Type d'appel et date limiteAppel à communication
Date limite :

La vocation politique

Réflexions sur une question délaissée et sur une vocation discréditée

Thématique(s)Politique

 Journée d'études Raymond Aron EHESS, Amphithéâtre F. Furet, 105 Bd Raspail, 75006 Paris28 mai 2020  L’engagement politique prend aujourd’hui des formes diverses. L’exercice du pouvoir institutionnel n’apparaît plus que comme une des façons de faire de la politique, et peut-être comme la moins recommandable. Le mouvement des gilets jaunes, par exemple, revalorise l’engagement pour une cause politique tout en dévalorisant l’engagement dans la politique comme telle. Plus largement, le débat démocratique est aujourd’hui animé par des figures  ̶̶ militants ou activistes d’un côté, experts de l’autre côté  ̶̶ dont le rapport à la politique proprement dite n’est pas évident. Toutes ces nouvelles formes d’engagement impliquent en effet de se mettre au service de la collectivité, mais sans viser le pouvoir et ses responsabilités. Dans ce contexte, les figures plus traditionnelles de l’engagement politique semblent largement dévalorisées. Les femmes et les hommes qui choisissent de prendre directement en charge la conduite des affaires communes sont facilement soupçonnés de trahir les attentes populaires. Surtout, ils apparaissent impuissants à les satisfaire, en raison de leur incapacité ou des contraintes objectives qui pèsent sur leur action. Ainsi peut-on dire que les mouvements qui se présentent comme les plus légitimes sont les plus étrangers à l’exercice du pouvoir, tandis que les individus investis du commandement sont de plus en plus discrédités. Il ne serait pas exagéré, de ce point de vue, de parler d’une crise de la vocation politique. C’est pourquoi nous proposons de renouer avec cette question.Les personnes intéressées ou susceptibles de faire toute proposition originale en lien avec le sujet sont invitées à se signaler au plus vite auprès d'Elisabeth Dutartre-Michaut (elisabeth.dutartre@ehess.fr)Les propositions de communication, d’un format compris entre 2000 et 3000 signes, seront ensuite à envoyer pour le 1er février 2020.