La recherche collective

Le programme Guerres, Guerres civiles, Révolutions

Le programme pluriannuel de recherche Guerres, Guerre civiles, Révolutions (GGCR) constitue, depuis 2019, le lieu privilégié de mise en tension et de confrontation des recherches menées au plan international au sein du CESPRA : il s’agit de penser le politique au fil conducteur du dispositif moderne que forment ensemble la guerre, la guerre civile et la révolution. Ce programme prend principalement la forme d’un séminaire sans séances fixées annuellement, afin d’être en mesure de déplacer constamment les objets étudiés en fonction des exigences du présent. La richesse des séances est restituée dans un carnet de recherche sur la plateforme Hypotheses.org.

Atelier de Théorie Politique Paris (ATPP)

L’atelier de théorie politique Paris (ATPP) est un lieu ouvert à diverses approches de la théorie et de la philosophie politiques, qui valorise la mise à l’épreuve argumentée de réflexions actuelles, situées à la frontière des sciences politiques, des sciences sociales et de la philosophie normative. Forum de discussion mensuel porté par le Centre d’études et de recherches de sciences administratives et politiques (CERSA – Université Panthéon Assas), le Centre d’études sociologiques et politiques Raymond Aron (CESPRA – EHESS/CNRS), le Centre d’études de la vie politique française (CEVIPOF – IEP) et The American University of Paris (AUP), ce séminaire a pour finalité de rassembler chercheurs et chercheuses, étudiantes et étudiants en théorie politique, quels que soient leur formation et leurs intérêts, autour d’une réflexion sur les modes de justification et de critique des pratiques et des institutions politiques. Au moyen de résumés, de comptes rendus et de réalisations audiovisuelles, un carnet de l’atelier ATPP rend accessibles les présentations des collègues qui y participent.

FMSH/Appel à projet Arts et SHS – « La fiction et le tournant éthique », 2022-2024

Il y a quelques années, Pierre Jourde pouvait écrire sans crainte de dénégation qu’« en ce qui concerne la littérature contemporaine, parler de bien et de mal parait tout à fait obsolète ». À l’heure des appels à la censure, boycotts et protestations, une telle position n’est plus aisément défendable et risque le reproche d’une posture anachronique. Ce projet de recherche souhaite ainsi examiner, en croisant les regards de philosophes, littéraires, écrivains et artistes, ce qui lie et délie fiction et éthique. Trois volets se déploient : un ouvrage collectif, En deçà du bien et du mal. Morales de la littérature de la Renaissance à l’âge contemporain, qui rassemblera des contributions transcendant les paradigmes simplistes de l’association fiction-éthique ; un colloque international, Éthique et littérature aujourd’hui, qui explorera les limites et les conflits que suscite la notion grandissante d’éthique en littérature ; un cycle de conférences d’artistes et écrivains, Peut-on tout dire ? Peut-on tout représenter ? qui souhaite élargir la notion de fiction à d’autres formes esthétiques. Barbara Carnevali, Directrice d’Études, Chaire d’Esthétique sociale, EHESS est la coordinatrice de ce projet dont l'équipe porteuse est composée aussi de : Emiliano Cavaliere (doctorant, EHESS), Martina Di Stefano (chercheuse postdoctorante, Centre Prospéro, Université Saint-Louis - Bruxelles), Katie Ebner-Landy, (junior fellow, Society of Fellows, Université d’Harvard) et Doriane Molay (doctorante contractuelle, CESPRA, EHESS).