La vie du laboratoire |

Les Thèses soutenues

En 2016

27/09/2016 – Carolina Stephania Munoz Canto

« Biographie politique d’Andrés Manuel Lopez Obrador »

Discipline : Etudes politiques

Directeur de thèse : Gilles Bataillon, EHESS

Jury : Gilles Bataillon, EHESS ; Israel Covarrubias Gonzalez, Universidad Autonoma de la Ciudad de Mexico (UACM) ; Marco Antonio Estrada Saavedra, Colegio de Mexico (Mexique) ; Marie-France Prevot Schapira, Université Paris 8.

 

02/09/2016 – Ioana-Raluca Andreescu

« Lieu de savoir, lieu de pouvoir. Le laboratoire narratif de l'île dans la littérature Européenne d'après-guerre »

Discipline : Arts et langage

Directeurs de thèse : Jean-Louis Fabiani, EHESS ; Annick Louis, Université de Reims

Jury : Etienne Anheim, EHESS ; Emmanuel Bouju, Université Rennes 2 ; Jean-Louis Fabiani, EHESS ; Pierre Lassave, CNRS ; Annick Louis, Université de Reims ; Jean-Christophe Marcel, Université de Bourgogne.

 

09/06/2016 – Nazli Temir Beyleryan

« La mémoire collective à l'épreuve de la politique de l'oubli : le cas des Arméniens de Turquie à travers trois générations »

Discipline : Sociologie

Directrice de thèse : Nilüfer Göle, EHESS

Jury : Vincent Duclert, EHESS-Inspection générale de l’Education nationale ; Nilüfer Göle, EHESS ; Ferhat Kentel, Université de Sehir, Istanbul ; Marc Nichanian, Université de Sabanci, Istanbul ; Taline Ter Minassian, INALCO.

 

18/05/2016 – Sophie Marcotte-Chénard

« La philosophie politique et l'histoire : Leo Strauss et Raymond Aron face au problème de l'historicisme »

Discipline : Etudes politiques

Directeur de thèse : Pierre Manent

Jury : Vincent Descombes, EHESS ; Marc de Launay, CNRS ; Pierre Manent, EHESS ; Philippe Raynaud, Université Paris 2 ; Daniel Tanguay, Université d’Ottawa

 

10/05/2016 – Bénédicte Renaud-Boulesteix

« Joseph Thomas Delos : une pensée de la plénitude à l'épreuve de la modernité »

Discipline : Etudes politiques

Directeur de thèse : Pierre Manent

Jury : Bernard Bourdin, Institut catholique de Paris ; Marcel Gauchet, EHESS ; Pierre Manent, EHESS ; Jean-Claude Monot, ENS-Paris ; Denis Pelletier, EPHE

 

22/03/2016 – William Barylo

« L'islam, moteur de l'engagement citoyen ! »

Discipline : Sociologie

Directrice de thèse : Nilüfer Göle, EHESS

Jury : Valérie Amiraux, Université de Montréal ; Baudoin Dupret, EHESS ; Nilüfer Göle, (directrice de thèse), EHESS ; Didier Lapeyronnie, Université Paris 4

 

26/02/2016 – Francesca Rebasti

« Il problema della coscienza nella teologia politica di Thomas Hobbes »

Discipline : Etudes politiques

Directeurs de thèse : Luc Foisneau, CNRS ; Marco Geuna, Universita degli studi di Milano

Jury : Barbara Carnevali, EHESS ; Luc Foisneau, CNRS ; Marco Geuna, Universita degli studi di Milano ; Kinch Hoekstra, Université de Berkeley ; Raffaella Santi, Universita di Urbino

 

12/02/2016 – Marie-Hélène Caitucoli

« Le processus de légitimation du Conseil Constitutionnel français à l'épreuve de la démocratie représentative. Etudes des délibérations à huis clos de l'institution entre 1958 et 1986 »

Discipline : Etudes politiques

Directeur de thèse : Pasquale Pasquino, CNRS

Jury : Gil Delannoi, IEP de Paris ; Michel Hastings, IEP de Lille ; Arnaud Le Pillouer, Université de Poitiers ; Pasquale Pasquino, CNRS ; Dominique Schnapper, EHESS

 

28/01/2016 – Nur Yasemin Ural

« Mourir en Diaspora. Les pratiques funéraires des «minorités» musulmanes originaires de Turquie en Allemagne et en France »

Discipline : Sociologie

Directrice de thèse : Nilüfer Göle, EHESS

Jury : Schirin Amir-Moazami, Université libre de Berlin ; Nilüfer Göle, EHESS ; Danièle Joly, Université de Warwick ; Riva Kastoryano, Sciences Po Paris ; Frank Peter, Université de Berne.

EHESS
CNRS

flux rss  Les actualités

Démocratie, peuples, populismes

École d'été - Lundi 03 juillet 2017 - 09:30La liste des formations politiques qui prétendent capter la volonté du peuple réel et le représenter dans sa totalité, qui revendiquent le qualificatif de populiste ou auxquelles on accole ce qualificatif, ne cesse de s’allonger au point que l’on peut se demander si l’on n’est pas finalement entré dans l’ère des populismes. Le populisme est-il la vérité de la démocratie ou sa perversion ? Est-il le pouvoir du peuple qui s’émancipe de la représentation politique ou le rejeton de la démocratie représentative ? Certains opposent populisme de gauche et populisme de droite, soit pour les confondre, soit pour faire valoir une forme progressiste et démocratique contre une forme réactionnaire et autoritaire. Existe-t-il des formes légitimes de populisme ? Faut-il sinon se résoudre à admettre que le populisme est toujours le nom d’un mal politique ? Voici quelques questions et préoccupations qui animeront l’école d’été « Démocratie, peuples, populismes ».

Lire la suite

International Study Group on New Forms of Public Agency

Journée(s) d'étude - Vendredi 24 février 2017 - 09:00Public space is the place for assembly, the hub of democracy as well as the manifestation of power and (dis)empowerment of persons. PubliCdemoS Project explores the ways in which new forms of public agency extend politics to everyday life experiences by avenues of artistic expressions and aesthetic forms. The core aim of this project is to understand new politics of performative citizenship and public (un)making in multicultural settings. 

Lire la suite

Le "Trip gréco-latin" de Michel Foucault et la problématique du sujet

Conférence - Jeudi 15 décembre 2016 - 13:00Loin de restaurer la souveraineté du sujet mise à mal dans ses premiers textes non parfaitement immunisés contre le structuralisme ambiant, les derniers travaux de Foucault, notamment ses cours au Collège de France inhérents aux « techniques de soi », et ses nombreuses conférences aux États-Unis, problématisent le rapport entre sujet et vérité. Au cours du « “trip” gréco-latin » (Courage de la vérité, p. 3) où elles s’inscrivent, les ultimes recherches de Foucault insistent également sur les formes historiques de subjectivation polymorphes auxquelles peut éventuellement prétendre l’individu. Le sujet émerge ainsi au carrefour de techniques de domination et de techniques de soi, au pli de processus de subjectivation qui rencontrent des procédures d’assujettissement. Sacrifiant une fois encore à l’hypothèse de la discontinuité qu’il affectionne, Foucault postule une cassure irrémédiable entre un sujet de vérité et un sujet de la vérité. Si, jusqu’au XVIe siècle, le rapport du sujet à la vérité assurait la transformation éthique du sujet connaissant, à partir du « moment cartésien », le travail indispensable de modification du sujet ne serait plus, prétend Foucault, un préalable indispensable à la connaissance.Rétif aux visées téléologiques de l’histoire et habile à en cerner les discontinuités — ou inversement à épingler des continuités insoupçonnées —, Foucault avance l’idée selon laquelle la modernité philosophique commencerait le jour où, « [...] tel qu’il est, le sujet est capable de vérité mais que, telle qu’elle est, la vérité n’est pas capable de sauver le sujet » (Herméneutique du sujet, p. 20). C’est cette ultime discontinuité que ma communication souhaiterait mettre en question en proposant l’hypothèse d’un « sujet post-cartésien » chez qui la manière de dire et de vivre serait indissociable ; où la pertinence du discours (logos) se manifesterait dans une tâche à accomplir (ergon)et où l’injonction du souci de soi ne saurait faire l’économie du souci d’autrui.

Lire la suite

Plus d'actualités

Adresse :
105 boulevard Raspail
75006 Paris
 
Métro :
Ligne 12 Notre-Dame-des-Champs
Ligne 4 Saint-Placide
Bus :
Ligne 68
 
Tel : +33(0)1 53 63 51 56
Fax : +33(0)1 53 63 51 01
 
cespra@ehess.fr