Membres |

Les membres associés

Vincent Bloch

Chercheur associé(e)

Coordonnées professionnelles

 

vbloch@hotmail.fr

Diplômé de l’IEP Paris (1997), M.A. en Anthropologie (EHESS, 1999), Docteur en Sociologie (EHESS, 2012)

Lauréat 2012 du Prix de la meilleure thèse de l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et également Co-Lauréat 2012 du Prix Raymond Aron, pour sa thèse de doctorat en sociologie intitulée "Le joug de la lucha. L'ancrage socio-historique du régime castriste, de 1959 à nos jours", préparée sous la co-direction de Gilles Bataillon et de Daniel Pécaut

 
 
 

Domaines de recherche

 

• Sociologie politique, anthropologie des normes, histoire sociale, théorie politique.

• Le contrôle social dans les situations de dérèglement et d’affaiblissement de l’autorité de l’Etat.

• L’expérience sociale en situation de risque et d’extrême contrainte. Le concept et les formes de la « lutte ».

• L’Amérique latine et les Caraïbes.

• Le régime politique cubain depuis 1959.

• Les migrants cubains.

• Les déplacés internes en Colombie.

 

 

Principales publications

 

Ouvrages

 

Cuba, une révolution. Editions Vendémiaire, collection « Chroniques », Paris, 2016, 448 pages.

 

Direction d’ouvrages collectifs

 

Cuba, un régime au quotidien, Vincent Bloch & Philippe Létrilliart (dir.), Choiseul, Paris, 2011, 224 pages.

 

Coordination de numéros spéciaux de revues à comité de lecture 

 

Istor, n°40, Primavera 2010 « Dos revoluciones : Cuba y Nicaragua », Centro de Investigación y Docencia Económicas (CIDE), México D.F., 216 p. (en collaboration avec Gilles Bataillon).

 

Nuevo Mundo Mundos Nuevos, n°8, 2008, « Dossier Cuba : que faire de “la révolution” ? », revue électronique du Centre de Recherche sur les Mondes Américains (EHESS/CNRS) – (en collaboration avec Romy Sánchez Villar).

 

Problèmes d’Amérique Latine, n°61/62, Été/Automne 2006, « Cuba : un castrisme sans Fidel ? », Choiseul, Paris, 210 p. (en collaboration avec Gilles Bataillon et Frédérique Langue).

 

Communisme, n°85/86, 2006, « Cuba : un univers totalitaire », L’Age d’Homme, Paris, 204 p. (en collaboration avec Gilles Bataillon).

 

Chapitres d’ouvrages collectifs

 

« Africains-Américains », « Cuba », « Haïti », « Porto-Rico », « République Dominicaine », « Révolution cubaine », in Dictionnaire politique de l’Amérique latine, sous la direction de Gilles Bataillon et d’Annick Lempérière, Vendémiaire, Paris, 2018 (à paraître).

 

« Cuba : la nation introuvable », in Le mondial des nations, sous la direction de João Medeiros, Choiseul, Paris, 2011, p. 164-190.

 

« Les dédales du régime cubain, 1959-1989 », in Cuba, un régime au quotidien, sous la direction de Vincent Bloch & Philippe Létrilliart, Choiseul, Paris, 2011, p. 9-62.

 

Principaux articles (revues à comité de lecture)

 

« Compter et catégoriser les victimes du castrisme : un chantier ouvert », Communisme, n°1, 2013, Vendémiaire, Paris, p. 423-430.

 

« Egalisation des conditions et formes du racisme à La Havane pendant la période spéciale. Une lecture du roman Las Bestias de Ronaldo Menéndez », Problèmes d’Amérique Latine, n°77, Eté 2010, Choiseul, Paris, p. 119-140.

 

Traduction espagnole : “Igualación de las condiciones y formas del racismo en La Habana durante el periodo especial: una lectura de la novela Las bestias, de Ronaldo Menéndez”, Istor, n°40, Primavera 2010, CIDE, México D.F., p. 55-80.

 

« “Alzarse” : les formes d’une pratique, depuis l’époque des palenques jusqu’à l’extinction des derniers groupes de guérilleros anticastristes », Problèmes d’Amérique Latine, n°73, Eté 2009, Choiseul, Paris, p. 115-136.

 

« Situations d’attente : les impasses de l’imaginaire national cubain, hier et aujourd’hui », Hérodote, n° 123, 4ème trimestre, 2006, p. 199-222.

 

« L’imaginaire de la lutte », Problèmes d’Amérique Latine, n°61/62, Été/Automne 2006, Choiseul, Paris, p. 105-129.

 

« Réflexions sur les études cubaines », Communisme, 85/86, 2006, L’Age d’Homme, Paris, p. 9-24.

 

« Le rôle de la terreur dans la genèse d’un pouvoir totalitaire à Cuba », Communisme, 85/86, 2006, L’Age d’Homme, Paris, p. 85-115.

 

« Le sens de la lutte », Communisme, 85/86, 2006, L’Age d’Homme, Paris, p. 125-147.

Traduction espagnole : “El sentido de la lucha”, Estudios sociológicos, n°79 (Vol XXVII, n°1, Jan-Avril), 2009, Colegio de México, México D.F., p. 237-266.

 

« Réflexions sur la dissidence cubaine », Problèmes d’Amérique Latine, n°57-58, Eté/Automne 2005, p. 215-241.

Traduction espagnole : “Reflexiones sobre la disidencia cubana”, Análisis Político, n°67, Sept-Dec 2009, IEPRI, Bogotá, Colombie, p. 83-105.

Traduction portugaise : “Reflexões sobre a dissidência cubana”, Revista Electrônica da Associacão Nacional de Pesquisadores e Professores de História das Américas, n°8, 2010, Brésil.

 

Actes de colloques

 

« L’expérience de la lutte : la recomposition des normes dans la société cubaine », in L’expérience des situations limites, sous la direction de Gilles Bataillon & Denis Merklen, Karthala, Paris, 2009, p. 127-143.

 

« Les rumeurs à Cuba », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, n°7, 2007, CERMA-EHESS-CNRS, Paris.

Traduction espagnole : " Los rumores en Cuba", Encuentro de la cultura cubana, n°48-49, Primavera/verano 2008, Madrid, p. 3-12.

 

Valorisation de la recherche

 

« L’omniprésident Fulgencio Batista », Historia, numéro spécial (32), nov-dec 2016, p. 58-65.

 

« La république en ébullition », Historia, numéro spécial (32), nov-dec 2016, p. 56-57.

 

« Cuba : les illusions de la contagion démocratique », Esprit, n°413, mars-avril 2015, p. 178-185.

 

« “Ventriloquie” d’Etat à Cuba », Esprit, n°355, juin 2009, p. 161-165.

 

« Décrire la prostitution à Cuba » (introduction au récit d’Emilie Sánchez Alfonso « Propriété de l’Etat »), Problèmes d’Amérique Latine, n°69, Eté 2008, Choiseul, Paris, p. 121-124.

 

« Comment Fidel Castro a détruit l’opposition », Alternatives Internationales, n°38, Deuxième Trimestre 2008, p. 20-24.

 

« Cuba : le syndrome 1984 », Revue des Deux Mondes, mars 2008, Paris, p. 58-64.

 

« “Il y a de l’ordre, et beaucoup de travail” : où va Raúl Castro ? », Esprit, n°338, octobre 2007, p. 173-174.

 

« Cuba : aux origines du régime de Fidel Castro », Questions Internationales, n°24, mars/avril 2007, Paris, La documentation Française, p. 116-123.

 

« Comment ruiner un pays en trois leçons », in « Dossier Che Guevara : l’autre vérité », Historia, n°720, décembre 2006, p. 58-61.

 

« Cuba en l’absence de Fidel », Esprit, n°329, novembre 2006, p. 150-153.

 

« Cuba : les vertus du dialogue… », Esprit, n° 311, janvier 2005, p. 169-172.

 

« Haïti et la politique identitaire », Esprit, n° 303, mars/avril 2004, p. 301-305.

 

« Fin de règne ambiguë à Cuba », Esprit, n°297, août/septembre 2003, p. 193-196.

 

Presse

 

« A Cuba, le triste avènement d’un castrisme de marché », Le Monde, 09/01/2015.

 

« Les plagiaires vicieux », Le Monde.fr, 19/11/2010.

 

« Cuba entre parti et débrouille », Le Monde, 29/02/2008.

 

« Haiti : com base em mitos e fantasias, o presidente gerou a crise », Folha de São Paulo (Brésil), 06/03/2004.

 

« Saúde decai com surto de penúria e de corrupção », « Escolas também são meio para controle político », Folha de São Paulo (Brésil), 04/01/2004.

 

« Apesar da boa vontade de Lula… », Folha de São Paulo (Brésil), 26/09/2003.

 

« Preso cubano não recebe remédio, diz familia », Folha de São Paulo (Brésil), 16/07/2003.

 

« 'Primavera de Cuba' não abala cubanos », « 'Vire-se' é a dimensão central da experiência social », « Cubanos cansam de esperar por 'mañana' », Folha de São Paulo (Brésil), 11/05/2003.

 

Entretiens

 

“Discutir Cuba”, Página SIETE - Suplemento Ideas (Bolivie), entretien avec Pablo Stefanoni,

1ère partie, 20/03/2011, p. 10

2ème partie, 03/04/2011, p. 4

 

« Le fonctionnement social perpétue le système en place », Books (France), 5, mai 2009, interview.

 

“Varför avgår Castro nu ?”, Svenska Dagbladet (Suède), entretien avec Björn Erik Rosin, 02/20/2008.

 

« L’imaginaire affaibli des Cubains », Le Monde, entretien avec Paulo A. Paranaguá, 06/09/2006.

 

Compte rendus de lecture

 

« Christopher R. Browning: A l’intérieur d’un camp de travail nazi. Récit des survivants: mémoire et histoire », Esprit, n°374, mai 2011, p. 192-195.

 

« Les Moskitos du Nicaragua » (compte rendu de lecture du livre Enquête sur la Moskitia (1982-2007), Le Félin, Paris, 2009), La Quinzaine littéraire, n°990, 15-30 avril 2009.

 

« Gilles Bataillon : Guerres internes en Amérique Centrale, Les Belles Lettres, Paris, 2003 », Cahiers d’Amérique Latine, 45, 1, IHEAL, Paris, p. 170-172.

EHESS
CNRS

flux rss  Les actualités

Why does Inequality Matter ?

Journée(s) d'étude - Lundi 13 novembre 2017 - 09:00Journée de discussion du manuscrit de Tim Scanlon, Why does Inequality Matter ? Avec la participation de l'auteur

Lire la suite

Actualité dʼune pensée radicale. Hommage à Cornelius Castoriadis

Colloque - Jeudi 26 octobre 2017 - 09:30Le colloque « Actualité dʼune pensée radicale. Hommage à Cornelius Castoriadis » se déroulera le 26, 27 et 28 octobre 2017 à l'Ecole des hautes études en sciences sociales et à l'Université Paris 7 Denis-Diderot.Cornelius Castoriadis disparaissait il y a 20 ans déjà, laissant à la postérité une œuvre importante et novatrice. Figure intellectuelle originale, il est à la fois célèbre et méconnu. Son nom est, et reste, le plus souvent, associé au groupe et à la revue Socialisme ou barbarie où, dans les années 1950 et 1960, s’est forgée l’une des analyses les plus lucides des régimes de type soviétique et une critique radicale du marxisme dans l'intention de sauver le projet révolutionnaire. La pensée de Castoriadis est, cependant, loin de se limiter à ce travail de théorie politique. Il a aussi élaboré, à partir des années 1960, une pensée proprement philosophique, révélée pour la première fois avec la publication, en 1975, de son maître-ouvrage, L'Institution imaginaire de la société, complété, par la suite, par les 6 volumes des Carrefours du labyrinthe.A partir de 1980, après avoir été élu directeur d’études à l’EHESS, il tiendra, dans cet établissement, 16 années durant, un séminaire de philosophie. Il y entreprendra une vaste enquête, inséparablement philosophique et historique, consacrée à ce qu’il nommait « la création humaine ». Celle-ci n’est pas, loin s’en faut, indépendante de sa théorie politique. Le projet socialiste, puis démocratique, en un sens radical du terme, se nourrit chez lui d’une pensée du social-historique, selon son expression, qui joue le rôle d’une philosophie fondamentale.Dans les ouvrages publiés de son vivant, Castoriadis traite de sujets de philosophie aussi bien que de politique, de psychanalyse aussi bien que d’économie, de sciences aussi bien que d’histoire grecque. Toutefois, sous cette apparente dispersion, la pensée de Castoriadis possède, sans prendre, certes, la forme d’un système, une grande cohérence. Ses concepts d’autonomie et d’hétéronomie, d’imaginaire social et d’imagination radicale, de chaos et de création, pour citer les plus évidents, informent toutes ses contributions, quel qu’en soit le champ disciplinaire.Le présent colloque proposera, à la fois, un hommage et une discussion sans complaisance. Les intervenants se confronteront à la pensée de Castoriadis en engageant une discussion avec elle.Spécialistes confirmés dans les champs de la politique ou de l’économie, de la sociologie, ou de la psychosociologie, de la psychanalyse ou de la philosophie, ils proposeront moins une évaluation globale de l’œuvre de Castoriadis qu’un examen de certaines de ses analyses en fonction de leurs propres thèmes de recherche et de leurs préoccupations personnelles. Loin des commentaires respectueux, il s’agira, à cette occasion, d’adresser à Castoriadis des questions susceptibles de mettre sa pensée à l’épreuve et, également, d’examiner les voies esquissées par cette pensée qui pourraient être reprises et prolongées de manière fructueuse. En un mot de soumettre à la discussion Castoriadis comme il le faisait lui-même avec les autres et comme il aurait aimé qu’on le fît avec lui – dans un esprit agonistique, parfois de manière polémique, mais, toujours, avec une force persuasive et une passion communicative peu communes.  

Lire la suite

Table ronde autour de Marcel Gauchet

Table ronde - Vendredi 06 octobre 2017 - 14:00Avec Le nouveau monde, quatrième et dernier volume de L’avènement de la démocratie, Marcel Gauchet aborde la transformation d’ensemble qui s’est engagée avec la crise économique des années 1970. Il propose une réponse à l’énigme de la perte de repères de ces dernières décennies : nous vivons la dernière et ultime étape de la sortie de la religion et découvrons en tâtonnant ce qu’implique le principe de la structuration autonome des sociétés. Derrière l’hégémonie de l’économie, la montée de la société civile et les droits individuels comme seule source de légitimité, le politique remplit un rôle instituant mais devenu invisible ; la mondialisation n’est pas seulement celle du marché, mais aussi celle de l’État-nation. En permettant d’articuler les différentes dimensions dans lesquelles se déploie l’expérience de ces sociétés autonomes, le diagnostic pose les bases d’un programme de travail destiné à renouveler l’intelligibilité du monde contemporain.Pour discuter d’un livre véritablement interdisciplinaire, des chercheurs inscrits dans différentes disciplines, de l’économie à la philosophie, engageront un dialogue avec l’auteur.Avec la participation de Marcel Gauchet, Frédéric Brahami (EHESS), Natalie Doyle (Monash University), Gaël Giraud (CNRS) et Nicolas Rousselier (Sciences Po). Débat animé par Sylvain Piron (EHESS)

Lire la suite

Plus d'actualités

Adresse :
105 boulevard Raspail
75006 Paris
 
Métro :
Ligne 12 Notre-Dame-des-Champs
Ligne 4 Saint-Placide
Bus :
Ligne 68
 
Tel : +33(0)1 53 63 51 48
Fax : +33(0)1 53 63 51 50
 
cespra@ehess.fr