Actualités |

A la une

 

 Journée d'études sur le thème "Norm conflicts and art forms" (Conflits de norme et formes de l'art) 


 

?auth=co&id=48338&part=2.2

 

Le 13 et 14 octobre 2017

Salle 13, 105 Bd Raspail, 75006 Paris

 

 

Public space is the place for assembly of people, empowerment of persons. It is the hub of democracy as well as the manifestation of state power. PubliCdemoS Project explores the ways in which new forms of public agency extends politics to everyday life experiences, opening up avenues of artistic expressions and aesthetic forms. The core aim of this project is to renew democratic agendas by politics of performative citizenship and public making in multicultural settings.

 

International Study Group on Norm Conflicts and Art Forms in the (Un)Making of Publics


 

Meeting, Friday 13 October 2017

 

Public sphere, as an ideal type, has been conceptualized as a discursive realm, enlightened sphere of ideas, opinions and rational debate in a national democratic context. In the contemporary era, cultural heterogeneity and global connections challenge the unity of national communities and its norms. Art becomes part of norms conflicts and reveals the controversial dimensions of the public sphere. We will explore plurality of perspectives in multicultural settings for the emancipatory potential of the public sphere.

 

9.30 Nilüfer Göle, Art and Public Controversy

 

10.00-11.30 Session 1

10.00 Judit Carrera, Architecture and Culture for Democratizing City Life

10.30 Yaman Kayabalı, Art of Troublemaking in Gezi

11.00 Duo comments followed by discussion

11.30 Coffee break


12.00-13.30 Session 2

12.00 Sarah Dornhof, Contesting Memories: Reading Manaf Halbouni’s Monument Installation in Dresden (2017) as Politicizing Art

12.30 Marina Repezza, The Mosque by Christoph Büchel: Contemporary Art between Profanation and Consecration. Analysis of a controversy at the 56th Venice Biennale

13.00 Duo comments followed by discussion

 

13.30 Lunch

 

14.30-16.00 Session 3

14.30 Peter Ronald deSouza, Politics and the profane: the case of the artist MF Husain

15.00 Pénélope Larzillière, Political framing, artistic deframing? Key issues and controversies on artistic works on the iconography of ‘martyrdom’ Lebanon/Palestine

15.30 Duo comments followed by discussion

 

19.00 Dinner for participants

 

Meeting, Saturday 14 October 2017

 

09.30-11.00 Session 4

09.30 Nadia Fadil, Maryam Kolly, Da’wa through ‘melting pot’ and arts

10.00 Nur Yasemin Ural, Law and Affective Order: Entanglements of Religious Feelings and Secular Affects

10.30 Duo comments followed by discussion

 

11.00-12.30 Session 5

11.00 Camil Ungureanu, Nihilism, religious fantasy, and humor in Michel Houellebecq’s “Submission”

11.30 Konstantinos Eleftheriadis, “Je ne suis pas Charlie”: Disidentification as a form of public agency

12.00 Duo comments followed by discussion

 

12.30 Light Lunch

 

 

*

*          *

 

 

 

Colloque « Actualité dʼune pensée radicale. Hommage à Cornelius Castoriadis » 

26, 27 et 28 octobre 2017

à l'Ecole des hautes études en sciences sociales et

à l'Université Paris 7 Denis-Diderot.


 

Cornelius Castoriadis disparaissait il y a 20 ans déjà, laissant à la postérité une œuvre importante et novatrice. Figure intellectuelle originale, il est à la fois célèbre et méconnu. Son nom est, et reste, le plus souvent, associé au groupe et à la revue Socialisme ou barbarie où, dans les années 1950 et 1960, s’est forgée l’une des analyses les plus lucides des régimes de type soviétique et une critique radicale du marxisme dans l'intention de sauver le projet révolutionnaire. La pensée de Castoriadis est, cependant, loin de se limiter à ce travail de théorie politique. Il a aussi élaboré, à partir des années 1960, une pensée proprement philosophique, révélée pour la première fois avec la publication, en 1975, de son maître-ouvrage, L'Institution imaginaire de la société, complété, par la suite, par les 6 volumes des Carrefours du labyrinthe.

 

A partir de 1980, après avoir été élu directeur d’études à l’EHESS, il tiendra, dans cet établissement, 16 années durant, un séminaire de philosophie. Il y entreprendra une vaste enquête, inséparablement philosophique et historique, consacrée à ce qu’il nommait « la création humaine ». Celle-ci n’est pas, loin s’en faut, indépendante de sa théorie politique. Le projet socialiste, puis démocratique, en un sens radical du terme, se nourrit chez lui d’une pensée du social-historique, selon son expression, qui joue le rôle d’une philosophie fondamentale.

 

Dans les ouvrages publiés de son vivant, Castoriadis traite de sujets de philosophie aussi bien que de politique, de psychanalyse aussi bien que d’économie, de sciences aussi bien que d’histoire grecque. Toutefois, sous cette apparente dispersion, la pensée de Castoriadis possède, sans prendre, certes, la forme d’un système, une grande cohérence. Ses concepts d’autonomie et d’hétéronomie, d’imaginaire social et d’imagination radicale, de chaos et de création, pour citer les plus évidents, informent toutes ses contributions, quel qu’en soit le champ disciplinaire.

 

Le présent colloque proposera, à la fois, un hommage et une discussion sans complaisance. Les intervenants se confronteront à la pensée de Castoriadis en engageant une discussion avec elle.

 

Spécialistes confirmés dans les champs de la politique ou de l’économie, de la sociologie, ou de la psychosociologie, de la psychanalyse ou de la philosophie, ils proposeront moins une évaluation globale de l’œuvre de Castoriadis qu’un examen de certaines de ses analyses en fonction de leurs propres thèmes de recherche et de leurs préoccupations personnelles. Loin des commentaires respectueux, il s’agira, à cette occasion, d’adresser à Castoriadis des questions susceptibles de mettre sa pensée à l’épreuve et, également, d’examiner les voies esquissées par cette pensée qui pourraient être reprises et prolongées de manière fructueuse. En un mot de soumettre à la discussion Castoriadis comme il le faisait lui-même avec les autres et comme il aurait aimé qu’on le fît avec lui – dans un esprit agonistique, parfois de manière polémique, mais, toujours, avec une force persuasive et une passion communicative peu communes.

 

 

 

Programme

 

 

 

Jeudi 26 octobre 2017

Lieu : Université Paris 7, amphithéâtre Alan Turing, bât. Sophie Germain, (croisement av. de France et rues Alice Domon et Léonie Ducquet).

 

« L’état du sujet aujourd’hui »

9h30 Accueil

9h50 Présentation des 3 journées : VINCENT DESCOMBES

10h-10h30 FLORENCE GIUSTDESPRAIRIES Des significations imaginaires de la subjectivité et de ses avatars contemporains.

10h30 – 11h GERASSIMOS STEPHANATOS D’une subjectivité réfléchissante toujours à faire être

11h – 11h30 PHILIPPE CAUMIÈRES Castoriadis, critique de Lacan

11h 30 – 11h 45 Pause café

11h45 – 12h30 Echange avec les participants

12h30 -14h30 Déjeuner

14h30 – 15h MATS ROSENGREN Des sujets autonomes ?

15h – 15h30 ARNAUD TOMÈS La critique de la rationalité chez Castoriadis

15h30 – 16h OLIVIER FRESSARD L’idée de création chez Castoriadis

16h – 16h15 Pause

16h15 – 17h00 Table-ronde animée par Nicolas Poirier : la réception et la diffusion des idées de Castoriadis avec Olivier Fressard, Florence Giust-Desprairies, Sophie Klimis, Mats Rosengren.

17h-18h : Echanges avec la salle

 

 

 

Vendredi 27 octobre 2017

Lieu : EHESS, Salle 13 (6e étage), 105 bd Raspail, 75006 Paris

 

Le pouvoir instituant de la démocratie

9h00 Accueil

9h30-10h10 FRANÇOIS BORDES Penser le labyrinthe. Archives, démocratie et création

10h30–11h10 STÉPHANE VIBERT Quelles sont les limites de la "société"? Peuple, culture et politique

11h30-11h50 Pause café

11h50–12h30 IRÈNE THÉRY "Il faut et il suffit que lʼenfant soit renvoyé à lʼinstitution de la signification", le complexe dʼOedipe selon C. Castoriadis

13h-14h30 : Déjeuner

14h-30-15h10 PHILIPPE URFALINO La démocratie et les institutions de lʼautolimitation

15h30-16h10 FRÉDÉRIC LORDON La constitution imaginaire et passionnelle de la communauté politique : Castoriadis lu par Spinoza

16h30-16h40 : Pause café

16h40 – 17h20 ANDRÉ ORLÉAN Lʼapport de Cornelius Castoriadis aux approches institutionnalistes critiques en économie

18h : Fin

 

 

 

Samedi 28 octobre 2017

Lieu : Amphithéâtre François Furet, EHESS, 105 boulevard Raspail, 75006 Paris

 

Perspectives actuelles sur l’imaginaire social

9h00 Accueil

9h10-9h50 FRÉDÉRIC BRAHAMI La question de la vérité chez Castoriadis

9h50-10h10 : Echanges avec la salle

10h10 – 10h50 BRUNO KARSENTI Politique et processus de laïcisation

10h50-11H30 : Echanges avec la salle

11h30 – 11h50 : Pause café

11h50 – 12h30 SOPHIE KLIMIS Saisie imaginaire du monde, institutions politiques et autonomie des individus : de Castoriadis aux Grecs et des Grecs à nous

12h30 – 12h40 : Echanges avec la salle

 

12h45-14h : Pot de l’amitié

 

*

*          *


WHY DOES INEQUALITY MATTER ?

 

Lundi 13 novembre 2017 - 09:00 - 17:15

Maison Suger - salle de réunion - 16-18 rue Suger 75006 Paris

 

Journée de discussion du manuscrit de Tim Scanlon, Why does Inequality Matter ? Avec la participation de l'auteur

 

9h00 Accueil

9h15 - 9h45h Luc Foisneau (CNRS – CESPRA),  Why should we care about inequality ? (Introduction)

9h45 - 11h Han van Wietmarschen (UCL), Equal Concern & Equal Status (chap. 2 & 3)

11h - 11h15 Pause café

11h15 - 12h30 Véronique Munoz-Dardé (UCL/Berkeley) et Rowan Mellor (UCL), Procedural Fairness & Substantive Opportunity (chap. 4 & 5)

12h30 - 14h Pause déjeuner

14h - 15h15 Jean-Fabien Spitz (Paris 1), Political Equality, Liberty & Coercion (chap. 6 & 7)

15h15 - 15h30 Pause café

15h30 - 16h45 Joe Horton (UCL), Desert & Unequal Income (chap. 8 & 9)

16h45 - 17h15 Tim Scanlon (Harvard), Final remarks

 

Les personnes souhaitant participer à la journée devront s’inscrire auprès de Luc Foisneau (luc.foisneau@ehess.fr) et de Véronique Munoz-Dardé (v.munoz@ucl.ac.uk).

EHESS
CNRS

flux rss  Les actualités

Why does Inequality Matter ?

Journée(s) d'étude - Lundi 13 novembre 2017 - 09:00Le lundi 13 novembre 2017 aura lieu la Journée de discussion du manuscrit de Tim Scanlon, Why does Inequality Matter ? avec la participation de l'auteur. Cette journée aura lieu à la Maison Suger, salle de réunion, 16-18 rue Suger, 75006 Paris. Programme9h00 Accueil9h15 9h45h Luc Foisneau (CNRS – CESPRA),  Why should we care about inequality ? (Introduction)9h45 11h Han van Wietmarschen (UCL), Equal Concern & Equal Status (chap. 2 & 3)11h 11h15 Pause café11h15 12h30 Véronique Munoz-Dardé (UCL/Berkeley) et Rowan Mellor (UCL), Procedural Fairness & Substantive Opportunity (chap. 4 & 5)12h30 14h Pause déjeuner14h 15h15 Jean-Fabien Spitz (Paris 1), Political Equality, Liberty & Coercion (chap. 6 & 7)15h15 15h30 Pause café15h30 16h45 Joe Horton (UCL), Desert & Unequal Income (chap. 8 & 9)16h45 17h15 Tim Scanlon (Harvard), Final remarks Les personnes souhaitant participer à la journée devront s’inscrire auprès de Luc Foisneau (luc.foisneau@ehess.fr) et de Véronique Munoz-Dardé (v.munoz@ucl.ac.uk).Institutions partenaires : EHESS – CESPRA – FMSH

Lire la suite

Actualité dʼune pensée radicale. Hommage à Cornelius Castoriadis

Colloque - Jeudi 26 octobre 2017 - 09:30Le colloque « Actualité dʼune pensée radicale. Hommage à Cornelius Castoriadis » se déroulera le 26, 27 et 28 octobre 2017 à l'Ecole des hautes études en sciences sociales et à l'Université Paris 7 Denis-Diderot.Cornelius Castoriadis disparaissait il y a 20 ans déjà, laissant à la postérité une œuvre importante et novatrice. Figure intellectuelle originale, il est à la fois célèbre et méconnu. Son nom est, et reste, le plus souvent, associé au groupe et à la revue Socialisme ou barbarie où, dans les années 1950 et 1960, s’est forgée l’une des analyses les plus lucides des régimes de type soviétique et une critique radicale du marxisme dans l'intention de sauver le projet révolutionnaire. La pensée de Castoriadis est, cependant, loin de se limiter à ce travail de théorie politique. Il a aussi élaboré, à partir des années 1960, une pensée proprement philosophique, révélée pour la première fois avec la publication, en 1975, de son maître-ouvrage, L'Institution imaginaire de la société, complété, par la suite, par les 6 volumes des Carrefours du labyrinthe.A partir de 1980, après avoir été élu directeur d’études à l’EHESS, il tiendra, dans cet établissement, 16 années durant, un séminaire de philosophie. Il y entreprendra une vaste enquête, inséparablement philosophique et historique, consacrée à ce qu’il nommait « la création humaine ». Celle-ci n’est pas, loin s’en faut, indépendante de sa théorie politique. Le projet socialiste, puis démocratique, en un sens radical du terme, se nourrit chez lui d’une pensée du social-historique, selon son expression, qui joue le rôle d’une philosophie fondamentale.Dans les ouvrages publiés de son vivant, Castoriadis traite de sujets de philosophie aussi bien que de politique, de psychanalyse aussi bien que d’économie, de sciences aussi bien que d’histoire grecque. Toutefois, sous cette apparente dispersion, la pensée de Castoriadis possède, sans prendre, certes, la forme d’un système, une grande cohérence. Ses concepts d’autonomie et d’hétéronomie, d’imaginaire social et d’imagination radicale, de chaos et de création, pour citer les plus évidents, informent toutes ses contributions, quel qu’en soit le champ disciplinaire.Le présent colloque proposera, à la fois, un hommage et une discussion sans complaisance. Les intervenants se confronteront à la pensée de Castoriadis en engageant une discussion avec elle.Spécialistes confirmés dans les champs de la politique ou de l’économie, de la sociologie, ou de la psychosociologie, de la psychanalyse ou de la philosophie, ils proposeront moins une évaluation globale de l’œuvre de Castoriadis qu’un examen de certaines de ses analyses en fonction de leurs propres thèmes de recherche et de leurs préoccupations personnelles. Loin des commentaires respectueux, il s’agira, à cette occasion, d’adresser à Castoriadis des questions susceptibles de mettre sa pensée à l’épreuve et, également, d’examiner les voies esquissées par cette pensée qui pourraient être reprises et prolongées de manière fructueuse. En un mot de soumettre à la discussion Castoriadis comme il le faisait lui-même avec les autres et comme il aurait aimé qu’on le fît avec lui – dans un esprit agonistique, parfois de manière polémique, mais, toujours, avec une force persuasive et une passion communicative peu communes.  

Lire la suite

Table ronde autour de Marcel Gauchet

Table ronde - Vendredi 06 octobre 2017 - 14:00Avec Le nouveau monde, quatrième et dernier volume de L’avènement de la démocratie, Marcel Gauchet aborde la transformation d’ensemble qui s’est engagée avec la crise économique des années 1970. Il propose une réponse à l’énigme de la perte de repères de ces dernières décennies : nous vivons la dernière et ultime étape de la sortie de la religion et découvrons en tâtonnant ce qu’implique le principe de la structuration autonome des sociétés. Derrière l’hégémonie de l’économie, la montée de la société civile et les droits individuels comme seule source de légitimité, le politique remplit un rôle instituant mais devenu invisible ; la mondialisation n’est pas seulement celle du marché, mais aussi celle de l’État-nation. En permettant d’articuler les différentes dimensions dans lesquelles se déploie l’expérience de ces sociétés autonomes, le diagnostic pose les bases d’un programme de travail destiné à renouveler l’intelligibilité du monde contemporain.Pour discuter d’un livre véritablement interdisciplinaire, des chercheurs inscrits dans différentes disciplines, de l’économie à la philosophie, engageront un dialogue avec l’auteur.Avec la participation de Marcel Gauchet, Frédéric Brahami (EHESS), Natalie Doyle (Monash University), Gaël Giraud (CNRS) et Nicolas Rousselier (Sciences Po). Débat animé par Sylvain Piron (EHESS)

Lire la suite

Plus d'actualités

Adresse :
105 boulevard Raspail
75006 Paris
 
Métro :
Ligne 12 Notre-Dame-des-Champs
Ligne 4 Saint-Placide
Bus :
Ligne 68
 
Tel : +33(0)1 53 63 51 48
Fax : +33(0)1 53 63 51 50
 
cespra@ehess.fr