Prix et distinctions

Timothée Brunet-Lefevre et Alexis Chapelan ont été récompensés par le prix de la mention Études politiques.

Le travail de Timothée Brunet-Lefevre sera prochainement publié aux éditions Hoosh.

 

Timothée Brunet-Lefevre, première place pour son mémoire sur Le père Seromba et la destruction de l’église de Nyange. Rwanda, 6 avril 1994 - 17 avril 1994

"Après un passage en classe préparatoire et une licence d'Histoire à Paris I, j'ai rejoint le master Études politiques en 2017. La rencontre avec mon directeur, Stéphane Audoin-Rouzeau, a été décisive dans le choix de mon sujet. J'ai ainsi entrepris une recherche sur un prêtre génocidaire et sa paroisse lors du génocide des Tutsi rwandais, en avril 1994.

Dans la paroisse de Nyange, le père Athanase Seromba a fait détruire son église pour qu'elle s’effondre sur les deux mille Tutsi venus y chercher refuge. Si de nombreuses églises ont été attaquées pendant le génocide, la destruction de l'édifice religieux est un acte inédit, fort de sens dans un pays profondément chrétien. Je me suis donc interrogé sur le rôle du prêtre dans le massacre d'une partie de ses fidèles. Auprès des tueurs, Seromba a conservé son rôle d'intermédiaire avec le divin. L'habit, la parole et l'aura du religieux ont contribué à légitimer les génocidaires, mais aussi à trahir les victimes, convaincues de la sainteté du prêtre. Pour écrire cette trahison, il a fallu passer par un autre événement : le procès de l'abbé au Tribunal pénal international pour le Rwanda entre 2002 et 2008. À la Chambre, c'est tout un espace-temps qui s'est trouvé recomposé. Les anciens paroissiens de Nyange, génocidaires comme rescapés, ont comparu face aux juges et face à l'accusé. À travers le jugement d'un prêtre, c'est toute la dimension religieuse du génocide des Tutsi qui est ressortie au prétoire.

Pour mener ce projet à bien, il a fallu mobiliser les ressources de disciplines très variées. Les séminaires de l'École m'ont été d'une grande aide pour répondre à ce défi. De nombreuses rencontres et échanges fructueux ont rendu possible ce mémoire. Avec l'appui de la mention Études politiques, j'ai bénéficié d'une aide de terrain pour partir au Rwanda en septembre 2018. C'est grâce à ces conditions optimales que j'ai décidé de continuer mon parcours de recherche en doctorat, toujours à l'EHESS, sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau. Au croisement du droit et de l'histoire, j'étudie le très récent procès de deux génocidaires rwandais à la cour d'assise de Paris, Tito Barahira et Octavien Ngenzi."

 

Alexis Chapelan, deuxième place ex-aequo pour son mémoire sur La pensée «anti-genre». Une nouvelle Kulturkritik au service d’une rénovation de la narration antimoderne

"Originaire de Roumanie, j’ai réalisé une licence à l’Université de Bucarest sur l’influence du nationalisme intégral maurassien sur l’extrême droite historique en Europe centrale et orientale. J’avais d’ores et déjà une perspective transnationale, comparatiste, dont le centre de gravité était l’étude des flux intellectuels et idéologiques ouest-est. Malgré ma bifurcation ultérieure vers l’actualité politique, j’ai continué de placer l’approche comparatiste au centre de ma grille d’analyse ; néanmoins, j’étais sur un terrain méthodologiquement plus incertain, et la complexification des phénomènes étudiés me plaçait devant la nécessité d’enrichir également ma boîte à outils conceptuelle pour mieux les appréhender dans leur polymorphie. J’ai continué mon parcours académique dans un cadre d’un double master me permettant de suivre mon année de M2 à l’EHESS. Intégrer l’École a été pour moi principalement l’opportunité de me plonger dans un véritable maelstrom intellectuel interdisciplinaire, offrant des ouvertures des plus stimulantes sur certains angles morts de ma recherche, tels que la sociologie de la pratique religieuse ou la fonction de socialisation politique opérée dans des réseaux catholiques tels que le scoutisme et les communautés charismatiques.

Travailler sur la nébuleuse « anti-genre » a été un réel défi, tout d’abord par une certaine difficulté à fixer l’objet de recherche. L’image d’un nœud idéologique (comme un nœud ferroviaire ou autoroutier) vient à l’esprit pour décrire cet entrecroisement et ce recoupement de plusieurs dynamiques idéologiques aux géométries variables, qui ont en commun avant toute chose leur refus de la modernité libérale et individualiste. 

Cette recherche, menée alternativement en Roumanie et en France, m’a permis de comprendre certaines des lignes de fractures des sociétés européennes actuelles, et de saisir mieux les mécanismes de production d’une nouvelle radicalité se percevant comme anti-système. 

Aujourd’hui je travaille sur le concept de « guerre culturelle » dans le cadre d’un doctorat en sciences politiques à l’Université de Bucarest, et je vise pareillement une expérience internationale qui pourra nourrir utilement ma réflexion."   


Pour en savoir plus...

EHESS
CNRS

flux rss  Les actualités

Violence des voisins

Séance spéciale de séminaire - Lundi 9 mars 2020 - 15:00Le séminaire recevra Richard Rechtman, Directeur d'études à l'EHESS, autour de son dernier livre La vie ordinaire des génocidaires (CNRS Editions, 2020). (...)

Lire la suite

Nicaragua Patrie libre pour vivre

Projection-débat - Mardi 4 février 2020 - 17:00Projection suivie d'un débat avec le réalisateur, Geneviève Garrigos (Amnesty International), Bianca Jagger (Bianca Jagger Human Rights Fundation) et Delphine Lacombe (URMIS-CNRS). Modérateur: Gilles Bataillon. (...)

Lire la suite

Thérapies de conversion

Table ronde - Jeudi 12 mars 2020 - 16:00Important : cet événement est reporté à une date ultérieure qui sera communiquée prochainement. Merci pour votre compréhension.Électrochocs, lobotomies frontales, "thérapies" hormonales… : dans les années 1970, aux États-Unis, la dé-psychiatrisation de l’h (...)

Lire la suite

Plus d'actualités

Adresse :
105 boulevard Raspail
75006 Paris
 
Métro :
Ligne 12 Notre-Dame-des-Champs
Ligne 4 Saint-Placide
Bus :
Ligne 68
 
Tel : +33(0)1 53 63 51 48
Fax : +33(0)1 53 63 51 50
 
cespra@ehess.fr