuel sera-t-il fait ?

De quoi l'avenir intellectuel sera-t-il fait ?

Enquêtes 1980, 2010

Marcel Gauchet et Pierre Nora
Gallimard, Collection "Le Débat" ,  2010,  510 p.
Présentation de l'éditeur : Le Débat avait lancé à ses débuts, en 1980, une enquête auprès d'une vingtaine de jeunes auteurs sur le thème : " De quoi l'avenir intellectuel sera-t-il fait ? " L'idée s'imposait, pour marquer le trentième anniversaire de la revue, de recommencer l'expérience auprès d'un échantillon de la nouvelle génération. Mais c'était aussi l'occasion de demander à ceux qui avaient répondu autrefois de réagir à leur contribution, trente ans après. " Génération 1980 " reprend donc les réponses à l'enquête initiale ; " Aujourd'hui " rassemble les réactions de ceux dont une bonne partie de l'avenir est derrière eux ; " Génération 2010 ", enfin, les réponses de dix-sept jeunes personnalités qui ont l'avenir devant elles.
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
L'Avènement de la démocratie

L'Avènement de la démocratie

A l'épreuve des totalitarismes 1914-1974

Marcel Guchet
Gallimard, Collection "Bibliothèque des Sciences Humaines" - Volume 3,  2010,  661 p.
Présentation de l'éditeur : Dans le sillage de la crise du libéralisme examinée dans le volume précédent, ce troisième volume est consacré à la crise totalitaire sur laquelle débouche la Grande Guerre. Il s'efforce d'en établir la signification dans l'histoire de la démocratie. Les totalitarismes ne se contentent pas. en effet, de combattre les démocraties "bourgeoises" comme si elles leur étaient étrangères, ils en procèdent. Ils leur lancent un défi qu'elles sont mises en demeure de relever. D'où ont-ils pu sortir ? Au-delà des circonstances, ils ont partie liée avec des idéologies d'un genre nouveau, nées autour de 1900, à l'enseigne de la révolution et de la nation. Marcel Gauchet en retrace la genèse. Elles sont à comprendre montre-t-il, comme des " religions séculières ", c'est-à-dire des antireligions religieuses résultant d'une phase spécifique et périlleuse élu processus de sortie de la religion. Le coeur de l'ouvrage est formé par la reconstitution des trois expériences qui méritent le nom de totalitaires au sens strict : le bolchevisme, le fascisme et le nazisme. L'accent est porté sur la dynamique qui les anime, voie royale pour en appréhender l'essence à partir de leurs contradictions intimes. Mais l'intérêt de la perspective est aussi d'éclairer par contraste les transformations profondes qu'a connues la démocratie. Les grandes réformes politiques et sociales d'après 1945 prennent tout leur sens en tant que réponses au défi totalitaire. Au vrai, la " démocratie libérale " telle que nous la connaissons aujourd'hui est issue de cet effort pour surmonter les failles dont se nourrissaient les refus totalitaires. Le XXe siècle n'a pas été seulement le théâtre de tragédies sans exemple. Il a été également le siège d'une réussite aussi méconnue que décisive qu'il n'est que temps de tirer de l'ombre.
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Le religieux et le politique

Le religieux et le politique

Douze réponses de Marcel Gauchet

Marcel Gauchet - Introduction et entretien : Olivier Bobineau
DDB, Collection "Religion et Politique" ,  2010,  130 p.
Avec son maître livre Le désenchantement du monde, le philosophe Marcel Gauchet apparaît aujourd'hui comme l'un des penseurs majeurs du religieux et du politique. Mais présenter sa pensée n'est pas chose facile. Sa trajectoire intellectuelle est marginale, sa pensée est riche, complexe et profonde. Elle touche à tous les sujets importants : l'esprit humain, l'inconscient, la Nature, la religion, l'art, la politique, la démocratie, l'Etat, la modernité. L'ambition est ici justement de relever le défi de l'explicitation du couple religion et politique. Il s'agit de proposer une grille d'intelligibilité d'une pensée suggestive pour aujourd'hui. L'introduction très pédagogique d'Olivier Bobineau est suivie d'un texte inédit de Marcel Gauchet qui réagit et revient en toute liberté sur les accents de sa propre pensée.

ISBN : 978-2-220-06188-7
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
La fin des guerres majeures ?

La fin des guerres majeures ?

Jean-Vincent Holeindre et Frédéric Ramel (dir.)
Economica, Collection "Doctrines et stratégies" ,  2010,  288 p.
Présentation de l'éditeur : Depuis 1945, la guerre a changé de visage au point qu'on hésite désormais à la nommer. Interventions extérieures, guerres irrégulières, conflits asymétriques ou " de basse intensité "... De nouvelles expressions sont apparues pour souligner la singularité du contexte stratégique contemporain. Ainsi les conflits actuels sont-ils souvent présentés comme l'antithèse des guerres d'autre fois, qui étaient " grandes ", " totales " et " majeures ". Que s'est-il passé ? Comment interpréter les mutations de la guerre ? Comment les Etats occidentaux, dont les armées semblent avoir intériorisé le modèle de la guerre majeure tout au long du XXe siècle, peuvent-ils relever les défis soulevés par les formes contemporaines de la conflictualité ? A l'âge de la mondialisation, qui voit émerger de nouvelles puissances, peut-on écarter tout scénario de guerre majeure ? Telles sont les principales questions posées dans cet ouvrage qui croise les regards d'historiens, de philosophies j et de politistes pour proposer une approche originale et synthétique des problèmes stratégiques d'hier et d'aujourd'hui. De la Guerre de Trente ans à la Guerre Froide, il apparaît que les guerres majeures ont profondément marqué l'histoire et la pensée stratégique en Europe. Au XXIe siècle, ha guerre devient à la fois plus limitée et moins lisible, au sens où la technologie ne représente plus la solution tactique adéquate et où la victoire politique tarde à se concrétiser. Le reflux des guerres majeures ne préfigure pas la disparition de la guerre. C'est la raison pour laquelle il ne faut cesser de la penser.

ISSN : 978-2717858594

ISBN : 2717858598
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
War and Peace: the Role of Science and Art

War and Peace: the Role of Science and Art

Nour, Soraya, Olivier Remaud (Eds.)
Berlin,  Dunker & Humblot, Beiträge zur Politischen Wissenschaft ,  2010,  290 p.
Prix : 84€
The essays gathered in this volume investigate the role of science and art in issues of war and peace through various disciplines and theoretical traditions. How does philosophical anthropology explain why humans can be so violent? How do psychoanalysis and neuroscience regard the fact that, rather than pursuing happiness and freedom, humans seem to prefer the destruction of others and themselves? How is violence incorporated into language? How do the social sciences construct a depreciative view of the enemy and the myth of a national, superior identity? How have the natural sciences been involved in domination or cooperation between countries? How does art defame or value the other? How can one shield science and art from the logic of war, making them a common good for humanity and a foundation for peace? Many reflections are discussed here with regard to Kant, Hegel, Alexander von Humboldt, Novalis, Schlegel, Schopenhauer, Tolstoy, Freud, Einstein, Ortega y Gasset, Clausewitz, Canetti, Bourdieu, Rawls etc. This volume stands alone in clarifying the role of science and art in war and peace analytically and historically while also linking it to a number of contemporary implications.

ISBN : 978-3-428-13092-4
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Intelligences de la France

Intelligences de la France

Onze essais sur la politique et la culture

Philippe Urfalino (dir. avec Martha Zuber)
Sciences PO/Les Presses, Collection "Fait politique" ,  2010,  264 p.
Les onze essais sur la politique et la culture en France réunis dans cet ouvrage livrent onze coups de sonde, onze manières de rendre intelligibles différentes facettes de la vie politique et intellectuelle de l'hexagone, le plus souvent à partir d'un regard qui embrasse trente, voire cinquante années de son évolution. Ils couvrent quatre grands thèmes : la situation politique du pays à la veille des élections présidentielles de 2007, la place de la France dans les relations entre l'Ouest et l'Est de l'Europe avant et après la chute du mur de Berlin, l'articulation entre politique et culture dans la vie intellectuelle française, et enfin les avatars de l’État modernisateur. Leur point commun est d’emprunter l’une ou plusieurs des voies d’analyse dont la fécondité a été démontrée par l’œuvre du sociologue et historien Pierre Grémion, spécialiste reconnu de la vie politique et intellectuelle française de la seconde partie du xxe siècle, à qui ce livre rend hommage.   Ont contribué à cet ouvrage : Suzanne Berger, Volker Berghahn, Goulven Boudic, Pierre Hassner, Jack Hayward, Stanley Hoffmann, Marc Lazar, Olivier Mongin, Jacques Rupnik, Antoine de Tarlé et Catherine Vilkas.

ISSN : 978-2-7246-1146-5

ISBN : 2-7246-1146-2
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Citadins et citoyens dans la Chine du XXe siècle

Citadins et citoyens dans la Chine du XXe siècle

Essais d'histoire sociale

Yves Chevrier, Alain Roux et Xiaohong Xiao-Planes (collectif)
Paris,  Maison des Sciences de l'Homme, MSH Hors Collection ,  2010,  604 p.
Présentation de l'éditeur : La Chine, qui a terminé sa révolution et a jeté les bases d'une gigantesque métamorphose, défie les catégories habituelles de la politique. L'énigme chinoise est ici mise en lumière à travers une histoire sociale des villes au XXe siècle, à la veille du basculement qui va faire d'un très ancien pays agraire une société dominée par l'urbain. Cette phase moderne de l'histoire en longue durée des sociétés urbaines chinoises, dans les contextes successifs des " traités inégaux " et des " concessions ", de la dictature du Guomindang et de l'occupation japonaise, de la révolution et du régime maoïstes puis des réformes post-maoïstes, a fait l'objet des travaux de Marie-Claire Bergère à qui ce recueil d'essais rend hommage. Venus de Chine, d'Amérique et d'Europe, les auteurs écrivent moins l'histoire d'une démocratie absente, selon les formes institutionnelles prescrites, que celle d'un social travaillant sur lui-même en présence des pouvoirs qui se partagent le pays, à Shanghai, à Canton, à Tianjin et à Xi'an. Leur plongée au-dessous de la surface événementielle éclaire l'épaisseur historique des transformations, des mobilisations, des impasses et des paradoxes de la société chinoise au XXe siècle. C'est dire que cette histoire sociale revendique pleinement la grande tradition qui cherche dans l'enquête historique sur les sociétés les clés de l'intelligence du politique. Ce livre est en ce sens une grammaire historique du mouvement social et politique chinois actuel qui ne doit pas être réduit à un débat abstrait sur les droits de l'Homme.

ISSN : 978-2735111770

ISBN : 2735111776
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
La gauche est-elle morale ?

La gauche est-elle morale ?

Christophe Prochasson
Flammarion, Collection "Documents" ,  2010,  280 p.
"La question morale est devenue l'un des aspects, et non des moindres, de la question sociale. Pour le pire et le meilleur, on peut même s'attendre à ce que la première s'installe à la place de la seconde. De la même façon que la question sociale prit progressivement, au cours du XIXe siècle, les teintes chatoyantes de la politique, la question morale est en train d'absorber, sous nos yeux, toute la politique, son langage comme son horizon, ses ressorts émotionnels comme son répertoire d'actions collectives. On l'a vue surgir au centre de la dernière campagne présidentielle de 2007 durant laquelle s'affrontèrent d'ailleurs moins deux morales que deux moralismes. Porté tout à la fois par les deux adversaires du second tour, à gauche Ségolène Royal, à droite Nicolas Sarkozy, le discours sur de prétendues "valeurs", où se mêlent dans le plus grand désordre l'égalité, la fraternité, le travail, la famille voire l'économie de marché et le contrôle des frontières, tend à éliminer les controverses d'idées. Faut-il s'en réjouir, faut-il le déplorer ? C'est à quoi s'emploient à répondre les pages qui suivent en s'appuyant sur l'histoire ". Un essai original et musclé, qui éclaire l'actualité par l'histoire dans une langue aussi fluide que rigoureuse.

ISSN : 978-2081246003

ISBN : 2081246007
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Refonder l'Université

Refonder l'Université

Pourquoi l'enseignement supérieur reste à reconstruire

Olivier Beaud, Pierre Encrenaz, Marcel Gauchet, François Vatin, Alain Caillé (Collectif)
La Découverte, Collection "Cahiers libres" ,  2010,  276 p.
  En mai 2009, alors que s'enlisait la longue lutte engagée par un nombre considérable d'universitaires contre la loi « libertés et responsabilités des universités » (LRU) de 2007 et contre les projets de « mastérisation », un petit groupe d'entre eux lançait un « Appel à refonder l'université ». Ce manifeste, qui recueillit plus de 5 000 signatures, a été perçu comme un tournant décisif dans le débat : au-delà du conflit en cours, il montrait que la crise de l'université française, de plus en plus aiguë, ne peut s'analyser sans prendre en considération l'ensemble de l'enseignement supérieur français, dont elle n'est qu'une fraction chaque jour plus restreinte. De fait, la société française ne peut plus se permettre de confiner l'université au rôle de voiture-balai de l'enseignement supérieur, avec la charge d'accueillir le public refusé par les autres établissements - classes préparatoires, classes de BTS, grandes, mais aussi moyennes ou petites écoles. En entretenant la fuite des étudiants, cette politique aveugle engendre la désespérance des enseignants-chercheurs, sans l'appui desquels toute réforme est vouée à l'échec et coûte cher à la nation sans espoir de profit. Le groupe des « refondateurs », qui réunit des représentants de disciplines et de sensibilités idéologiques variées, a continué à réfléchir à une indispensable refonte de l'enseignement supérieur. La conviction qui l'anime est qu'aucune réforme positive ne peut se faire sans un diagnostic lucide de la situation et un large consensus des universitaires. Fruit des réflexions de ce groupe, ce livre rassemble toutes les pièces du dossier et propose des mesures concrètes aisément applicables qui peuvent permettre de redresser la barre et de remettre l'université au service de la société.

ISBN : 9782707166463
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Conceptualiser la démocratie

Conceptualiser la démocratie

Marcel Gauchet
Société Française de Philosophie, Bulletin de la Société Française de Philosophie ,  2010,  28 p.
On sait la difficulté de définir la démocratie, tant l’écart est grand entre son idée, ou son principe – le pouvoir du peuple, l’autogouvernement – et la réalité du fonctionnement de nos régimes. Encore la difficulté redouble-t-elle lorsqu’il s’agit de saisir sous le même terme un régime politique au sens strict et un « état social », comme « l’égalité des conditions », ou une forme de société. Une théorie de la démocratie en mesure d’intégrer ces différents aspects au sein d’une construction conceptuelle cohérente est-elle possible dans ces conditions ? C’est une proposition en ce sens qu’on voudrait mettre à l’épreuve de la discussion. On voudrait essayer de montrer que la définition de la démocratie comme « mise en forme politique de l’autonomie », celle-ci étant rigoureusement comprise comme l’expression structurelle de la sortie moderne de la religion, permet de satisfaire aux principales exigences qu’on est en droit d’attendre d’une compréhension authentiquement philosophique du phénomène. Elle répond à la question de l’origine et de la signification de la démocratie des modernes, en autorisant une caractérisation ferme de sa spécificité par rapport à la démocratie des anciens. Elle permet de situer le régime démocratique dans ses liens avec son environnement historique, qu’il s’agisse de son inscription dans la forme politique État-nation ou de son association avec la société de l’économie, tout en éclairant par la même occasion la raison d’être du mécanisme représentatif. Bref, elle autorise à donner un statut conceptuel à des données trop vite rejetées du côté de l’empirie.

ISSN : 978-2711650552

ISBN : 2711650553
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Islam in Europe. The Lure of Fundamentalism and the Allure of Cosmopolitanism

Islam in Europe. The Lure of Fundamentalism and the Allure of Cosmopolitanism

Nilüfer Göle
Princeton,  Markus Wiener Publishers, 1ST edition ,  2011,  320 p.
Islam in Europe is a book full of striking images: the assassination of and the death threats against artists and intellectuals; violent demonstrations demanding Sharia law for Europe; and acts of terrorism, Also detailed are European political initiatives and, in some cases, new laws that forbid the wearing of the burka in public spaces, the ban on minarets in Switzerland, and other efforts to keep Western culture "pure." But there is another reality, as Nilüfer Göle describes it from her own life experience: Muslims who are politicians in European parliaments; scholars teaching in European universities; and artists who use this creative intercultural exchange as a theme in their art. More visible are the hundreds of thousands of students, workers, merchants, and professionals who participate in every aspect of public life without concealing their heritage. Göle sees the best hope for a modern and European Islam in the Muslim women who--in contrast to the men--demonstrate their commitment to their heritage by wearing head scarfs while participating in modern Western life. In manifesting their professional and public experience in their own communities, they become the agents of change and modernism. Göle thus sees European Islam as "feminine," in contrast to the male-dominated traditional Islam.

ISSN : 978-1558765269

ISBN : 1558765263
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Les métamorphoses de la cité

Les métamorphoses de la cité

Essai sur la dynamique de l’Occident

Pierre Manent
Flammarion, Collection "Essais" ,  2010,  424 p.
Présentation de l'éditeur Le propos de ce livre est de présenter une interprétation de l'histoire de l'Occident, plus précisément une interprétation politique de cette révolution permanente qui a caractérisé l'Occident. Ma thèse est la suivante : la cité est la source première du développement occidental. Avant cette invention, les hommes vivaient selon l'ordre relativement immobile des familles, encore prégnant dans bien des régions du monde. Avec la cité, l'humanité s'engage dans ce nouvel élément qu'est le politique entendu comme gouvernement de la chose commune, et l'histoire de l'Occident devient alors celle de ses quatre grandes formes politiques: la cité donc, puis l'empire, l'Eglise et la nation. Cette succession n'est pas seulement chronologique, elle est aussi causale. Chaque nouvelle forme résulte de la précédente qui, parvenant au bout de ses possibilités, suscite la nouvelle. C'est ainsi que la cité, déployant ses énergies jusqu'à s'épuiser elle-même dans les luttes intestines et les guerres extérieures, donne naissance à l'empire occidental - celui d'Alexandre, puis celui de Rome. C'est ainsi que l'Eglise comme communauté universelle prend la suite de l'empire, incapable de préserver l'unité dont il portait la promesse. Pendant une grande partie de son histoire, l'Occident restera incertain de sa forme politique, hésitant entre la cité, l'empire et l'Eglise, jusqu'à ce que soit élaborée la forme politique qui permettra aux Européens de se gouverner enfin de manière rationnelle : la nation. Mais cette forme à son tour s'est détruite elle-même dans les guerres " hyperboliques" du XXe siècle, et nous sommes aujourd'hui à la recherche d'une nouvelle forme politique. Cette étude s'efforce de retracer l'histoire politique, mais aussi intellectuelle et religieuse, de l'Occident en la rattachant sans cesse au problème politique par excellence: comment nous gouverner nous-mêmes? Cette histoire raisonnée des formes politiques est donc aussi une recherche de philosophie politique.

ISSN : 978-2081237506

ISBN : 2081237504
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
La Civilisation socialiste

La Civilisation socialiste

Edition critique de Christophe Prochasson - Charles Andler, La Civilisation socialiste
Le Bord de l'eau, Collection "Bibliothèque républicaine" ,  2010,  108 p.
Présentation par l'éditeur :  La révolution sera morale ou ne sera pas, aimait à dire Charles Péguy. Le socialisme sera moral ou ne sera pas, lance en écho Charles Andler dans la longue et passionnante conférence publiée en 1911 sous le titre La Civilisation socialiste. Philosophe et commentateur de Nietzsche, militant socialiste de la première heure aux côtés de son ami, le célèbre bibliothécaire de l'École normale supérieure, Lucien Herr, Charles Andler (1866-1933) cherche la formule d'un socialisme qui assure ni plus ni moins que la régénération morale de l'homme. En rupture avec les conceptions traditionnelles du socialisme, trop empruntées à ses yeux de l'héritage marxiste, Andler conçoit le socialisme comme un au-delà de la démocratie. Dès lors le penseur socialiste doit intégrer à son programme des dimensions qu'il délaisse le plus souvent : l'art et la morale. Le socialisme d'Andler se révèle libéral et libertaire, critique de la démocratie parlementaire et anxieux devant tous les dogmes, confiant dans l'éducation des hommes et révulsé par la logique militante des partis. Andler incarne une singulière image de socialiste individualiste qui s'exprime de façon flamboyante dans un texte aussi étrange que profond.

ISBN : 978-2-35687-044-5
La Grande Guerre. Histoire de la mémoire collective en France et en Roumanie

La Grande Guerre. Histoire de la mémoire collective en France et en Roumanie

Ouvrage dirigé par Christophe Prochasson en collaboration avec Florin Turcanu
Bucarest,  New Europe College-Institut d'études avancées, 2010,  119 p.

ISBN : 9731805621, 9789731805627
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Jewish Citizenship in France

Jewish Citizenship in France

The Temptation of Being among One's Own

Dominique Schnapper avec Chantal Bordes-Benayoun et Freddy Raphaël - Traduction anglaise de "La condition juive en France. La tentation de l’entre-soi" (2009) par Catherine Temerson
Transaction Publishers, 2011,  141 p.
The Jews of France have been liberated for over two centuries; they have been considered free citizens and equal to their compatriots. What purpose, then, does it serve to study their citizenship today? Until World War II, French Jews called themselves "Israelites;" they were deeply patriotic and had found a place for themselves in France’s "community of citizens." However outbursts of anti-Semitism during that period reminded them that their new status prevented neither hate nor rejection; they had to persevere in the struggle for citizenship equity. France has not been spared from recent movements demanding recognition of particular identities in the public space. Ethnicity in French political life has become increasingly obvious, in spite of the constant assertion of "republican values." Questions about immigration, nationality, and integration are constantly in the forefront of public life. Though, in France, the existence of ethnic and religious communities is not legally recognized, certain groups are designated as separate, often creating conflicts among them.

ISSN : 978-1412814744

ISBN : 141281474X
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
André Malraux.

André Malraux.

L’engagement politique au XXe siècle

Perrine Simon-Nahum
Armand Colin, Collection "Nouvelles biographies historiques" ,  2010,  240 p.
Description de l'ouvrage : Si André Malraux nous intéresse encore tant, au point qu’il continue d’inspirer certaines des grandes figures de notre vie publique, ministres ou écrivains, ce n’est pas seulement parce qu’il fut l’un des acteurs privilégiés d’événements d’un temps héroïque, ce n’est pas parce qu’il occupa les hauts postes de la République, pas non plus parce qu’il côtoya les héros du siècle, ni même parce qu’il figure à notre panthéon littéraire aux côtés de Victor Hugo ou de Jean-Paul Sartre. À travers le kaléidoscope de toutes ces facettes, il nous rappelle plus qu’aucun autre, le visage ambigu d’un siècle qui nous a fait. Grandiloquent et furieux, profond et désespéré, aussi insincère qu’inquiet, guère modeste, il est une sorte de précipité alchimique des défauts et des qualités de notre XXº siècle qui nous fascine et ne cesse, nous ses héritiers critiques, de nous déranger.

ISSN : 978-2200246068

ISBN : 2200246064
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
El poder y la catástrofe.

El poder y la catástrofe.

Venezuela bajo la tragedia de 1999

Paula Vásquez Lezama
Caracas,  Taurus, Santillana, 2010,  435 p.
La catástrofe que desencadenaron las lluvias a finales de 1999 dejó mucho más que muertos y damnificados. Paralelamente a las casi 1000 personas fallecidas y a la conmoción nacional, la tragedia dio paso a una "apropiación burocrática de la desgracia", como cita la autora. Los resultados de las consecuencias sociales no sólo se convirtieron en cifras; una relación particular se comenzó a gestar entre el gobierno y los damnificados.

ISBN : 978-9801502661
Des humains comme les autres

Des humains comme les autres

Bioéthique, anonymat et genre du don

Irène Théry
Paris,  EHESS, Collection "Cas de figure" - Volume 14,  2010,  310 p.
Faut-il ou non lever l’anonymat dans le cadre d’un engendrement par tiers donneur ? Irène Théry nous entraîne au cœur des controverses soulevées par les nouvelles techniques de procréation.  Alors que les premiers enfants nés grâce aux dons sont devenus de jeunes adultes et, pour certains, revendiquent l’accès à leurs origines, comment distinguer les places respectives des protagonistes du don d’engendrement : parents, enfants, donneurs ? L’enfant n’est-il pas le grand oublié de la perspective médicale traditionnelle assimilant don de gamètes et don du sang, au prix de l’effacement d’une partie de son histoire ? D’une plume résolument engagée, Irène Théry propose un regard critique sur le modèle bioéthique français qui a sacralisé l’anonymat du don de gamètes alors que tant de pays démocratiques ont su passer du modèle initial Ni vu ni connu à celui de Responsabilité où le donneur – homme ou femme – cesse d’être perçu comme un spectre menaçant. La panique morale qui semble saisir la société française – corps médical, responsables politiques, religieux – devant une telle évolution révèle les préjugés et les résistances face aux nouvelles représentations de l’identité personnelle et de la filiation, transformées par l’égalité des sexes, le démariage et l’émergence sociale de l’homoparentalité.

ISBN : 978-2-7132-2265-8
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
La démocratie délibérative

La démocratie délibérative

Anthologie de textes fondamentaux

Charles Girard (avec A.Le Goff, eds.)
Hermann, Collection « L'Avocat du Diable » dirigée par Charles Girard ,  2010,  550 p.
PRÉSENTATION : À quelles conditions une décision politique est-elle légitime en démocratie ? Certains philosophes contemporains affirment que seule une délibération publique et libre entre des citoyens égaux peut constituer le fondement de la légitimité politique dans nos sociétés contemporaines, complexes et pluralistes. C’est au terme d’un échange libre et argumenté de raisons et d’opinions que les citoyens peuvent se prononcer sur l’autorisation de la culture des OGM, choisir un système de retraite, trancher entre des dispositifs fiscaux, ou légaliser l’adoption homoparentale. Mais pourquoi et comment réaliser un tel idéal de gouvernement dans nos démocraties représentatives ? Développée dans les années 1980 en Europe et en Amérique, la « démocratie délibérative » s’est depuis imposée comme l’un des paradigmes dominants de la pensée politique contemporaine. Ce recueil propose une introduction à ce courant théorique et réunit des textes fondamentaux, presque tous inédits en français, écrits par ses principaux acteurs. AVEC LES TEXTES DE : Bruce Ackerman, James Bohman, Simone Chambers, Joshua Cohen, Maeve Cooke, Jon Elster, James Fishki, Jürgen Habermas, Cass Sunstein, Iris Marion Young.

ISBN : 9782705670450
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Principi del governo rappresentativo

Principi del governo rappresentativo

Bernard Manin
Mulino, "Collezione di testi e di studi" ,  2010,  312 p.
Dalla democrazia dei partiti alla democrazia del pubblico. Prefazione di Ilvo Diamanti : Dall'Atene antica a Montesquieu, da Aristotele a Rousseau, le elezioni erano lungi dall'essere considerate lo strumento democratico per eccellenza: democrazia non equivaleva a sistema rappresentativo, e il dispositivo che meglio garantiva la rigorosa uguaglianza dei candidati era semmai l'estrazione a sorte. Che cosa è accaduto alla fine del XVIII secolo in Europa e negli Stati Uniti perché a tale concezione multisecolare si sostituisse l'idea della coincidenza tra democrazia e rappresentanza? In realtà, come mostra Bernard Manin tracciando la genealogia del governo rappresentativo, esso è una combinazione di tratti democratici e tratti oligarchici. Oggi l'evoluzione della democrazia suggerisce di guardare senza nostalgia alla presunta età aurea dei partiti di massa. Le tendenze recenti, che valorizzano il ruolo dei leader e della comunicazione, rammentano i primordi del sistema rappresentativo, fondato sulle persone e sui rapporti diretti. Nella presente "democrazia del pubblico" il confronto tra individui ha sostituito quello fra grandi ideologie interpretate da grandi organizzazioni. Analizzando premesse, significati e percorsi del governo rappresentativo, Manin conduce in queste pagine una magistrale indagine sulla democrazia e sulle sue metamorfosi.

ISBN : 978-88-15-13772-2 anno di pubblicazione 2010
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Art et internet

Art et internet

Nouvelle édition revue et augmentée

Jean-Paul Fourmentraux
CNRS Editions, Collection "CNRS Communication" ,  2010,  285 p.

  Depuis le milieu des années 1990, Internet bouscule les formes de création et de diffusion de l’art contemporain. Dans le même temps, le « travail artistique », plus collectif et interdisciplinaire, préfigure de nouveaux usages de l’Internet. Cet ouvrage analyse les dynamiques et tensions de cette articulation de la recherche technologique et de l’innovation artistique. Il examine les modalités d’émergence d’un monde de l’art centré sur l’Internet, ainsi que l’institution de nouvelles conventions de travail et d’échange culturel. Quels sont ici les ressorts de la mise en oeuvre d’art ? Que signifie être auteur ? Quelles formes d’exposition et de réception sont imaginées ? Le Net art place en effet l’oeuvre d’art au coeur d’une négociation entre artistes, informaticiens, dispositifs techniques et publics amateurs. Le suivi de la conception, de la disposition et de l’exposition du Net art permet ici de voir se constituer des projets à dimensions multiples – programmes, interfaces, images, dispositifs – dont les enjeux relationnels et collaboratifs renouvellent les manières de « faire oeuvre » à l’ère des médias praticables. L’auteur propose une typologie de ces oeuvres et une analyse de leur « carrière sociale », mettant en perspective la redéfinition des modes de circulation des oeuvres, les outils et les stratégies de leurs mises en public, en exposition ou en marché. Axé sur « l’oeuvre en situation de travail », cet ouvrage permet ainsi de saisir à la fois le travail à l’oeuvre et le travail de l’oeuvre dans le Net art.


ISBN : 978-2-271-07099-9
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Dictionnaire des grandes œuvres juridiques

Dictionnaire des grandes œuvres juridiques

codirigé par Olivier Cayla avec Jean-Louis Halpérin
Dalloz, Collection "Petits dictionnaires Dalloz" ,  2010,  634 p.

Ce dictionnaire a pour ambition, en format poche susceptible d'intéresser les étudiants, de présenter la pensée juridique, à travers les grands auteurs et grandes oeuvres juridiques, de l'antiquité jusqu'à nos jours (d'Aristote à Rawls), qu'il s'agisse de la pensée occidentale ou orientale. Les auteurs abordés sont pour la plupart juristes mais l'intérêt de ce dictionnaire est également de présenter la pensée d'auteurs non juristes de profession qui ont eu une influence sur la théorie du droit. Cet ouvrage propose des éléments nécessaires à la culture juridique et suscite la réflexion sur les questions de définition du droit, de théorie juridique ainsi que sur les rapports avec les autres disciplines. Chaque auteur est présenté par un spécialiste de sa pensée avec une notice structurée évoquant quelques éléments biographiques, les courants dans lesquels s'inscrit son oeuvre principale, les apports les plus originaux de l'oeuvre et son impact sur la pensée en général. En fin de notice est proposée une liste des autres auteurs traités dans l'ouvrage intéressant la rubrique et une bibliographie secondaire de l'auteur.


ISBN : 9782247089857
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Les antijésuites.

Les antijésuites.

Discours, figures et lieux de l’antijésuitisme à l’époque moderne

Catherine Maire avec P.-A Fabre (co-éditeurs)
Rennes,  Presse Universitaire de Rennes (PUR), 2010,  644 p.

 Actes des colloques internationaux, EHESS, Paris, 28 et 29 mars 2003, Ecole française de Rome, 30 et 31 mai 2003.

Ce livre propose une remontée aux sources méconnues de l’antijésuitisme. L’époque moderne fournit en effet les motifs polémiques dont hériteront les siècles suivants, entre une opposition à la « modernité » que la Compagnie incarne, et une opposition à la catholicité romaine, dont cette même Compagnie représente la dernière formation. En traversant des textes, des situations locales et des évolutions sur deux siècles dans l’Europe et dans le monde, ce volume explique comment le jésuite et le complot jésuite ont pu figurer un fantastique exutoire des contradictions de l’époque moderne.


ISBN : 978-2-7535-1016-6
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
The Mind's Provisions

The Mind's Provisions

A Critique of Cognitivism

Vincent Descombes
Princeton University Press, Philosophy ,  2010,  304 p.

Vincent Descombes brings together an astonishingly large body of philosophical and anthropological thought to present a thoroughgoing critique of contemporary cognitivism and to develop a powerful new philosophy of the mind.

Beginning with a critical examination of American cognitivism and French structuralism, Descombes launches a more general critique of all philosophies that view the mind in strictly causal terms and suppose that the brain--and not the person--thinks. Providing a broad historical perspective, Descombes draws surprising links between cognitivism and earlier anthropological projects, such as Lévi-Strauss's work on the symbolic status of myths. He identifies as incoherent both the belief that mental states are detached from the world and the idea that states of mind are brain states; these assumptions beg the question of the relation between mind and brain.

In place of cognitivism, Descombes offers an anthropologically based theory of mind that emphasizes the mind's collective nature. Drawing on Wittgenstein, he maintains that mental acts are properly attributed to the person, not the brain, and that states of mind, far from being detached from the world, require a historical and cultural context for their very intelligibility.

Available in English for the first time, this is the most outstanding work of one of France's finest contemporary philosophers. It provides a much-needed link between the continental and Anglo-American traditions, and its impact will extend beyond philosophy to anthropology, psychology, critical theory, and French studies.


ISBN : 9780691146669
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
L'affaire Dreyfus : Quand la justice éclaire la République

L'affaire Dreyfus : Quand la justice éclaire la République

Vincent Duclert
Privat, Histoire ,  2010,  540 p.

La cause de Dreyfus fut celle de la démocratie. En face d'un cas exemplaire de persécution d'un Français rejeté comme " étranger " parce que juif, déclaré coupable avant d'avoir été jugé, des élites intellectuelles nombreuses et puissantes s'engagèrent pour un homme et une idée. Dans des temps où la République cédait à la violence et à la persécution, ils défendirent ses traditions de liberté, d'égalité et de fraternité. Ils furent, comme le capitaine Dreyfus, l'honneur de la France. Ce !ivre raconte cette histoire, une histoire qui eut peu de postérité mais qui laissa des traces durables dans la conscience publique, nationale et internationale. Anthologie des textes et correspondances du monde dreyfusard, cette étude présente et ordonne de très nombreux documents inédits - ou seulement publiés à l'époque de l'événement , confiant la parole aux grands acteurs de l'époque, tels Léon Blum, Jean Jaurès, Charles Péguy ou Elie Halévy, qui se mobilisèrent afin que justice soit rendue. Eclairant les moments clés de ce " tournant dans l'histoire de l'humanité " par une démarche documentaire et critique, Vincent Duclert redonne corps et vie aux voix des dreyfusards, particulièrement les avant-gardes intellectuelles et savantes, ces citoyens capables d'action, porteurs de souveraineté, dressés devant la raison d'Etat et fiers d'être français.


ISBN : 2708969064
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Le regard politique

Le regard politique

Entretiens avec Bénédicte Delorme-Montini

Pierre Manent
Flammarion, Collection "Flammarion Documents et Essais" ,  2010

 « Aujourd'hui, la faculté humaine qui reçoit toute l'approbation, c'est l'imagination. Or je n'ai pas d'imagination, je ne suis pas un artiste et je n'ai pas l'ambition de créer. En revanche, je voudrais comprendre. Comprendre quoi ? Comprendre ce qui est. Or comprendre ce qui est ne motive guère les hommes d'aujourd'hui. Rousseau, grand maître des Modernes en cela, disait : « Il n'y a de beau que ce qui n'est pas. » Au fond, pour moi, c'est le contraire, je ne suis intéressé que par ce qui est. Et c'est peut-être pour cette raison que, au moins depuis ma maturité, je n'ai jamais été de gauche : la gauche préfère imaginer une société qui n'est pas, et j'ai toujours trouvé la société qui est plus intéressante que la société qui pourrait être. » Depuis une trentaine d'années, Pierre Manent creuse un sillon aussi original que discret dans le paysage intellectuel français. Ces entretiens veulent en restituer le mouvement et les étapes : la passion précoce pour la politique éveillée par un père communiste ; la découverte de la religion catholique dans la khâgne toulousaine de Louis Jugnet ; l'entrée à Normale Sup et le choix de la philosophie politique ; la rencontre décisive avec Raymond Aron ; la fondation de la revue Commentaire... Ainsi viennent au jour les caractères d'une démarche personnelle : la lecture inlassable des grands auteurs, la conviction qu'une science politique demeure possible à l'ère du relativisme, un certain « regard politique », enfin, qui rend intelligible le monde contemporain. Ces entretiens sont une vivante introduction au travail de Pierre Manent, et notamment aux Métamorphoses de la cité qui paraissent simultanément. Les deux livres partagent en somme la même ambition : « Toute notre histoire, se déployant à partir de notre nature politique, voilà ce que je voudrais donner à voir et à comprendre. »

 

Post Cast France Culture, 02/10/2010


ISBN : 9782081254473
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Jaurès

Jaurès

La République

Vincent Duclert
Paris,  Editions Privat, 2014,  421 p.

Présentation : Les grandes figures de la pensée et de la politique en France, d'Edgard Quinet à Pierre Mendès France, sont aussi les auteurs de grands livres sur la République. Jaurès appartient à cette tradition mais on l'ignore car aucune République n'est signée de son nom. Il a pourtant écrit un tel livre, au fil des textes (articles, conférences, discours, récits) qui ont saisi à bras-le-corps la philosophie, l'histoire et la politique de la République. Ce ne sont pas seulement des réflexions, mais véritablement une pensée en acte. Jaurès a été, de son vivant et dans la postérité, l'un des acteurs d'une République soucieuse des libertés publiques et de la question sociale, tournée vers la démocratie nécessaire et le socialisme des possibles, ouverte aux individus, aux cultures et au vaste monde. Les combats jaurésiens dessinent une haute idée de la République, une philosophie morale qui aurait mérité de s'exprimer dans un ouvrage à part entière.

Editeur ou fiche commerciale : cliquer ici


ISBN : 978-2-7089-6959-9
Islam and Public controversy in Europe

Islam and Public controversy in Europe

Edited by Nilüfer Göle

Farnham,  Ashgate, Global Connections ,  2014,  262 p.

The public visibility of Islam is becoming increasingly controversial throughout European countries. With case studies drawn from France, Germany, Italy, Spain and the UK, this book examines a range of public issues, including mosque construction, ritual slaughter, Sharia councils and burqa bans, addressing the question of ‘Islamic difference’ in public life outside the confines of established normative discourses that privilege freedom of religion, minority rights or multiculturalism. Acknowledging the creative role of dissent, it explores the manner in which public controversies unsettle the religious-secular divide and reshape European norms in the domains of aesthetics, individual freedom, animal rights and law. Developing an innovative conceptual framework and elaborating the notion of controversy as a methodological tool, Islam and Public Controversy in Europe draws our attention to the processes of interaction, confrontation and mutual transformation, thereby opening up a new horizon for rethinking difference and pluralism in Europe. 


ISBN : 978-1-4727-1313-0
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Les derniers jours des rois

Les derniers jours des rois

Sous la direction de Patrice Gueniffey

Paris,  Perrin, Le Figaro Histoire ,  2014,  359 p.

Comment sont morts les principaux souverains qui ont fait la France de Charlemagne à Napoléon III ? Les meilleurs historiens actuels répondent pour la première fois à cette question dans des contributions qui conjuguent exigence scientifique et écriture enlevée. Qu'elles soient criminelles, accidentelles, longues ou spectaculaires, toutes les morts sont à la fois tragiques et éminemment politiques, comme le démontre Patrice Gueniffey dans sa présentation. La mort du monarque est paradoxalement le moment clé de son existence car elle conditionne son inscription dans la postérité. Sa fin marque un commencement car elle l'oblige à s'élever au-dessus de la souffrance par l'exemplarité et le sens de la grandeur.
Ce « savoir-mourir » est l'apanage des hommes d'Etat. Riche en anecdotes et découvertes, cet ouvrage sans précédent offre ainsi un regard inédit sur le tragique et la mystique du pouvoir à la française.


ISBN : 978-2-262-04155-7
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Justice et critique

Justice et critique

John Rawls

. Véronique Munoz-Dardé, Luc Foisneau
Paris,  Ed. de l'EHESS, Audiographie ,  2014,  88 p.

Accordé en mars 1991 à trois de ses étudiants de Harvard, cet entretien constitue l’un des très rares exemples d’autobiographie intellectuelle par un auteur peu enclin à parler de lui-même. Vingt ans après la parution de la Théorie de la justice, il revient sur l’évolution de sa pensée à partir d’une vision de la philosophie comme « discipline conversationnelle ». John Rawls nous livre ici, sur un ton familier, sa conception de la philosophie politique comme contribution à la critique des injustices.


ISBN : 978-2-7132-2411-9
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Le travail créateur

Le travail créateur

S'accomplir dans l'incertain

Pierre-Michel Menger
Paris,  Seuil, Points Essais ,  2014,  992 p.

Si l’activité artistique est bien un travail, ses logiques échappent largement aux catégories habituelles de la sociologie et de l’économie. Des écarts considérables de succès peuvent-ils résulter de différences minimes de talent ? Le génie est-il soluble dans l’analyse sociologique ? Comment expliquer l’attrait exercé par des carrières aléatoires qui exposent la plupart des aspirants à la surproduction du marché ? Pourquoi l’action publique se contente-t-elle généralement d’amplifier la reconnaissance des créateurs déjà consacrés par la critique ? À travers différentes études de cas, cet ouvrage résout les paradoxes des mondes de l’art en forgeant un cadre d’analyse original qui place l’incertitude au principe du travail et des choix professionnels des artistes comme au cœur des dispositifs d’évaluation des œuvres.


ISBN : 978-2-7578-3969-0
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Correspondance et écrits de guerre

Correspondance et écrits de guerre

Elie Halévy
Marie Scot, Vincent Duclert (.)
Paris,  Armand Colin, 2014,  400 p.

Si la compréhension de la Grande Guerre a permis d’appréhender l’ampleur de la crise mondiale et l’entrée de l’Europe dans « l’ère des tyrannies », elle le doit fondamentalement à Élie Halévy.

Fils du célèbre librettiste d’opéras Ludovic Halévy et de Louise Bréguet, frère de l’essayiste et écrivain Daniel Halévy, le jeune Élie Halévy lance avec plusieurs de ses amis philosophes la très renommée Revue de métaphysique et de morale. Rapidement, sous l’effet notamment de l’affaire Dreyfus où il joue un rôle important, le philosophe se fait historien et s’attèle aux immenses dossiers du libéralisme anglais et du socialisme européen qu’il travaillera jusqu’à sa mort soudaine en 1937.

La Grande Guerre va retenir toute son attention d’historien-philosophe, alors qu’il est engagé volontaire dans des hôpitaux militaires, principalement à Albertville. Accomplissant son devoir patriotique, Élie Halévy s’estime libre d’analyser le conflit et ses conséquences avec une forte acuité, une rare lucidité et une remarquable puissance d’analyse. Ce volume très largement inédit de sa correspondance et de ses écrits de guerre, édité par Vincent Duclert et Marie Scot, préfacé par Stéphane Audoin-Rouzeau, publié dans le cadre du centenaire de 1914, révèle le pouvoir d’une pensée à l’œuvre pour la liberté et la connaissance.
Cet ouvrage forme le premier tome des Œuvres d’Élie Halévy publiées sous l’égide de la Fondation nationale des sciences politiques.


ISBN : 978-2-200-29061-0
Le Parler de soi

Le Parler de soi

Vincent Descombes
Paris,  Gallimard, Folio Essais ,  2014,  432 p.

Depuis l'époque de Descartes, un nouveau personnage occupe la scène philosophique : le moi, tandis que s'éclipsent d'autres personnages qui eurent leurs heures de gloire – tels l'intellect agent et l'âme. D'où sort-il ? Par une intéressante alchimie, les philosophes ont tiré de notre usage ordinaire d'un pronom («moi») un être philosophal pur («le moi»). Au terme de quelles aventures conceptuelles le moi se trouve-t-il à la fois à la troisième personne (pour qu'on puisse dire «le moi») et à la première (puisque toute l'idée est d'expliquer ce qui fait que je suis moi)? Tire-t-on le sens des mots «toi», «lui», «elle» de notre usage du mot «moi»? Loin que l'on puisse dériver la diversité des personnes d'un rapport à soi dont le pronom «je» serait le seul instrument, c'est au contraire la première personne qui tire son sens et ses traits originaux de sa position au sein du système personnel.


ISBN : 978-2-07-045974-2
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Le chavisme

Le chavisme

Un militarisme compassionnel

Paula Vasquez
Paris,  Ed. de la Maison des Sciences de l'Homme, Le (bien) commun ,  2014,  152 p.

Ce livre est une histoire du « chavisme » et constitue une lecture sociale, anthropologique et politique des vingt-cinq dernières années de l’histoire vénézuelienne. Il examine la nature politique du régime qui gouverne le Venezuela depuis 1998. S'agit-il d’une démocratie ? En effet, ce régime néo populiste est souvent évoqué comme réfèrent pour les projets politiques alternatifs à la démocratie libérale et au néolibéralisme. Les analyses contenues dans ce livre visent les ambiguïtés et les enjeux politiques engendrés par les modifications des règles du jeu démocratique.


ISBN : 978-2-7351-1652-2
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Le génocide au village

Le génocide au village

Le massacre des Tutsi au Rwanda

Hélène Dumas
Paris,  Seuil, L'univers historique ,  2014,  364 p.

Fruit d’une enquête d’une dizaine d’années dans une commune du Rwanda, cette histoire « à la loupe » reconstitue, à travers ses lieux, ses acteurs et ses rescapés, l’exécution à l’échelle locale du dernier génocide du XXe siècle, concentré sur quelques mois (avril-mi-juillet 1994), et révèle la très grande proximité géographique, sociale, familiale des bourreaux et de leurs victimes. Nourri des témoignages aux procès, ceux des survivants, des tueurs et des témoins, mais aussi de déambulations sur les lieux de l’extermination, le récit met en lumière les mécanismes de ces massacres de proximité et la créativité meurtrière des bourreaux qui ont assuré la redoutable efficacité du génocide des Tutsi. Il éclaire l’ampleur de la participation populaire, ainsi que le rôle des imaginaires de guerre défensive et d’animalisation des victimes qui ont animé les tueurs. Ce texte est aussi l’histoire de la confrontation d’un chercheur à la violence inouïe d’une parole et de la commotion produite par les traces physiques de l’extermination.


ISBN : 978-2-02-116686-6
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Montaigne

Montaigne

La vie sans loi

Pierre Manent
Paris,  Flammarion, Documents et Essais ,  2014,  366 p.

Il va de soi aujourd’hui que Montaigne est notre ami. Il nous captive, nous émeut, nous persuade. Mais Montaigne nous trompe. Il nous conduit par le bout du nez. Nous devons donc faire un effort vigoureux pour échapper à son charme et saisir ce qu’il a vraiment voulu dire. Montaigne est engagé dans une entreprise de recomposition des autorités, dont le Moi de chacun de nous voudrait être l’heureux héritier. Il faut entrer dans son atelier pour découvrir ce que cette entreprise comporte d’audace et de ruse, de vertu et de vice, de vérité et de mensonge. Montaigne en devient moins aimable, mais beaucoup plus grand qu’une tradition complaisante ne l’a fait. En le comprenant comme il s’est compris lui-même, nous verrons plus clair dans ce que nous sommes devenus après lui et, pour une part, à cause de lui. C’est de nous qu’il s’agit.


ISBN : 978-2-0812-7042-8
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Histoire des Girondins

Histoire des Girondins

Alphonse de Lamartine volume 2

Préface de Mona Ozouf
Paris,  R. Laffont, Bouquins - Volume 2,  2014

Lamartine ne se limite pas au destin finalement tragique du parti des Girondins – Vergniaud, Guadet, Gensonné, Buzot, les époux Roland... –, mais étend son récit de la mort de Mirabeau, en avril 1791, jusqu'à thermidor et la chute de Robespierre, qui devient peu à peu le héros principal de la tragédie révolutionnaire mise en scène ici. Car, comme le souligne Mona Ozouf, « plus qu'au livre d'histoire, plus qu'au poème ou même au roman, c'est au théâtre que font penser ces Girondins», le livre dont l'auteur prend souvent ses aises avec la réalité historique pour produire des effets plus saisissants. Réédition d’une œuvre magistrale, devenue introuvable.


ISBN : 978-2-8734-0345-4
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
L'esprit démocratique des lois

L'esprit démocratique des lois

Dominique Schnapper
Paris,  Gallimard, NRF Essai ,  2014,  321 p.

Il y a un malaise dans la démocratie. Jamais cependant les sociétés n'ont été aussi libres, aussi tolérantes et aussi riches, n'ont assuré plus de libertés, plus de bien-être matériel à leurs membres et n'ont été moins inégalitaires. Dominique Schnapper, poursuivant sa réflexion sur la dynamique démocratique et ses vertus dont nous profitons sans en prendre toujours conscience tant elles nous paraissent naturelles, analyse ici ses dévoiements possibles, susceptibles de remettre en question les grands principes qui la fondent – des dévoiements portés par l'ambition de dépasser toutes les limites, nés de l'intérieur de la vie sociale et dans son prolongement.


ISBN : 978-0-0701-4362-7
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Les mots de l'image

Les mots de l'image

Bernatd Plossu avec Jean-Louis Fabiani

Paris, Lyon,  Editions Yellow Now, ENS, Les Carnets ,  2014,  127 p.

La collection « Les Carnets » se propose de revisiter les archives d'un photographe (Bernard Plossu) et d'en extraire des séries thématiques (les 2CV, les mots dans l’image, la pluie et la brume, Magritte, le néo-réalisme…) et transversales (toutes les époques, tous les lieux, toutes les techniques...); chaque volume invite un écrivain à introduire les images ou à dialoguer avec elles.


ISBN : 978-2-8734-0345-4
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Histoire des Girondins

Histoire des Girondins

Alphonse de Lamartine volume 1

Préface de Mona Ozouf
Paris,  R. Laffont, Bouquins - Volume 1,  2014

Lamartine ne se limite pas au destin finalement tragique du parti des Girondins – Vergniaud, Guadet, Gensonné, Buzot, les époux Roland... –, mais étend son récit de la mort de Mirabeau, en avril 1791, jusqu'à thermidor et la chute de Robespierre, qui devient peu à peu le héros principal de la tragédie révolutionnaire mise en scène ici. Car, comme le souligne Mona Ozouf, « plus qu'au livre d'histoire, plus qu'au poème ou même au roman, c'est au théâtre que font penser ces Girondins», le livre dont l'auteur prend souvent ses aises avec la réalité historique pour produire des effets plus saisissants. Réédition d’une œuvre magistrale, devenue introuvable.


ISBN : 978-2-8734-0345-4
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Jules Ferry

Jules Ferry

La liberté et la tradition

Mona Ozouf
Paris,  Gallimard, L'Esprit de la cité ,  2014,  128 p.

Il fut l’homme le plus haï de la vie politique française. Mais son œuvre, comme législateur et comme penseur de la République, continue à tisser nos vies.
Son idée de la France procède d’un constat douloureux : l’impossibilité de la République, depuis la Révolution française, à s’enraciner dans un pays perpétuellement divisé et à vaincre l’épreuve de la durée. Il faut donner aux Français une vision pacifiée de leur passé pour leur dessiner un avenir commun. Tâche immense. Grâce à l’École et au suffrage local, la politique doit pouvoir irriguer le plus chétif des villages ; avec l’aventure coloniale, la République comme civilisation doit pouvoir rayonner sur le vaste monde. C’est ce qui s’appelle refaire la France. La singularité de Jules Ferry? C’est d’incarner tout à la fois l’autorité de l’État et l’autonomie de l’individu, l’accomplissement de la promesse républicaine et la critique du maximalisme républicain.


ISBN : 978-2-0701-4531-7
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Les chemins de la mélancolie

Les chemins de la mélancolie

François Furet

Christophe Prochasson
Stock, Biographies ,  2013,  576 p.

Historien à l’oeuvre puissante, universitaire d’institution, citoyen engagé dans la politique de son temps, journaliste : François Furet (1927-1997) a été tout cela à la fois. Le modèle même de l’intellectuel français, en somme, comme le XXe siècle en a connu d’illustres. 
Les convulsions de ce siècle, ses tragédies et ses espoirs, ont été la toile de fond de toutes les réflexions de François Furet. Qu’il s’agisse de ses travaux fondateurs sur la Révolution française à l’aube de sa carrière, de son activité de commentateur de l’actualité dans France Observateur puis dans Le Nouvel Observateur, ou de son dernier grand livre consacré à l’illusion communiste, Le Passé d’une illusion, François Furet n’a cessé en fait de s’efforcer de déchiffrer l’énigme qu’aura été le siècle dans lequel il a vécu. Ce siècle, il l’a parcouru à grandes enjambées, sans rien négliger de ce qu’il a comporté d’important, autant sur le plan intellectuel que sur le plan politique. 
Ses livres ont été abondamment lus et commentés, ils ont d’ailleurs donné lieu à des interprétations opposées. Mais le récit de sa vie restait à faire ; il n’est pas moins éclairant ni moins passionnant que l’oeuvre, et il jette sur elle un singulier éclairage. Car, et c’est peut-être l’apport principal de cette biographie, de la vie à l’oeuvre de François Furet, et de son oeuvre à sa vie, la fécondation aura été la règle.


ISBN : 9782234063716
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
La philosophie politique

La philosophie politique

Crystal Cordell
Ellipses Marketing, Apprendre à philosopher avec ,  2013,  224 p.

 Qu'est-ce que la philosophie politique ? Si aujourd'hui elle constitue une branche de la philosophie, ayant pour objet d'interroger les ressorts de l'action et du pouvoir politiques, à l'origine, elle ne se conçoit autrement que comme la philosophie des choses humaines. Intégralement éthique, sociale et pratique, la philosophie politique embrasse l'ensemble des relations qui se tissent au sein de la Cité. Cette introduction donne un accès direct aux oeuvres majeures qui jalonnent la philosophie politique depuis ses commencements dans la Grèce antique. Par-delà la diversité des perspectives propres aux différentes pensées, un point commun resurgit : l'être humain pris dans des questionnements intemporels.


ISBN : 2729879668
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Quelle histoire

Quelle histoire

Un récit de filiation (1914-2014)

Stéphane Audoin-Rouzeau
Paris,  Seuil, Hautes études ,  2013,  141 p.

Date de publicatin : 29/08/2013

Présentation : Ce livre est le fruit d’une expérience historiographique, mené par l’un des plus grands historiens de la Première Guerre mondiale : après avoir tant travaillé sur les combattants des tranchées et leur expérience de la guerre, Stéphane Audoin-Rouzeau a choisi de se tourner vers les siens. Même si elles s’y apparentent parfois, les pages que l’on va lire ne constituent pas un récit de famille. Et quoique l’on puisse sans doute s’y tromper, ces mêmes pages ne sont pas non plus un essai d’ego-histoire. En effet, Stéphane Audoin-Rouzeau n’a pas tenté d’écrire une autobiographie d’historien, mais de raconter le cheminement d’un événement, de retrouver la manière dont la Grande Guerre a traversé leur existence, sur trois générations, quitte à inscrire ses effets au-delà même de leur propre vie. Au-delà des individualités évoquées dans ce récit de filiation, le premier rôle restera à la Grande Guerre. En ce sens, ce livre demeure un livre d’histoire. Quelle histoire est un livre saisissant, sensible et maîtrisé, où l’historien s’efforce au fond de retrouver l’Histoire dans l’homme.


ISBN : 2021104451
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Histoire de la Turquie

Histoire de la Turquie

De l'Empire à nos jours

Hamit Bozarslan
Tallandier, 2013,  590 p.

Né en Anatolie au XIIIe siècle, l'Empire ottoman s'étend trois siècles plus tard des portes de Vienne au Yémen, de l'Algérie à l'Irak. Qualifié d'«homme malade de l'Europe» à l'aube de la Grande Guerre, il s'effondre en 1923 et cède la place à la république kémaliste. Aujourd'hui, la Turquie contemporaine, dotée d'un système politique pluraliste, est candidate à l'Union européenne - candidature à laquelle la question kurde, la reconnaissance de Chypre et du génocide arménien font encore obstacle.

Fondé sur les ruines de l'Empire byzantin et du sultanat seldjoukide, l'Empire ottoman connaît plusieurs siècles de victoires et de conquêtes territoriales, avec en point d'orgue celle de Constantinople en 1453 par le sultan Mehmed II, dit le Conquérant. Le règne de Suleyman le Magnifique, sorte d'âge d'or ottoman, vient parachever cet empire universel et véritable puissance musulmane. C'est aussi la mise en place d'un État sacralisé qui explique sa longévité : plus de 600 ans, une exception dans le monde musulman. Au début du XIXe siècle, l'empire, en crise, tente de se réformer : un nouvel ordre, les Tanzimat («réorganisations»), instaure un absolutisme éclairé, qui est suivi du règne autocratique d'Abdülhamid II et de la révolution jeune-turque de 1908. Après une décennie de guerre, un régime autoritaire, s'identifiant à Mustafa Kemal, voit le jour.
À la lumière de ces sept siècles d'histoire et à travers une approche originale, Hamit Bozarslan donne à comprendre la Turquie d'aujourd'hui, celle de Recep Tayyip Erdogan, considérée comme une puissance émergente.


ISBN : 979-1021000650
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Travailler et Aimer

Travailler et Aimer

Mémoires

Dominique Schnapper
Paris,  Odile Jacob, 2013,  240 p.

Date de parution : 12/09/2013

Présentation de l'éditeur :

Pour la première fois Dominique Schnapper se confie. Elle nous parle d’elle, de son père Raymond Aron, de son mari, l’historien d’art Antoine Schnapper. Plongée par tradition familiale dans les grandes questions du siècle, témoin du combat que menèrent certains des plus grands esprits de notre temps contre l’illusion communiste, elle évoque son métier de sociologue, loin des engouements collectifs et des modes intellectuelles.

Elle raconte ses premiers pas dans la recherche académique au cours des années 1960, à l’heure où l’enseignement de la sociologie se réorganise, sa rencontre décisive avec Pierre Bourdieu et la rupture avec lui dans le climat de l’après-68, ses relations avec les figures qui ont marqué la sociologie française des dernières décennies, de Raymond Boudon à Alain Touraine.

Elle revient sur son œuvre, des identités juives, des épreuves des immigrés et des chômeurs à la théorie de la citoyenneté, à laquelle nous empruntons sans le savoir des notions telles que la « communauté des citoyens » ou la «démocratie providentielle », passées dans le langage courant. Elle porte un regard sans concession sur la nature du pouvoir politique et sur la vie intellectuelle française. Le travail d’une vie.

Dominique Schnapper, une des grandes figures de la sociologie française, a été directrice d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, membre du Conseil constitutionnel de 2001 à 2010, a reçu le prix Balzan en 2002. Elle a notamment publié Juifs et israélites (1980), La France de l’intégration (1991), La Communauté des citoyens (1994), La Relation à l’autre (1998), La Démocratie providentielle (2002), Une sociologue au Conseil constitutionnel (2010).


ISBN : 9782738130037
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Les démocraties scandinaves

Les démocraties scandinaves

Des systèmes politiques exceptionnels ? (Nouveauté)

Yohann Aucante
Paris,  Armand Colin, Collection : U ,  2013,  256 p.

Date de parution : 16/10/2013

Présentation

Les pays scandinaves occupent une place à part dans les représentations de la démocratie moderne. Objets de fascination sans cesse renouvelée, même pour les critiques de ces systèmes politiques et sociaux, ces « petits pays » ont attiré une attention internationale sans commune mesure avec leur taille et leur place dans la géopolitique moderne. Depuis longtemps, médias, chercheurs et politiques aiment à les ériger en « modèles », louant leur conciliation du capitalisme et de l’égalité sociale, leur démocratie exemplaire et transparente et leur culture de paix, au risque des stéréotypes.
Première synthèse du genre en français portant sur les dimensions sociopolitiques, cet ouvrage interroge les facettes de l’exceptionnalité scandinave dans l’histoire, en même temps qu’il vise à proposer une approche et des analyses renouvelées de ces régimes politiques.
Traitant en priorité du Danemark, de la Norvège et de la Suède, il aborde également les cas de la Finlande et de l’Islande, jusqu’à la spectaculaire crise financière et politique qui a touché cette petite île depuis 2008. À ce titre, il intéressera en premier lieu les étudiants et enseignants des filières scandinaves, de sciences politiques et sociales et d’histoire, mais aussi les publics qui recherchent des outils de réflexion précis et exigeants pour comprendre la genèse et le fonctionnement de ces démocraties.

Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Bonaparte (1769-1802)

Bonaparte (1769-1802)

Patrick Gueniffey
Paris,  Gallimard, NRF Biographies ,  2013,  864 p.

Date de parution : 26/09/2013

Présentation de l'éditeur :

Thiers, Bainvill26/0e, Lefebvre, Tulard… Napoléon ne manque pas de biographes. On s’en étonnerait à tort. Les hommes qui ont laissé une empreinte aussi profonde sur leur temps sont-ils si nombreux? L’histoire de Napoléon, son souvenir, son mythe ont littéralement obsédé le XIXe siècle et une partie du XXe. Aujourd’hui, la légende a pâli, le monde a changé. L’épopée guerrière de l'Empire ne fait plus guère rêver nos contemporains, pour qui la guerre apparaît l’incarnation du Mal. Mais Napoléon n’a pas été seulement un conquérant. Stratège hors pair, il est aussi le plus doué des élèves de Machiavel dans l’art de gouverner. Plus que le guerrier, c’est le Premier consul qui, pour avoir fini la Révolution et fondé les institutions dont elle avait eu l’idée, fascine encore. À la fois héros ancien et bourgeois moderne, il occupe une place unique dans l’histoire universelle.

Ce premier volume, Bonaparte, retrace l’histoire du jeune Napoléon, de la Corse aux Tuileries, des années obscures de l’enfance jusqu’à la proclamation du Consulat à vie en 1802 où, sans encore porter le titre d’Empereur, il rétablit à son profit la monarchie héréditaire. S’il est dans la vie de chaque homme, comme dit Jorge Luis Borges, un moment où il sait «à jamais qui il est», ce livre s’attache à le déterminer pour comprendre comment Napoléon est devenu Napoléon.


ISBN : 9782070769148
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Une contre-histoire de la IIIe République

Une contre-histoire de la IIIe République

Ouvrage en codirection : Christophe Prochasson, Marion Fontaine et Frédéric Monier
La Découverte, "Cahiers libres" ,  2013,  400 p.

Date de parution : 16/04/2013

Présentation de l'éditeur :

La classe politique française n'a cessé de célébrer la République au lieu d'y réfléchir. Dans la mythologie politique nationale, la IIIe République occupe l'une des meilleures places. Elle traîne derrière elle une mémoire positive qu'incarnent une figure familière (Marianne), une devise prometteuse (« Liberté-Égalité-Fraternité ») et de mémorables réalisations (l'école, la démocratie ou l'armée des citoyens). Dans les années 1980, historiens et hommes politiques se sont alliés pour chanter les louanges d'un « modèle républicain » enchanté résumant un « rêve français » au fondement d'une identité nationale.
Cet acharnement aveugle à certains angles morts a du coup suscité les critiques, remettant en cause poncifs et clichés cultivés par l'historiographie républicaine de la IIIe République. Celle-ci n'avait-elle pas oublié d'accorder le droit de vote aux femmes ? N'avait-elle pas ardemment colonisé le monde aux noms des valeurs les plus ambivalentes ? L'inclusion politique des ouvriers n'avait-elle pas été payée du prix de leur exclusion sociale ? À la légende dorée de la République s'est ainsi opposée une légende noire ternissant un « modèle » de ses impensés, de ses oublis, voire de ses crimes.
Cette contre-histoire de la IIIe République appelle un autre regard. Elle s'attarde sur des réputations usurpées sans pour autant tenir le discours de l'accusation. Elle réfute les mises en cause anachroniques en présentant la IIIe République non comme un modèle à suivre ou à contourner, mais comme un moment d'histoire à penser. Un livre essentiel pour comprendre les enjeux républicains d'aujourd'hui.


ISBN : 2707174238
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Mariage de même sexe et filiation

Mariage de même sexe et filiation

Irène Théry (ed.)
Paris,  EHESS, Collection "Cas de figure" ,  2013

Juristes, politistes, sociologues et anthropologues veulent dans ce livre  faire comprendre pourquoi l’ouverture du mariage et de l’adoption aux couples de même sexe ne détruira ni le mariage, ni la famille, ni la différence des sexes, ni l’état civil.

La perspective d’une légalisation du mariage et de l’adoption pour les couples de même sexe suscite des réactions parfois viscérales. Les questions légitimes qu’elle soulève ne doivent être ni éludées ni instrumentalisées. Juristes, politistes, sociologues et anthropologues ont en commun dans ce livre de vouloir faire comprendre pourquoi l’ouverture du mariage et de l’adoption aux couples de même sexe ne détruira ni le mariage, ni la famille, ni la différence des sexes, ni l’état civil. L’enjeu est de présenter le contexte international en matière de droits des couples de même sexe, d’examiner les points du texte qui font l’objet de controverses, et de pointer la nécessité d’une réforme plus globale de la filiation contemporaine.

Retrouvez également en vidéo sur Canal-U la rencontre-débat organisée par les Cercles de formation de l'EHESS.

Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Les embarras de l'identité

Les embarras de l'identité

Vincent Descombes
Gallimard, Collection "Essais" ,  2013,  282 p.

Le mot de l'éditeur

Vincent Descombes poursuit ses réflexions sur la nature du sujet aujourd'hui. Posant la question de l'identité, il découvre une véritable énigme lexicale : « Qui suis-je ? », « Qui sommes-nous ? », ce sont là ce qu'on appelle précisément une « question d'identité ». Nous comprenons de quoi il s'agit parce que nous avons ici un modèle : connaître l'identité de quelqu'un, c'est savoir comment il s'appelle. Toutefois, lorsque c'est moi qui pose à la première personne la question de mon identité, mon intention n'est pas d'apprendre quels sont mes nom, prénoms et qualités, comme si je devais passer l'épreuve de ce qu'on appelle fort bien un « contrôle d'identité ». Que veut dire le mot « identité » quand il est utilisé avec le possessif (« mon identité », « notre identité ») et qu'il ne désigne pas tout simplement l'énoncé de mon état civil ? Jadis le mot « identité » voulait dire exclusivement et veut d'ailleurs toujours dire qu'il n'y a qu'une seule et même chose là où on aurait pu penser qu'il y en avait deux. Or depuis quelques dizaines d'années, le mot en est venu à signifier parfois tout autre chose, à savoir qu'il y a une chose qui possède la vertu d'être singulièrement elle-même. Qu'au nom de l'« identité », des guerres puissent éclater, voilà qui ne saurait étonner : que les gens entrent en conflit pour des questions qui ne relèvent pas de leurs intérêts matériels bien compris n'a rien de spécialement énigmatique, sinon peut-être pour une conception utilitariste étriquée de l'être humain. En revanche, il y a bel et bien une énigme lexicale : pourquoi est-ce le mot « identité » qui s'est trouvé chargé de signifier l'enjeu et l'objet de tels conflits ? Tout le propos de Vincent Descombes porte donc sur ce point précis : dans tout cela, que vient faire le mot « identité », et donc aussi le concept d'identité ? Un livre clé, didactique, qui permet de comprendre l'embrouillamini du mot « identité », à l'heure des interrogations sur la francité, des manifestations islamistes ou du renforcement des contrôles policiers.

Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
Spheres of global justice

Spheres of global justice

Vol. 1 : Global Challenges to Liberal Democracy. Political Participation, Minorities and Migrations

Co-éditeurs : Luc Foisneau, Christian Hiebaum, Juan Carlos Velasco, Jean-Christophe Merle
Dordrecht,  Springer, 2013,  812 p.

About this book

- Illustrates the specificities and interconnections of major spheres of global justice

- Analyzes the diverse kinds of global ethical obligations in relation to the diversity of global causal relationships

- Presents a multidisciplinary spectrum by leading scholars that combines empirical analysis with theoretical approaches

Spheres of Global Justiceanalyzes six of the most important and controversial spheres of global justice, each concerning a specific global social good. These spheres are democratic participation, migrations, cultural minorities, economic justice, social justice, and intergenerational justice. Together they constitute two constellations dealt with, in this collection of essays by leading scholars, in two different volumes: Global Challenges to Liberal Democracy and Fair Distribution. These essays illustrate each of the spheres, delving into their differences, commonalities, collisions and interconnections.

Unlike many writings on global justice, Spheres of Global Justice does not content itself with describing the painful and advantageous effects of the globalization process as being ipso facto a global injustice or a just global order. Rather, this multidisciplinary collection of essays, from a pluralist inspiration, combines empirical analysis with theoretical approaches and ethical principles, paying close attention to two aspects of the effects of the globalization process. These aspects are the causal relationships that lead to such effects and the kinds of obligations, or of normative relationships between global rights and correlative duties, that applies to each specific individual case. This volume illustrates how diverse global obligations are, and how they can be, grounded in diverse relationships (identity, ability to provide help, causal responsibility, past injustices, protection of agency and promotion of independence, etc.). These essays also demonstrate that an ethical global approach has not only international or transnational, but also domestic, local and interpersonal dimensions.

Content Level » Research

Keywords »Cultural and Minority Rights in European Integration - Democracy in the Age of Global Markets - Dubious Conception of Global Democracy - Ethnically Divided Societies - Global Challenges to Liberal Democracy - Justice and Citizenship from a Global Perspective - Migration and the Division of Moral Labor - Minority Rights and Global Justice - Mirage of Global Democracy - Political Rights Under Imperial Conditions - Protection of Minority Rights in Yugoslavia - Public Debate and Ethical Division Within Nations - Relationship between Law and Morality - Social and Global Justice - Spheres of Global Justice

Related subjects » Law - Medicine - Political Science - Value Theory


ISBN : ISBN 978-94-007-5997-8
Editeur ou fiche commerciale : Cliquez ici
EHESS
CNRS

flux rss  Les actualités

Vivre au Kampuchéa démocratique : à la lumière de l'archive photographique

Exposition photographique autour du régime du Kampuchéa démocratique. Exposé dans le hall du bâtiment de France, cette exposition fait partie des manifestations concernant le 40e anniversaire de l'EHESS.

Lire la suite

La Property-Owning Democracy est-elle un remède aux inégalités ?

Extrait : Dans le cadre du séminaire de Philosophie Politique Normative du CESPRA, organisé par L. Foisneau, C. Girard, B. Manin et P. Urfalino, le texte de Catherine Audard (LSE)  « La Property-Owning Democracy est-elle un (...)

Lire la suite

Actualités du machiavélisme

Journée d'études annuelle Raymond Aron organisée par le CESPRA et la Société des Amis de Raymond Aron

Lire la suite

Adresse :
105 boulevard Raspail
75006 Paris
 
Métro :
Ligne 12 Notre-Dame-des-Champs
Ligne 4 Saint-Placide
Bus :
Ligne 68
 
Tel : +33(0)1 53 63 51 56
Fax : +33(0)1 53 63 51 01
 
cespra@ehess.fr