Membres |

Les membres statutaires

Stéphane Audoin-Rouzeau

Directeur d'études EHESS

Coordonnées professionnelles

EHESS- 105 Boulevard Raspail

75006 Paris

01 53 63 51 59

sar@ehess.fr

(Depuis janvier 2004 : directeur d’études, EHESS ; 1990-2003: maître de conférences, puis professeur à l'Université de Picardie ; 1989-1990 : maître de conférences à l'Université de Clermont II ; 1984-1989 : assistant à l'Université de Clermont II ; 1994 : Habilitation à diriger des recherches, Université de Paris X-Nanterre ; 1984 : Doctorat de troisième cycle ; 1980 : Agrégation d'histoire)

 

Thèmes de Recherches

  • Anthropologie historique du phénomène guerrier à l’époque contemporaine ;
  • Premier Conflit mondial
  • Génocide des Tutsis rwandais en 1994
     

 

Depuis 2007, Stéphane Audoin-Rouzeau a développé ses recherches principalement selon quatre axes. Il a prolongé un travail entrepris de longue date sur la Première Guerre mondiale en centrant celui-ci sur les objets de guerre, dans une perspective nettement anthropologique, et a tiré de cette recherche un ouvrage paru chez Armand Colin en 2009. Parallèlement, ses recherches se sont orientées en direction d’une anthropologie du combat dans la guerre moderne, sujet qui est l’objet de son séminaire principal à l’EHESS et dont il a tiré un ouvrage paru au Seuil en 2008. Ses recherches se sont également centrées sur la question du génocide des Tutsi au Rwanda (1994) à partir de deux terrains effectués sur place en 2008 et 2009 : de ce travail, il a tiré plusieurs articles et la direction d’un numéro de la revue Esprit paru en 2010. Enfin, depuis trois ans, dans le cadre de son séminaire principal, son travail s’est orienté plus particulièrement sur la question du « corps guerrier » dans la conflictualité contemporaine.
 

 

Thèses en cours

Baldin Damien, "La violence faite aux animaux aux XIXe et XXe siècles."

Demiaux Victor, "Les journées de la Victoire après 1918 (France, Grande-Bretagne, Italie, Belgique, Roumanie)"

Fryszman Aline," La victoire du 11 novembre 1918 dans le champ politique et la culture du département du Puy-de-Dôme (1918-1924)".

Gilles Benjamin, "L’élaboration de Témoins (1929) par Jean Norton Cru après la Première Guerre mondiale."

Gilson Frank, "Les Œuvres de guerre à Paris et dans le département de la Seine pendant la Grande Guerre."

 

Publications depuis 2007

 

Articles, chapitres d’ouvrages, articles publiés dans des actes

 

2016, « Chercheurs dans le prétoire. Retour sur le procès Simbikangwa (2014). Un dialogue magistrat-historien », Grief, n°3, p.175-182.

2016, « Le retour de la Grande Guerre en France. Histoire, commémoration, deuil », Nichifutsu Bunka. Revue de collaboration culturelle franco-japonaise, mars, n°85, p.28-38.

2016, « Recherche et musée: l’expérience de l’Historial de la Grande Guerre de Péronne (Somme) », Mélanges de la Casa de Velasquez, Nouvelle série, 46 (1), p.263-267.

2015, « Etre témoin au procès Simbikangwa : un récit », Grief, n°2, p.159-165.

2015, « Désordres du massacre ? », in « Désordres », Esquisse(s), automne, p.9-16.

2014, « La Grande Guerre en France, aujourd’hui », Etudes normandes, n° 2, p.7-14.

2014, (Avec Hélène Dumas), « Le génocide des Tutsi rwandais vingt ans après. Réflexions introductives», Vingtième siècle, Revue d’histoire, n°122, avril-juin, p.3-16.

2014, (Avec Heather Jones), Introduction to Part II, « Armed Forces », in: Jay Winter (dir.), The Cambridge History of the First World War, Vol. II, « The State », Cambridge, Cambridge University Press, p.147-150.

2014, « Combat and Tactics », in: Jay Winter (dir.),The Cambridge History of the First World War, Vol. II, « The State », Cambridge, Cambridge University Press, p.151-173.

2014, « 1915. Stalemate », in: Jay Winter (dir.), The Cambridge History of the First World War, Vol. II, « The State », Cambridge, Cambridge University Press, p.65-88.

2014, « Les champs d’honneur et ce que les historiens ne voyaient pas », in Gianfranco Rubino et Dominique Viart (dir.), Le roman français contemporain face à l’histoire. Thèmes et formes, Macerata, Qodlibet Studio, p.249-257.

2013, « Le temps des soldats couchés », L'Histoire (Les collections), octobre-décembre, n°61, p.34-41.

2012, « La guerre, mais de très près », in : Emmanuel Désveaux et Michel de Fornel (dir.), Faire des sciences sociales. Généraliser, Paris, Editions de l’EHESS, p.59-86.

2012, « Children and Adolescents », in : Gerhard Hirschfeld, Gerd Krumeich, Irina Renz, Brill’s Encyclopledia of the First World War, vol.1, Leiden et Boston, Brill, p.103-107.

2012, « La France en guerre mondiale (1914-1918) : une guerre de la démocratie ? », in : Jean-Vincent Holeindre et Geoffroy Murat, La démocratie et la guerre au XXIe siècle, Paris, Hermann, p.143-154.

2012, « Parìs, mayo-junio de 1968 : ¿une guerra civil mimetica ? », in : Jordi Canal et Eduardo Gonzales Calleja (dir.), Guerras civiles, Madrid, Collection de la Casa  de Velasquez, n°130, p.135-147.

2011, Avec Jean-Pierre Chrétien et Hélène Dumas, « Le génocide des Tutsi rwandais, 1994 : revenir à l’histoire », Le Débat, n°167, novembre-décembre, p.61-78.

2010, « Lettre amère, 23 juin 1915 », Penser/rêver, Automne 2010, p.45-50.

2010, « La responsabilité de la France vue du Rwanda. Le rapport Mucyo : une lecture historienne », Esprit, mai, p.122-134.

2010, « Qu’est-ce qu’un deuil de guerre ? », Revue historique des armées, n°259, 2ème trimestre 2010, p.3-12.

2009, « Les violences extrêmes du XXe siècle à l’aune de l’histoire et de l’anthropologie. Le génocide des Tutsi du Rwanda »,  Revue d’histoire de la Shoah, janvier-juin, n°190, p.137-151.

2008, « La violence des champs de bataille en 1914-1918 », Revue d’histoire de la Shoah, juillet-décembre, n°189, p.247-265. 

2008, « Peut-on s’adapter à la violence de guerre ? Les années de service… », Penser/Rêver, automne, n°14, p.129-141.

2008, « Les cultures de guerre », in L’histoire culturelle en France et en Espagne, Benoît Pellistrandi et Jean-François Sirinelli (dir.), Madrid, Casa Velasquez, p. 289-299.

2007, « Ce que j’ai fait pendant la guerre », in Vincent Duclert (dir .), Le colonel Mayer. De l¹affaire Dreyfus à De Gaulle. Un visionnaire en République, Paris, A.Colin, p. 237-254.

2007, « Redécouvrir la violence de guerre du XXe siècle ? », in Michel Wieviorka (ed.), Les sciences sociales en mutation, Editions sciences humaines, p. 519-527.

 

Ouvrages

 

2017,Une Initiation. Rwanda, 1994-2016, Paris, Seuil.

2015, Quelle histoire. Un récit de filiation, 1914-2014. Suivi de : Du côté des femmes, Paris, Seuil, 211p.

2013, Quelle Histoire. Un récit de filiation, 1914-2014, Paris, Hautes Etudes, Gallimard, Seuil, 141p.

2014, (Avec Hélène Dumas), « Le génocide des Tutsi rwandais vingt ans après », Dossier, Vingtième siècle, Revue d’histoire, n°122, avril-juin, 95p.

2014, 1914-1918. La violence de guerre, Paris, Gallimard/DMPA, 153p.

2012, Avec Maria Botchkareva et Nicolas Werth, Yashka. Journal d'une combattante russe (1914-1917), Paris, Armand Colin, 2012, 301p.

2009, Les armes et la chair. Trois objets de mort en 14-18Paris, Armand Colin, 2009, 292 p.

2008, Combattre. Une anthropologie de la guerre moderne (XIXe-XXIe siècle), Paris, Seuil, 2008, 327 p.

2008, Avec Christophe Prochasson, Sortir de la Grande Guerre. Le monde et l’après-1918, Paris, Tallandier, 2008, 511 p.

2008, Avec Caroline Fontaine, Annette Becker, Marie-Pascale Prévost-Bault, Les collections de l’Historial de la Grande Guerre, Paris, Somogy, 2008, 191 p.

 

Publications antérieures à 2007

 

Organisation de colloques

 

2016, Co-organisateur du colloque  « Le Bicentenaire de la Caisse des dépôts », Paris, juillet.

2016, Co-organisateur du colloque « Les batailles de 1916 », Mission du Centenaire, Paris, juin.

2015, Co-organisateur du colloque « Le Conseil d'Etat et la Grande Guerre », Paris, novembre.

2014, Co-organisateur du colloque « Les “premières fois“ de la Grande Guerre », Historial de Péronne, juillet.

 

Productions destinés au grand public, valorisation scientifique

 

2016, France-Musique, Un air d'histoire, septembre.

2016, France-Culture, Réplique, avril.

2014, France2, Spéciale 11 novembre.

2014, Public Sénat, Bibliothèque Médicis, avril.

2013, France 5, Grande librairie, décembre.

2013, France Culture, Lundis de l'Histoire, octobre.

2013, France2, Dans quel état j'erre, septembre 2013

2013, France-Culture, Fabrique de l'Histoire, juin 2013

2013, France Culture, Réplique, mars 2013

2013, France-Culture, L'esprit public, juin 2013

2013, France-Culture, Fabrique de l'Histoire, mars 2013

2013, France-Culture, Fabrique de l'histoire, janvier 2013

2012, France-Inter, juin 2012

2012, Les matinées de France-Culture, mars 2012

2012, RFI, La marche du monde, mars 2012

2016, « A la guerre : les campements de ceux qui combattent », in Fiora Meadows (dir.), Habiter le campement, Actes Sud, Cité de l’architecture et du Patrimoine, 2016, p.226-230.

2014, « Les objets: une source ? », in: Vu du front. Représenter la Grande Guerre, Paris, Somogy-Musée de l'Armée, 2014, p.89-96.

2014, « Les corps », in: Laurence Bertrand-Dorléac (dir.), Les désastres de la guerre, 1800-2014, Paris, Somogy-Louvres Lens, 2014, p.44-48.

2014, « Imaginaires guerriers de l'avant 1914… », in: Frédéric Manfrin et Laurent Veyssière, Eté 14. Les derniers jours de l'ancien monde, Paris, BNF, 2014, p.103-111.

2014, « Guerre », in Janine Mossuz-Lavau (dir.), Dictionnaire des sexualités, Paris, Robert Laffont, p.349-352.

2014, Préface à Florence Gétreau, Entendre la guerre. Sons, musique et silence en 14-18, Gallimard, Historial de la Grande Guerre, p.9-11.

2014, Préface à Hélène Dumas, Le génocide au village. Le massacre des Tutsi au Rwanda, Paris, Seuil, p.I-XI.

2013, « Questions à Stéphane Audoin-Rouzeau », in: Etats de guerre. L'année 1914 à travers les publications officielles, Paris, la Documentation française, 2013, p.130-133.

2013, « Entretien avec Stéphane Audoin-Rouzeau », in : Emulations, n°12, printemps 2013, p.15-21.

2013, Préface à Jean-Michel Steg, Le jour le plus meurtrier de l’histoire de France. 22 août 1914, Paris, Fayard, p.9-14.

2012, Préface à Tetsuya Takahashi, Morts pour l'empereur. La question du Yasukuni, Paris, Les Belles-Lettres, 2012, p.XI-XXI.

 

Activité éditoriale

 

Depuis 2016 : membre du Comité scientifique de la revue Sensibilités.

Depuis 2012 : membre du comité de rédaction de Vingtième siècle, revue d’histoire.

2012-2013 : directeur de la collection « Le fait guerrier » chez Armand Colin (9 titres parus).

 

Responsabilités

 

Depuis 2012 : président du Centre de recherche international de l’Historial de la Grande Guerre de Péronne.

Depuis 2012 : membre du Conseil scientifique de la Mission du Centenaire, président de sa commission « Productions scientifiques ».

 

 

 


EHESS
CNRS

flux rss  Les actualités

Why does Inequality Matter ?

Journée(s) d'étude - Lundi 13 novembre 2017 - 09:00Journée de discussion du manuscrit de Tim Scanlon, Why does Inequality Matter ? Avec la participation de l'auteur

Lire la suite

Actualité dʼune pensée radicale. Hommage à Cornelius Castoriadis

Colloque - Jeudi 26 octobre 2017 - 09:30Le colloque « Actualité dʼune pensée radicale. Hommage à Cornelius Castoriadis » se déroulera le 26, 27 et 28 octobre 2017 à l'Ecole des hautes études en sciences sociales et à l'Université Paris 7 Denis-Diderot.Cornelius Castoriadis disparaissait il y a 20 ans déjà, laissant à la postérité une œuvre importante et novatrice. Figure intellectuelle originale, il est à la fois célèbre et méconnu. Son nom est, et reste, le plus souvent, associé au groupe et à la revue Socialisme ou barbarie où, dans les années 1950 et 1960, s’est forgée l’une des analyses les plus lucides des régimes de type soviétique et une critique radicale du marxisme dans l'intention de sauver le projet révolutionnaire. La pensée de Castoriadis est, cependant, loin de se limiter à ce travail de théorie politique. Il a aussi élaboré, à partir des années 1960, une pensée proprement philosophique, révélée pour la première fois avec la publication, en 1975, de son maître-ouvrage, L'Institution imaginaire de la société, complété, par la suite, par les 6 volumes des Carrefours du labyrinthe.A partir de 1980, après avoir été élu directeur d’études à l’EHESS, il tiendra, dans cet établissement, 16 années durant, un séminaire de philosophie. Il y entreprendra une vaste enquête, inséparablement philosophique et historique, consacrée à ce qu’il nommait « la création humaine ». Celle-ci n’est pas, loin s’en faut, indépendante de sa théorie politique. Le projet socialiste, puis démocratique, en un sens radical du terme, se nourrit chez lui d’une pensée du social-historique, selon son expression, qui joue le rôle d’une philosophie fondamentale.Dans les ouvrages publiés de son vivant, Castoriadis traite de sujets de philosophie aussi bien que de politique, de psychanalyse aussi bien que d’économie, de sciences aussi bien que d’histoire grecque. Toutefois, sous cette apparente dispersion, la pensée de Castoriadis possède, sans prendre, certes, la forme d’un système, une grande cohérence. Ses concepts d’autonomie et d’hétéronomie, d’imaginaire social et d’imagination radicale, de chaos et de création, pour citer les plus évidents, informent toutes ses contributions, quel qu’en soit le champ disciplinaire.Le présent colloque proposera, à la fois, un hommage et une discussion sans complaisance. Les intervenants se confronteront à la pensée de Castoriadis en engageant une discussion avec elle.Spécialistes confirmés dans les champs de la politique ou de l’économie, de la sociologie, ou de la psychosociologie, de la psychanalyse ou de la philosophie, ils proposeront moins une évaluation globale de l’œuvre de Castoriadis qu’un examen de certaines de ses analyses en fonction de leurs propres thèmes de recherche et de leurs préoccupations personnelles. Loin des commentaires respectueux, il s’agira, à cette occasion, d’adresser à Castoriadis des questions susceptibles de mettre sa pensée à l’épreuve et, également, d’examiner les voies esquissées par cette pensée qui pourraient être reprises et prolongées de manière fructueuse. En un mot de soumettre à la discussion Castoriadis comme il le faisait lui-même avec les autres et comme il aurait aimé qu’on le fît avec lui – dans un esprit agonistique, parfois de manière polémique, mais, toujours, avec une force persuasive et une passion communicative peu communes.  

Lire la suite

Table ronde autour de Marcel Gauchet

Table ronde - Vendredi 06 octobre 2017 - 14:00Avec Le nouveau monde, quatrième et dernier volume de L’avènement de la démocratie, Marcel Gauchet aborde la transformation d’ensemble qui s’est engagée avec la crise économique des années 1970. Il propose une réponse à l’énigme de la perte de repères de ces dernières décennies : nous vivons la dernière et ultime étape de la sortie de la religion et découvrons en tâtonnant ce qu’implique le principe de la structuration autonome des sociétés. Derrière l’hégémonie de l’économie, la montée de la société civile et les droits individuels comme seule source de légitimité, le politique remplit un rôle instituant mais devenu invisible ; la mondialisation n’est pas seulement celle du marché, mais aussi celle de l’État-nation. En permettant d’articuler les différentes dimensions dans lesquelles se déploie l’expérience de ces sociétés autonomes, le diagnostic pose les bases d’un programme de travail destiné à renouveler l’intelligibilité du monde contemporain.Pour discuter d’un livre véritablement interdisciplinaire, des chercheurs inscrits dans différentes disciplines, de l’économie à la philosophie, engageront un dialogue avec l’auteur.Avec la participation de Marcel Gauchet, Frédéric Brahami (EHESS), Natalie Doyle (Monash University), Gaël Giraud (CNRS) et Nicolas Rousselier (Sciences Po). Débat animé par Sylvain Piron (EHESS)

Lire la suite

Plus d'actualités

Adresse :
105 boulevard Raspail
75006 Paris
 
Métro :
Ligne 12 Notre-Dame-des-Champs
Ligne 4 Saint-Placide
Bus :
Ligne 68
 
Tel : +33(0)1 53 63 51 48
Fax : +33(0)1 53 63 51 50
 
cespra@ehess.fr