Membres |

Les doctorant(e)s

Nicolas RAULT

Doctorant

Coordonnées professionnelles

nicolas.rault@ehess.fr

Titre de la thèse : Histoire et transcendance dans l'expérience du monde moderne. Républicanisme français et messianisme judéo-allemand (XIXe-XXe siècles)

 

Présentation de la thèse :

En doctorat à l'EHESS depuis 2019, ma thèse porte sur la question de l'expérience historique et philosophique du monde moderne au tournant du XXe siècle dans les pensées républicaines françaises et judéo-allemandes. Avec des auteurs comme Jean Jaurès, Charles Péguy, Franz Rosenzweig, Walter Benjamin et Gershom Scholem, il s'agit de comprendre en quoi le "moment 1900" correspondrait à une réévaluation du concept d'expérience à partir de la relation interne de la transcendance et de la tradition. Il s’agit de montrer que le XIXe siècle s’achève — mais aussi que le XXe siècle commence — originairement dans une crise spirituelle profonde à la fois du républicanisme et du judaïsme, entre le début de l’Affaire Dreyfus et la fin de la Grande Guerre. Cette double crise — ou plutôt cette crise double — produit en quelque sorte un horizon commun du républicanisme français (qu’il est ici possible d’entendre comme tradition de pensée) et du judaïsme (et plus précisément du messianisme judéo-allemand) dans l’être-au-monde qu’ils impliquent tous les deux. Cette crise spirituelle du XIXe siècle relève d’une crise civilisationnelle que Leo Strauss a caractérisé comme un oubli des principes fondateurs de la civilisation occidentale, c’est-à-dire de l’antagonisme originaire de la philosophie grecque et de la Bible. En traduisant la thèse straussienne en des termes spirituels — autour des catégories de foi et de savoir —, il s’agit de montrer quoi elle engage de façon privilégiée la notion d’expérience humaine. Cela implique nécessairement d’interroger le caractère problématique de l’expérience à l’âge moderne. La crise spirituelle de l’Occident peut dès lors se comprendre comme une crise de l’expérience, qui engagerait le monde lui-même — autrement dit : crise de l’expérience du monde moderne. En montrant que les conceptions de monde et d’expérience qui ont prévalu dans les systèmes qui précisément ont opéré la double tentative d’harmonisation de la philosophie et de la Bible et de réduction de l’Autre au Même, sont porteurs de leur propre destruction. La période qui s’étend de l’Affaire Dreyfus à la Grande Guerre peut dès lors se comprendre comme le moment où s’est manifestée de façon spectaculaire le spectre de l’acosmie — de la vie sans monde —, et où une certaine tradition de pensée s’est attachée à repenser les modalités fondamentales de l’expérience, autrement dit, la transcendance et la tradition. Chacun à leur manière, mais de façon complémentaire, car participant du même souci spirituel — tel qu’il s’exprime dans la relation intime du républicanisme comme courant politique et du judaïsme moderne — ces deux traditions de pensée engagent à la fois les rapports pleins de tensions entre la France et l’Allemagne (en tant que deux pôles spirituels) et entre Athènes et Jérusalem, en vue de libérer leur fécondité dans une conception propre de l’expérience. Se trouvent dès lors réhabilités de façon spécifique — spécifiquement moderne — la transcendance et la tradition comme modalités fondamentales de l’expérience.

 


Bourse Emeric Deutsch de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah (2020-2021)

 


Activités scientifiques :

Gestionnaire administratif et financier, Centre d’études politiques et sociologiques Raymond Aron (Cespra)

Assistant scientifique auprès de Danielle Cohen-Levinas (Archives Husserl, UMR 8547, Université Paris 4-Sorbonne) et Dan Arbib (ENS) pour la réédition critique et définitive de Totalité et Infini, de Emmanuel Levinas, aux éditions Grasset.

 


Communications scientifiques :

21 avril 2022 : « La Première Guerre mondiale dans l'expérience judéo-allemande. Buber, Benjamin, Scholem, été 1916 », séminaire « Esthétiques, émotions, guerres », EHESS, organisé par Doriane Molay, Parand Danesh, Jean-Philippe Miller-Tremblay, Juliette Bour.

18 mai 2022 : « Atelier Walter Benjamin », séminaire du pôle 4 (Pensées critiques au pluriel), Centre Marc Bloch, Berlin.

Automne 2022 (date à confirmer) :« Éditer Emmanuel Levinas » (titre à confirmer), séminaire « Lectures lévinassiennes », ENS, organisé par Danielle Cohen-Levinas.
 


Publications :

Automne 2022 (en cours) : Emmanuel LEVINAS, Œuvres complètes, IV. Totalité et Infini, Paris, Grasset, sous la direction de de Danielle Cohen-Levinas et Dan Arbib.

Documents en téléchargement

EHESS
CNRS

flux rss  Les actualités

CITÉ SÉPARÉE –THE FIGURE OF MIGRANT IN EUROPE

Séminaire - Vendredi 20 mai 2022 - 09:30AgorAkademi investigates the emancipatory potential of public space in multicultural societies. Since Ancient Greece, the participation of citizens to agora, to public life, has been at the center of reflections on democracy in Europe. With the dynamics of (...)

Lire la suite

Réseau international des chercheuses et chercheurs à l’épreuve des violences extrêmes (RIVECE)

Rencontre - Mardi 10 mai 2022 - 14:00L’effet des violences extrêmes sur les sujets qui les étudient participe du phénomène de la violence extrême. Il en est un des effets, non seulement collatéral, mais plus encore fonctionnel. Ces violences ne s’arrêtent jamais aux limites des corps martyrisés. (...)

Lire la suite

Public Space Democracy. Performative, Visual and Normative Dimensions of Politics in a Global Age

Rencontre - Vendredi 25 mars 2022 - 14:00Public Space Democracy. Performative, Visual and Normative Dimensions of Politics in a Global Age is a book edited by Nilüfer Göle. The volume is the result of a Nomis research project titled “PublicDemoS” (2016 – 2020). Researchers from different discipl (...)

Lire la suite

Plus d'actualités

Adresse :
105 boulevard Raspail
75006 Paris
 
Métro :
Ligne 12 Notre-Dame-des-Champs
Ligne 4 Saint-Placide
Bus :
Ligne 68
 
Tel : +33(0)1 53 63 51 48
Fax : +33(0)1 53 63 51 50
 
cespra@ehess.fr